Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

20 ans déjà : 1991, Alain Prieur nous quittait, un petit homme au grand cœur

Dans Moto / Sport

20 ans déjà : 1991, Alain Prieur nous quittait, un petit homme au grand cœur

Les puristes diront que le 20 ème anniversaire de la disparition d'Alain Prieur est passé de quelques mois, c'est exact, depuis le 4 juin précisément.


En effet c'est le 4 juin 1991 que le cascadeur Français Alain Prieur nous a quitté dans une ultime cascade. L'actualité était telle début juin, GP de France cross, la vitesse en Espagne, etc… que nous avons préféré attendre un peu, l'homme mérite bien que l'on s'attarde pour ce modeste hommage.


Alain Prieur est né le 4 juillet 49 à Salon de Provence, fils de boulanger, plutôt turbulent, il devient cascadeur professionnel, un précurseur de la discipline. C'était sa vie, sa passion, il avait deux spécialités, la moto et le parachutisme. Il était à cette époque très investi dans la lutte contre la mucoviscidose des enfants, le peu qu'il gagnait il le donnait à cette cause dans l'anonymat le plus total, loin des frasques médiatiques que l'on peut voir aujourd'hui.


Ces tentatives de record de saut en longueur à moto lui ont valu quelques séjours à l'hôpital comme en 74. En 77, il avait franchi 16 autobus et 64,60 mètres.


Ses paroles au micro s'adressant à la foule avant son nouveau record de saut en longueur le 9 octobre 88 sur le tremplin de saut à ski des JO de Grenoble en 68 (St Nizier) glacent de froideur :


« Quoi qu'il se passe sur se saut, il faut bien savoir que je suis heureux, très heureux»


et du même coup il s'élançait dans la pente pour battre son propre record : 84.30 mètres.


Et ce au guidon d'une Maico à air hors d'âge dont les suspensions pouvaient sembler déjà d'un autre temps. Ce rendez-vous de l'automne 88 était lui aussi en faveur de la mucoviscidose, une obsession pour Alain.


Contrairement à ce que l'on pourrait penser, un cascadeur de la fin du 20ème siècle n'est pas un « trompe la mort », il n'aurait pas survécu bien longtemps.


Dans le ciel bleu des environs de La Motte-du-Caire, ce 4 juin 1991, Alain Prieur réalise une cascade étudiée et répétée, voulant passer d'un planeur à un autre en plein ciel, sans parachute il chute, là comme prévu un coéquipier vient le rejoindre en chute libre, ce dernier doit s'accrocher à Alain et ouvrir le parachute qui posera en douceur les deux hommes.


Et tout ne va pas se passer normalement, son sauveteur parvient bien à lui et il doit accrocher 2 mousquetons, mais il ne parvient à en verrouiller qu'un seul, à l'ouverture, le seul mousqueton en place cède, à 190 km/h … aucune chance.


Quatre jours plus tard, quand famille et amis lui rendent un dernier hommage dans le petit village de Forcalquier, le 8 juin, la fille d'Alain donnait la vie à une petite fille, sa maman l'appellera …. Aline.


Mots clés :

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 darwin awards !

Par Anonyme

Salut, A force de tirer sur l'élastique, un , il pète .... Malgrè tout le respect pour Alain Prieur, je pense qu'il était un peu cinglé et n'avait pas trop envie de vivre longtemps ...

Par Anonyme

C'était sa passion. Il en était conscient, il savait que cela pouvait arriver, ce n'était pas un cinglé comme tu dis. Juste un homme qui a vécu sa passion jusqu'au bout...

Par Anonyme

 je m appel alain brouez  je peux dire que j ais connus alain car a l epoque j etais apprenti boulanger chez ces parents a forcalquier nous avons us meme a travailler ensemblent je faisais deja de la moto a cette epoque et alain etait pour moi comme une idole j ais assiste plusieurs fois a ces seances d entrainement alors qu il n etait pas encore connus!! il avait pour habitude de venir dans le village en moto uniquement sur la roue arriere il me faisait rever par la facilite de maniement de sa machine il etait le meilleur a mes yeux!! je ne l oublierais jamais

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire