Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
 
S'inscrire

Alfa 147

Publié dans Guide fiabilité > Autres actu fiabilité

par

Alfa 147

Dates clés

  • Commercialisation : octobre 2000 - Restyling : décembre 2004

Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

Cette berline à 3 ou 5 portes a pris la relève du duo 145/146 en renouvelant magistralement aussi bien le style que la conception technologique. Elle n'apparaît que comme un dérivé compact de la berline 156, née trois ans avant elle. Dotée d'une face avant qui rappelle délicieusement les calandres historiques de la marque, elle a pour elle une esthétique alléchante, qui fait quasiment l'unanimité. Elle se veut également élégante, avec une finition intérieure de style classique mais à l'opposé de toute approximation ou de toute négligence. Au final, une bien belle et bonne auto.

Caradisiac a aimé

  • La ligne unanimement saluée
  • L'habitacle soigné
  • L'équipement toujours complet
  • L'ergonomie
  • L'agrément de conduite
  • Le freinage
  • Les moteurs diesels

Caradisiac n'a pas aimé

  • La suspension dure
  • L'habitabilité arrière
  • Le rayon de braquage
  • La capacité du coffre
  • L'absence de protections de carrosserie

Nos versions préférées

  • 1.6 TS 120 CH PROGRESSION 5P
  • 1.9 JTD 140 SELECTIVE 7CV 5P

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le style général : la ligne est racée et élancée, et rappelle discrètement mais avec délice les réalisation des années 60 de la marque.
  • L'intérieur : il se voit traité avec beaucoup de personnalité et surtout de soin, ce qui était nouveau pour une Alfa de cette catégorie.
  • L'équipement : au minimum très complet, il devient carrément riche dès le deuxième niveau de finition, baptisé Distinctive. Seules les livrées Progression o Impression sont donc un peu pus simples en dotation de série.
  • L'ergonomie : la bonne implantation de la plupart des commandes est plaisante pour le conducteur.
  • L'agrément de conduite : toutes les mécaniques sont vivantes, offrent de belles résonances et répondent bien à l'accélérateur, y compris celles qui ne présentent pas des performances chiffrées réellement extraordinaires.
  • La boîte de vitesses : elle offre un levier agréable à manier.
  • La tenue de route : le comportement est sûr et équilibré.
  • Le freinage : doté d'un ABS de série, il se efficace.
  • Les moteurs diesels : agréables, performants, sobres et fiables, ils représentent un atout indéniable.

Ce qui peut faire hésiter

  • La suspension : sans être carrément dure, elle est plutôt sèche, et moins confortable que sur la plupart des concurrences. Notamment des françaises.
  • L'habitabilité à l'arrière : plutôt limitée, elle est inférieure à ce qu'offrent les voitures habituelles de même catégorie. L'accès aux places arrière est assez étroit.
  • Le rayon de braquage : trop grand, ce qui handicape les manœuvres.
  • La boîte Selespeed : cette transmission robotisée (sans pédale d'embrayage) montée en option sur les 2.0 TS, elle apparaît moderne alléchante sur le papier. En fait, elle ne présente qu'un agrément très limité, tant en conduite rapide qu'en mode tout automatique.
  • Le coffre : le volume un peu limité.
  • La vulnérabilité de la carrosserie aux petits chocs : conséquence de l’absence de toute protection sur les flancs. Attention aux arrêtes des portières !
  • La boîte à gants : trop basse. Son couvercle s’ouvre sur les genoux du passager.
  • Les rétroviseurs extérieurs : leur surface est un peu petite et ils obliquent vers le haut, n’offrant qu’un champ de vision rétréci.
  • La protection des occupants en cas de choc : les résultats aux crash-tests ne sont pas particulièrement bons pour un modèle de cette génération.

3. Budget

Achat / Cote :

Malgré une cote d'amour élevée, les prix ne sont pas exceptionnellement hauts. Les versions essence sont même souvent vendues avec une décote sensible. Les diesels (JTD), de loin les plus répandues, sont nettement plus cotées.

Consommation :

Les moteurs diesels sont très sobre et leur appétit se réduit au fur et à mesure que leur puissance augmente. Les versions essence ne sont pas spécialement bien loties sous l'angle du rapport performances/consommations.

Assurance :

Tarifs des primes dans la moyenne.

