Au lancement du segment des minispaces, beaucoup de constructeurs pensaient avoir trouvé la solution miracle pour attirer de nouveaux clients. Malheureusement pour eux, les ventes n’ont jamais atteint les niveaux escomptés.

Aujourd’hui, les chiffres de vente se sont stabilisés et la plupart des marques sont présentes sur ce segment. Parmi les absents notoires se trouvaient Citroën. Cette lacune dans la gamme sera comblée dès le mois de février avec l'arrivée du C3 Picasso. Deux mois avant cette date, Caradisiac vous dévoile en avant-première un comparatif entre le dernier-né du bureau de style Citroën et certains de ses concurrents à savoir le Renault Grand Modus, l’Opel Meriva et le Skoda Roomster.

Un style novateur sur le C3 Picasso

Qu’on se le dise, Citroën est sans aucun doute le constructeur qui a le plus le vent en poupe actuellement et les succès des C4 Picasso et C5 en sont le meilleur exemple. L’engouement qu’a suscité le C3 Picasso lors du Mondial va d’ailleurs dans ce sens. Il faut dire que les hommes de Jean Pierre Ploué sont particulièrement inspirés en ce moment. Ainsi pour ce C3 Picasso, ils ont choisi de jouer la carte de la rupture par rapport au reste de la catégorie. Le C3 affiche une vraie bouille avec un capot haut perché, une calandre pleine, un arrière arrondi et des teintes flashies. Par certains cotés, l’avant du C3 Picasso a des faux airs de Porsche Cayenne.

Face à lui, l’Opel Meriva, vieillissant et le Renault Grand Modus semblent bien fades. Pour le premier, il est temps de passer la main, et ce sera effectif en 2009 avec une nouvelle génération qui disposera de portes à ouverture antagoniste. Le second n’a jamais été d’une grande originalité et son restylage, il y a quelques mois n’a pas arrangé les choses.

Enfin, le Roomster demeure un cas à part car sa principale originalité se situe au niveau de son profil avec une vitre arrière descendant très bas et arrondie sur le haut, une forme que l’on retrouve également au niveau des vitres latérales avant.

L’habitacle du C3 Picasso apparaît comme nettement plus moderne que la concurrence avec une instrumentation centrale divisée en 3 compteurs particulièrement lisibles. Mais ce qui frappe le plus c’est la luminosité qui règne à bord en raison du pare-brise panoramique en trois parties avec des montants A particulièrement discrets qui permettent également de gagner énormément en visibilité. La qualité perçue est également flatteuse avec une planche de bord nervurée et des rangements bénéficiant d’un revêtement façon balle de golf. Difficile. de rivaliser pour les concurrents. Seul le Modus arrive à résister en raison de son instrumentation centrale très claire et son excellente ergonomie de console centrale. Il n’en est pas de même de la qualité des plastiques employés qui reste décevante.

Dans ce domaine, le Roomster et le Meriva sont largement en retrait puisque leurs deux habitables sont noirs et tristes. L’usage de plastiques durs très peu valorisants et les formes carrées des planches de bord constituent aussi des handicaps de poids.