Audi-A-40145.jpg

Dates clés

Commercialisation : février 1995 à février 2001 - Retouches de carrosserie (à l'avant) : mars 1999 - Version break (Avant) : mars 1996 à octobre 2001

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Elle a souvent été saluée pour sa grande rigueur de conception, sa finition très avantageuse et ses moteurs diesels à la fois sobres et performants. Le tableau serait donc idéal, s'il n'y avait, en dépit de sa réputation bien établie de fiabilité, toute une série de défauts souvent importants, qui entravent l'utilisation et conduisent à des dépenses parfois très lourdes. La bonne réputation de la marque se trouve ainsi bafouée. En attendant, même si la voiture se présente toujours sous des aspects très attrayants en occasion, il vaut mieux choisir sa version avec soin et éviter les versions à pièges. D'autant que les prix en occasion restent, eux, toujours élevés par rapport à l'âge des modèles, et même à leur kilométrage souvent important.

Caradisiac a aimé

  • La finition
  • La position de conduite
  • L'ergonomie
  • Les motorisations diesels
  • Le niveau de sécurité (spécialement en version Quattro)

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les cotes trop élevées
  • Le coût d'utilisation
  • Les suspensions (à la fois trop souples mais trépidantes)

Nos versions préférées

  • 1.8 T PACK PLUS
  • V6 TDI QUATTRO PACK PLUS TIPTRONIC

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • La finition : l'habitacle est traité en haut de gamme, avec un grand soin apporté à l'assemblage et des matériaux très bien choisis dans leur immense majorité. De plus, certains options souvent retenues par les premiers acquéreurs rehaussent le standing et l'impression de qualité à bord. Le cuir (option) est de très belle facture.
  • La position de conduite : agréable, avec le concours de sièges avant bien dessinés, qui maintiennent bien le corps en virage. commandes implantées avec logique.
  • Les commandes à bord : toutes implantées rationnellement. Tout tombe naturellement sous la main.
  • Les motorisations diesels TDI : particulièrement perforamntes pour un modèle de cette génération, et d'une sobriété intéressante. ils affichent des niveaux de puissance élevés pour des modèles de cette époque. Sobriété assurée.
  • Les versions Quattro : avec leurs quatre roues motrices, elles se montrent redoutablement efficaces et sûres sous la pluie. Et cette transmission a été proposée sur une large part de la gamme.
  • Le freinage : efficace, endurant. ABS de série sur toute la gamme, sauf sur quelques versions à 4 cylindres, essence ou diesel, des millésimes 95-96.
  • Le niveau de sécurité proposé : bonne protection en cas de choc et une présence d'airbags de série qui augmente au fur et à mesure de la carrière de la voiture.

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • Les prix en occasion : bien trop élevée.
  • Le coût d'utilisation : malgré la sobriété des moteurs, les visites en atelier dans le réseau de la marque sont plutôt chères et votre budget peut se trouver soudainement alourdi par une dépense imprévue, causée par le manque de fiabilité de tel ou tel organe. Même sur les soucis connus et répétitifs ne font pas l'objet de prises en charge systématiques, malgré un mieux apporté en 2005-2006.
  • Le rétroviseur droit : il est plus petit que le gauche.
  • La suspension : elle n'est pas raide mais moins douce que chez les concurrentes, notamment françaises. Les modèles chaussées de grandes roues à pneus très taille basse sont d'autant moins confortable. Fermeté excessive de la banquette.

3. Budget

Achat / Cote :

La surcote est courante, surtout sur les modèles diesels, systématiquement les plus recherchés. Les lourds problèmes de fiabilité, sans doute peu connus du grand public, n'ont pas du tout plombé la réputation ni la cote de cette voiture toujours auréolée d'une excellente image.

Consommation :

Les diesels, tous à injection directe, affichent une sobriété très avantageuse pour un modèle de ce gabarit et de cette génération (même si on fait encore; mieux depuis).

Assurance :

Tarifs plus élevés que pour la moyenne de la catégorie. Comptez de 20 à 35 % de plus que pour un modèle français équivalent.

Prix des pièces :

Cherté évidente dans l'ensemble, avec quelques tarifs vraiment excessifs sur certains organes mécaniques importants ou pièces de tôlerie.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 30 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 90 000 à 180 000 km suivant les versions.