Prix des pièces :

Prix dans la norme, sauf quelques exception (comme l'échappement) bizarrement assez chers.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 10 000 à 25 000 km suivant les modèles (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 90 000 à 120 000 suivant les moteurs. Sur ce point, attention aux 4 cylindres à essence, et en particulier le 1.6 : au moins une inspection nécessaire à 60 000 km.

4. Fiabilité

Description :

Nous voici bien loin des Alfa précédentes. Forte du réel renouveau de la marque, y compris en termes de qualité, et déjà riche d'un passé de 3 ans avec son aînée la 156 à laquelle elle emprunte toute sa partie mécanique, elle apparaît bien né, hormis les problèmes de jeunesse rencontrées par les premières 1.6 essence. En qualité de fabrication générale, c'est également une bonne voiture. Pour les problèmes rencontrés, l'après-vente de la marque avait également progressé depuis le lancement de la 156.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Soudures de carrosserie. Sur modèles fabriqués jusqu'en novembre 2001, il arrive que des bruits dans l’habitacle se manifestent, causés par des défauts de soudure sur le montant de carrosserie au niveau du pare-brise, parfois aussi autour des ancrages supérieurs des amortisseurs arrière.
  • Moteurs 4 cylindres à essence. Risque d’usure prématurée ou de rupture accidentelle de la courroie de distribution avant les 120 000 km inscrits au carnet d’entretien. Provoque de gros dégâts sur le moteur. A surtout affecté les versions 1.6 jusqu'en 2004. La vérification de la courroie par les concessionnaires est nécessaire tous les 60 000 km. Cette précaution d'entretien a été systématisée par Alfa en 2005.
  • Volant moteur. Sur les 1.9 JTD fabriquées jusqu’en décembre 2001, possible incident sur le volant moteur à partir de 80 000 km.
  • Courroie d'accessoires moteur. Sur les versions à 4 cylindres fabriquées jusqu’en avril 2002, possible faiblesse du tendeur de la courroie d’accessoires. provoque une usure accélérée de la courroie, qui peut s'effilocher ou se rompre.
  • Boîte robotisée Selespeed. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mars 2001, fuite d’huile possible à chaud, après utilisation routière.
  • Boîte robotisée Selespeed. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2003 (et surtout ceux fabriqués jusqu’en novembre 2001), problèmes sur la gestion électronique des passages de rapports.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteurs 4 cylindres à essence. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2001, quelques à-coups. Causés par les sondes lambda ou un défaut de programmation de la gestion électronique.
  • Moteur 1.9 JTD. Sur les JTD fabriqués jusqu’en juillet 2001, quelques légers soucis de pompe d’injection.
  • Moteur 1.9 JTD. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, apparition de vibrations mécaniques et d'un bruit (chuintement) lors des démarrages à froid à partir de 40 000 km, qui s'accroissent par la suite assez rapidement. Causé par l'altération de l’insert en caoutchouc de la poulie de vilebrequin. Poulie à remplacer : env. 240 €.
  • Train avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, des claquements apparaissent à partir de 40 000 à 80 000 km selon les voitures. En après-vente, atténuation possible des bruits : remplacement des silentblocs de bras de suspension (notamment côté droit). Mais le bruit n’est pas éliminé à 100 % et peut se manifester à nouveau au bout de quelques dizaines de milliers de kilomètres.
  • Train avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2000, usure parfois très prématurée des pneus avant, causée par une mauvais réglage du train avant en usine. Quelques cas encore sur les modèles 2001.
  • Direction. Sur les modèles fabriqués jusqu’en avril 2001, fuite possible du liquide d’assistance de direction.
  • Direction. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2003, quelques bruits d’assistance de direction.
  • Freins. Bruit de plaquettes à petite vitesse ou en fin de ralentissement.
  • Catalyseur. Sur les versions à essence fabriquées jusqu’en mars 2001, bruit possible sur le catalyseur. Causée par la céramique interne et les soudures.

Aspect extérieur :

  • Phares. Sur les modèles fabriqués jusqu'en novembre 2001, condensation interne dans les globes optiques, surtout du côté droit.

