Les journalistes d'Autoblog.com ont eu la chance de pouvoir s'entretenir avec le responsable Produits de BMW Motorsport GmbH Albert Biermann qui leur a donné quelques infos sur le futur de la division des produits vitaminés de BMW. Étonnamment, cela va parfois à l'encontre du discours des gens de BMW en Europe. Revue de détails.
BMW M : La M5 4x4 et le Z4M n'existeront pas, la M5 Touring non plus
De leur discussion, les journalistes d'Autoblog ont extrait 6 réponses intéressantes :

  • Premièrement, le Z4M n'est apparemment toujours pas au programme chez BMW. La définition de départ du Z4 fut celle d'une GT pas d'une ultra sportive, du coup, le business plan d'une Z4M ne parvient pas à convaincre les comptables.
  • L'objectif de la division M n'est pas créer des modèles plus légers que les versions sur lesquelles ils se basent car selon Biermann, les ajouts sont tellement nombreux qu'il est impossible de faire plus léger? L'objectif est donc de grossir le moins possible, ce que fait la dernière M5 qui est seulement 30 kg plus lourde qu'une 550i. Sur l'ancienne E60, c'était 90 kg. Quant à ajouter un pavillon carbone sur la F10, Biermann admet que c'était économiquement impossible à faire.
  • M pourra se conjuguer avec i. Biermann précise que la philosophie de la division M « est d'apporter du fun et de l'émotion » et ce quel que soit le type de motorisation. Du coup, il est persuadé « qu'il existera un jour où les 'M' ne seront plus essentiellement à moteur thermique mais aussi électrique. »
  • La M5 actuelle n'existera par en traction intégrale. Biermann affirme que c'est un axe de réflexion qui a été étudié mais que pour le moment ça n'est pas encore nécessaire. Pour lui, le niveau de couple actuel permet de se passer de traction intégrale mais à l'avenir, cela ne sera probablement plus le cas. Des prototypes de M5 4x4 ont tourné mais il a été décidé que le AWD était trop compliqué et inutile en l'état actuel car le différentiel actif et l'électronique permettent suffisamment de contrôle.
  • Un point étonnant : alors que durant la présentation européenne de la M5 il semblait acquis que la version Touring (break) allait bientôt apparaître, Biermann affirme le contraire à nos confrères US. La raison ? La dernière M5 Touring s'est vendue à 1056 exemplaires … Le modèle économique ne passe pas le filtre comptable.
  • Biermann confirme l'arrivée de la boîte manuelle aux USA mais souligne qu'il n'est pas vraiment d'accord avec ça. Il précise que seuls les USA ont réclamé cette boîte manuelle (!) et que le poids du marché US étant ce qu'il est, la demande sera satisfaite. Toutefois, il indique qu'une M5 en boîte manuelle sera forcément moins performante qu'avec une M DKG, l'humain appelé à la manipuler étant incapable d'atteindre le niveau d'efficacité de la nouvelle boîte double embrayage ! Et dégrader les performances de la M5 lui parait contre-productif.