4. Fiabilité

Description :

Bilan pas très positif, en totale contradiction avec l'image d'excellence attachée à la marque. Les problèmes ont été nombreux, affectant sur de longues période de fabrication des séries d'organes et de pièces très nettement identifiées, et dont la liste apparaît bien trop longue. Attention donc à l'utilisation qui, contre toute attente, peut se trouver entravée par des soucis parfois importants, et aux dépenses de remise en état qui peuvent alors s'imposer.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteur 1.8 T. Casse possible du turbo passé 100 000 km.
  • Moteurs TDI. Sur tous les diesels depuis 1998, baisse progressive de puissance à partir de 60 000 km. Peut provoquer une absence complète d'accélération au-delà de 120 km/h. Causé par l’encrassement du débitmètre d’air. Il est impossible de le nettoyer, il faut le remplacer. Coût : environ 125 €. Depuis le printemps 2003, les débitmètres fournis en après-vente ne se montrent plus sensibles à l'encrassement.
  • Moteurs 1.9 TDI 110 et V6 TDI. Surtout sur les 1.9 TDI 110 fabriqués jusqu'en juillet 1998, mais aussi sur de nombreuses V 6 TDI fabriquées jusqu'en juillet 1999, encrassement puis casse du turbo à géométrie variable. Affecte d'avantage les voitures effectuant des parcours urbains répétés.
  • Moteur 1.9 TDI 115. Risque élevé de casse moteur à partir de 70 000 km : très nombreux remplacements. Souvent causé par un problème de piston. Coût : env. 8 000 €. Pas de prise en garantie.
  • Moteur V6 TDI. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1998, quelques défaillances de boîtier électronique (à changer).
  • Moteur V6 TDI 150 ch. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999, risque de grippage du tendeur de courroie de distribution ; d'où rupture possible de la courroie de distribution. Voitures le plus souvent rectifiées par les concessionnaires.
  • Moteur V6 TDI. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999, possible défaillance de la pompe d'injection à partir de 120 000 km. Dans ce cas, elle est à remplacer.
  • Moteur V6 TDI. Défaillance possible des injecteurs (tendance à se boucher). Génère des à-coups et un baisse de puissance du moteur.
  • Train avant. Sur les modèles fabriqués à partir de juillet 1997, apparition progressive de bruits, d'abord au passage de fortes inégalités, puis de façon de plus en plus fréquente et chronique. Causes techniques :
  • paliers de barre antiroulis (sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1999) ;
  • surtout, corrosion des articulations de bras de suspension, surtout inférieurs. Causée par la porosité des soufflets de protection (surtout sur les modèles fabriqués entre février 1998 et février 2000). Parfois, les bras supérieurs sont aussi atteints. Remède : remplacement des bras, de 400 à 900 €. Prise en charge faible, et variable suivant l’ancienneté de la voiture.
  • Direction. Sur les modèles fabriqués entre juillet 1997 et octobre 2001, apparition de craquements de direction, accompagnés de points durs en braquage (dès 40 000 km). Causés par la corrosion des rotules de direction la corrosion (en bout de biellettes), en raison de la mauvaise étanchéité des joints. Rappel au second semestre 1999 mais seulement sur les modèles les plus touchées (millésimes 98-99), rappel complété à l’automne 2001. Cependant, toutes les voitures atteintes du défaut n'ont pas été corrigées.
  • Catalyseur. Sur les TDI 110 fabriqués jusqu'en mai 1998, destruction très précoce du catalyseur (céramique interne), parfois dès 25 000 km. Il a été remplacé sur la plupart des voitures.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 1.6. Sur les modèles fabriqués jusqu'en novembre 1995, difficulté de démarrage à froid.
  • Moteur 1.6. A-coups de fonctionnement. Se corrige par une reprogrammation du boîtier électronique de gestion. Nouvelle cartographie de gestion moteur disponible depuis 2003.
  • Moteurs V 6 essence à 12 soupapes. Tendance à l’encrassement des soupapes.
  • Moteurs V 6 essence à 12 soupapes. Tendance à consommer beaucoup d'huile en début de vie. Sans aucune conséquence grave.
  • Moteur V 6 2.8 à 12 soupapes. Quelques cas de fuite de liquide de refroidissement sur un raccord situé au centre du V, sous le collecteur d’admission.
  • Moteurs 1.9 TDI. Tendance à consommer beaucoup d'huile en début de vie. Sans aucune conséquence grave. Par la suite, les besoins en huile peuvent se révéler un peu supérieurs à ceux d'autres turbodiesels ; mais sans incidence particulière.
  • Moteur 1.9 TDI. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1998, suintement d’huile sur le joint spi de vilebrequin. Sans gravité.
  • Moteur 1.9 TDI 110. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1999, ralenti anarchique, risque de caler lors du retour au point mort. Causé par un défaut de la gestion électronique.
  • Trains roulants. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1995, tendance à tirer à droite et usure asymétrique des pneus AV (surtout en Dunlop SP 9).
  • Roulements de roues avant. Sur quelques modèles fabriqués jusqu'en février 1996, faiblesse de ces roulements de roues.
  • Roulements de roues arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 1997, des cas de remplacement de ces roulements à partir de 80 000 km.