Finition intérieure :

  • Bruits parasites. Sur les modèles 2000, il arrive que se manifeste un crissement derrière le volant. Se rectifie par un réglage ou un ajout de cales.
  • Vitres avant. Sur les modèles 2000, il arrive qu'elles remontent mal. Nécessite un réglage des rails de guidage et la lubrification du joint.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Climatisation. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2001, risque de dérèglement de la climatisation. Causé par : la défaillance de capteurs, en particulier celui de l’antibuée, situé sur la planche de bord, ou un aléa de la gestion électronique de la clim (à reprogrammer).
  • Gestion électronique des fonctions d'habitacle. Surtout sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2001, caprices du “Body Computer”, unité qui gère les fonctions à bord. A réinitialiser.
  • Ordinateur de bord. Indication parfois aléatoires, surtout sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 2001.
  • GPS. Guidage parfois très fantaisiste.
  • Lumière de plafonnier. les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2001, allumage inopiné.
  • Témoin d'airbag. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2001, allumage intempestif, sans qu'il y ait d'anomalie réelle sur l’airbag. Causé par connecteur situé sous le siège du conducteur qui se débranche lorsque le chauffeur règle son siège en longueur.
  • Jauge à carburant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en avril 2002, indication inexacte.

Rappel de rectification en concession :

  • Capot moteur. Sur les modèles fabriqués entre février 2000 et novembre 2003, risque d’ouverture du capot en roulant ; rappel et rectification à l’automne 2004 : contrôle et, si besoin, remplacement du mécanisme d’ouverture du capot. 28 628 voitures en France, 328 000 au total.
  • Moteur 1.6 à essence. Sur les 1.6 105 ch de 2000, baisse rapide du niveau de liquide de refroidissement ; risque d’endommagement du joint de culasse, voire du moteur. Les voitures concernées ont été a priori rectifiées en février 2001 par les concessionnaires. Mais c'est un point à bien vérifier encore à l'achat, car certaines voitures sont passées au travers de cette opération.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, bruits sur la commande de boîte de vitesses par câbles. Rappel en janvier 2002 : modification des câbles.
  • Direction. Sur les modèles jusqu’en avril 2001, fuite possible du liquide d’assistance de direction. Les voitures affectées ont été en principe rectifiées par les concessionnaires lors des passages en révision.
  • Direction. Sur les versions JTD de 2001, risque de fuite sur le circuit de la direction assistée. Causé par le frottement d'une durit. Rappel à l’été 2002 : remplacement des durits éventuellement usées. 4 240 voitures en France, 33 030 au total.
  • Suspension avant. Sur les versions GTA fabriquées entre mars 2002 et janvier 2003, risque de desserrage d’un élément de suspension/ Symptôme : bruit métallique et possible altération des qualités routières. Rappel en juin 2003 : remplacement des vis de fixation et des renforts de suspensions. 176 voitures en France, 1 800 au total.
  • Chauffage additionnel d'habitacle. Sur les versions 147 JTD 115 ou 140 en finition Distinctive fabriquées entre janvier 2002 et avril 2003, risque de mauvais fonctionnement du système électrique qui alimente le chauffage additionnel d'habitacle. Risque de court-circuit, et à l’extrême, d'incendie. Rappel à l'été 2003 : amélioration de la fixation des connecteurs et des fils électriques passant sous le tableau de bord. 7 045 voitures en France, 41 518 au total.
  • Réservoir de carburant. Sur les modèles fabriqués entre mai et septembre 2004, le raccord d'évacuation des vapeurs de carburant peut se craqueler avec l'âge. Il fait partie intégrante du réservoir. Rappel fin 2004 : remplacement du réservoir en entier. 472 voitures en France, 12 729 au total.
  • Canalisation d'alimentation en carburant. Sur les modèles fabriqués entre Novembre 2005 et Juin 2006, il existe un risque de fuite de gazole à cause d'une interférence entre la canalisation et le support du filtre à carburant. Rappel en Avril 2008 : éloignement de la canalisation en question du support de filtre.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

5. Meilleures versions

En essence : 1.6 TS 120 CH PROGRESSION 5P

Avec la même cylindrée que le modèle d'attaque, les 15 ch supplémentaires sont le gage de performances supérieures. Et cette motorisation a pu être associée à des niveaux de gamme supérieurs, ce qui donne des exemplaires attrayant en occasion.
Commercialisation : 2001
Puissance fiscale : 8
Puissance réelle : 120 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : 1.9 JTD 140 SELECTIVE 7CV 5P

