Depuis 2003, les prix du carburant à la pompe flambent. Le marché du brut s'enflamme à la moindre étincelle, les prix du gasoil et de l'essence se resserrent et la demande ne cesse de croître. Quel avenir pour le portefeuille de l'automobiliste? Caradisiac a enquêté.

2005 fut une année difficile pour l'automobiliste français. Les prix à la pompe ont augmenté de plus de 40 % entre 2004 et 2005. Une augmentation considérable due à l'actualité géopolitique (conflits, catastrophes naturelles), à la baisse de la production, et surtout à l'accroissement de la demande mondiale (Chine, Etats-Unis). Si l'on en croit un récent rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), cette demande devrait encore augmenter en 2006 (+2,2 % ).

Quelle incidence à la pompe

Le prix du litre de gasoil a dépassé l'euro symbolique voilà un an. S'ils tendent à se stabiliser depuis la fin de l'année 2005, les prix à la pompe devraient rester à la hausse, en 2006, en raison du contexte géopolitique.

A l'heure actuelle, Wall Street est en ébullition devant la menace de l'Iran de réduire de 10 % sa production (pour tenter de protéger ses activités de recherche nucléaire). De l'avis des spécialistes de l'IFP (Institut français du pétrole) le marché devrait rester probablement tendu encore longtemps. "Le marché reste fébrile et toutes les nouvelles un peu inquiétantes poussent les cours à la hausse".

Gasoil

En France, la consommation de gazole a doublé (+ 4,4 % par an) sur la période 1985-2003. En 2005, le parc automobile français se composait à 70 % de véhicules diesel. La forte demande en gasoil a conduit directement à une flambée des prix. Une spécificité du marché européen. Les prix hors taxe du gasoil et de l'essence se sont donc resserrés en Europe. En conséquence, si la demande croît de nouveau les prix du gasoil à la pompe suivront.

Essence

Etrangement, l'Europe s'est retrouvée excédentaire en essence en 2005 car la demande s'est considérablement réduite au profit du gasoil. Les prix à la pompe auraient dû logiquement redescendre. Mais pour compenser ce déficit, les pays européens, dont la France, ont exporté leurs excédents aux USA. Du coup les prix se sont stabilisés.

900 litres et 1000 € par an par automobiliste

La demande annuelle moyenne d'un français en carburant est approximativement de 900 litres de carburant par véhicule. En 2004 (avant la hausse des prix) la FFAC, dans son rapport, chiffrait en moyenne à 1 000 € taxes comprises les dépenses annuelles en carburant de l'automobiliste français.

Exactement 1 255 € pour une Peugeot 307 HDi pour 19 730 km parcourus.

Comment faire face ?

Pour faire face à cette future pénurie de carburant, la majorité des Français se déclarent prête à adopter des solutions alternatives. Ainsi, les biocarburants apparaissent comme la solution la plus attractive (88 % ) suivie par le moteur hybride (69 % ) et le système "start-stop" (65 % ). Viennent ensuite les véhicules électriques (59 % chacun). Le GPL suscite des réactions plus nuancées, avec seulement 49 % des sondés favorables à son utilisations.

Lire aussi

Forum

Partagez vos bons plans pour trouver de l'essence à prix malin.