Aspect extérieur :

  • Bruits d'air. Sur les modèles 95, souffle aérodynamique en provenance de la bordure du toit ouvrant (option). Se résout par un réglage.
  • Bruits d'air. Sur les modèles 95-96, souffle aérodynamique en provenance des entourages de portières avant. Se résout par un réglage des portières (charnières).
  • Capot moteur. Sur quelques modèles 95-96, ouverture impossible. Bruits d’air sur les portières AV, surtout sur les modèles 95-96.
  • Hayon. Sur les breaks fabriqués jusqu'en juillet 2001, grande vulnérabilité au vol par effraction : le barillet du hayon présente une faiblesse caractérisé et peut être forcé aisément.

Finition intérieure :

  • Sellerie. Quelques grincements sur l’arrière de l’assise des sièges avant.
  • Vibrations mécaniques. Sur les versions diesels, quelques fourmillements dans la pédale d’embrayage et le levier de vitesses.
  • Accessoires. La boîte de rangement située en haut de la console centrale ferme parfois mal
  • Bruits parasites. Dans l'ensemble très peu nombreux mais, sur les modèles fabriqués jusqu'en mars 1999, possible grincement sur les gâches des serrures des portes avant.

Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

  • Lève-vitres. Sur tous les modèles, et surtout ceux fabriqués jusqu'en 1998, pannes récurrentes de lève-vitres (moteur ou pièce du mécanisme). Oblige à des remplacements, parfois répétés.
  • Eclairage intérieur. Sur les modèles 1995, défaillance potentielle de l’éclairage.
  • Klaxon. Sur les modèles 1995, non-fonctionnement possible du klaxon
  • Jauge à carburant. Sur les modèles 1995, indications de la jauge à carburant aléatoires.

Rappel et rectification en concession :

  • Moteurs 1.8 et 1.8 T. Sur les 1.8 et 1,8 T fabriqués jusqu'en février 1996, risque d’interruption soudaine de la lubrification. Causé par un défaut de la pompe à huile : défaut interne, bloquant le retour d’huile ; d’où une surpression dans le circuit de lubrification (4 bars au lieu de 2) et fermeture partielle des soupapes. Rappel fin 96 : pompe changée systématiquement.
  • Direction. Sur les modèles fabriqués entre juillet 1997 et octobre 2001, craquements de direction, accompagnés de points durs en braquage. Causés par la corrosion des rotules de direction. Rappel au second semestre 1999, mais uniquement sur les modèles les plus touchées (des millésimes 98-99), rappel complété à l’automne 2001. Toutes les voitures atteintes par ce défaut n'ont pas été corrigées.
  • Airbags frontaux. Sur les modèles 1995-1996, risque de déclenchement de l’airbag à la montée ou à la descente de voiture. Causé par un phénomène d'électricité statique. Rappel en octobre 1997.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :

  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

Prise en charge sous garantie :

  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Prise en charge hors garantie :

  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

5. Meilleures versions

En essence : 1.8 T PACK PLUS

Le même moteur que le 1.8 125 ch, mais avec un turbo basse pression. C'est une mécanique sans piment particulier mais très régulière dans sa façon de donner sa puissance. Archi répandue dans le groupe Volkswagen puisqu'elle équipe aussi bien la Golf GTI contemporaine que d'autres Audi, des Seat et des Skoda.
Commercialisation : 1996
Puissance fiscale : 7
Puissance réelle : 150 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

En diesel : V6 TDI QUATTRO PACK PLUS TIPTRONIC

Très rare de trouver un 6 cylindres diesel dans une berline de ce gabarit à l'époque. L'ensemble est très réussi, agréable même. Mais les prix demandés sont largement excessifs et les soucis techniques possibles.
Commercialisation : 1999
Puissance fiscale : 10
Puissance réelle : 150 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8