Très bon moteur, généreux en accélération et en reprises, doté d'un fonctionnement mécanique des plus agréables. Fiable. Très sobre vu le niveau de performances.
Commercialisation : 2003
Puissance fiscale : 7
Puissance réelle : 140 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Modèles concurrents

 
Inscription à la newsletter

Mots clés :

En savoir plus sur :
Alfa Romeo 147

Commentaires (35)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Que le coffre de la 147 soit petit, je veux bien, mais qu'il ne soit pas modulable, pas d'accord: TOUTES les 147 ont le dossier et la banquette rabattables 2/3 - 1/3, alors faut pas raconter des aneries non plus pour descendre un modele  

Par Anonyme

En effet, il s'agit d'une regrettable erreur, qui vient certainement d'une confusion avec la 156, qui a effectivement une banquette fixe. Je confirme que la banquette de la 147 est rabattable en 2 parties, ce qui accroît sa modularité. Cordialement

Par Anonyme

Je possède une ALFA 147 SELESPEED de janvier 2002: design, confort,; sécurité, équipement au top(GPS,téléphone, clim 2 zones avec filtres charbon actif(très rare sur ce genre de véhicule), fiabilité,prix raisonnable, véhicule unique par rapport à la concurrence.

Par Anonyme

Je viens d'acquérir une Alfa 147 2.0TS TI 3 portes bleu Monté Carlo avec 9500km au compteur et datant de juin 2007. Je pense que j'ai perdu 25 ans de ma vie à rouler français. Cette auto est fantastique, un moteur plein à bas régime et qui change de musique dès 3500tr/mn et qui vous plaque le dos au siège. On peut rouler sur le couple et d'un seul coup d'accélérateur, se déchainer !!! Après deux breaks français, bonjour le changement. En plus, la modularité est de rigueur puisque la banquette arrière se rabat en deux parties assymétriques. C'est vrai que le coffre et même l'habilité n'est le point fort dans ce genre d'auto mais maintenant que mes enfants ont leur auto, nous ne sommes que deux à l'utiliser. Le confort est toutefois bon malgré les jantes de 17 pouces. Même mon épouse est ravie de cette acquisition ! Quelques petits détails ne sont pas ergonomiques mais l'achat d'une Alfa se réalise par passion, jamais par raison, alors au diable l'avarice comme la consommation, politiquement incorrect, mais ce n'est pas le gouvernement qui paye mon carburant, alors je m'en fous, je me fais plaisir............... Vive Alfa Roméo !!!

Par Anonyme

De la renaut 19 poussive je suis passée à l alfa 147 jtd 150 distinctive. Mon dieu quel pied!!!! Et dire que je n étais pas voiture. Je ne parle pas vitesse car je respecte le code. Il me suffit d écouter le moteur et j ai envie de rouler pour le plaisir!!!! Par contre en ville ,elle pompe.... l italienne  Ciao

Par Anonyme

J'ai actuellement une lancia delta hpe 1.8 1998 serie II 185000 km et aucun souci. J'ai eu la chance de "posséder" une alfetta 2000 en 1986. Je comprends parfaitement les 2 commentaires precédents. Amities à tous

Par Anonyme

Une alfa reste une alfa. Quand je pense qu'a la base (anonyma lombarda fabricazione automobili), on a un ingenieur Italien (Nicolaï Romeo), mais egalement un Francais, qui faute de comprehension en France, est allé presenter ses services en Italie, qui eux ne se sont pas trompés; C'est sur que la R19 a coté, ca fait mal au cul

Par Anonyme

bonjour a tous, je vais sans doute acquérir très rapidement unmodèle alfa roméo 147 jtd de 140 ch (diesel) et je voudrais savoir si la consommation est raisonnable?? merci beaucoup

Par Anonyme

je veux faire l'acquisition d'une motorisation essence 16/16V pack luxe 185000km . qu'en est-il de cet achat? SVp merci

Par Anonyme

j'ai eu une mégane dci 150, aujourd'hui j'ai une 147 jtd 150... aucune comparaison la 147 est beaucoup mieux surtout question moteur bien sur la place n'est pas son fort mais si on prend une alfa ce n'est pas pour la place mais pour la voiture alors abat les comparaisons qu'on fait sur les mag qui descendent la plupart des italiennes par rapport aux autres je suis passés alfa et j'y resterais. merci

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire