Pas besoin de vous remémorer que le marché des crossovers urbains est en pleine explosion, il suffit de jeter un œil dans la rue. Parmi la dizaine d’acteurs présents sur le marché, c’est Renault qui a su le mieux tirer son épingle du jeu. En 2014, près de 63 000 exemplaires du Captur ont été écoulés sur le sol français et 166 235 exemplaires sur le vieux continent. Ces scores brillants, dus en grande partie à son look sexy, ont permis au frenchie de se hisser dans le Top 10 européen aux côtés des Volkswagen Golf et Ford Focus.

La nouvelle Fiat 500X, qui arrive tardivement sur le marché, a eu le temps d’observer la concurrence et de tirer profit du meilleur. D’ailleurs, l’italienne n’arrive pas seule puisqu’elle est le fruit d’une étroite collaboration avec Jeep qui lance simultanément le Renegade, son alter ego version baroudeuse. Les deux véhicules partagent bon nombre de pièces comme la plateforme, les motorisations et les transmissions.



Le constructeur surfe depuis 2007 sur le succès de sa Fiat 500. Le filon commençait à s’épuiser au regard des déclinaisons plus ou moins de réussies (500 L et 500 L living). Cette fois-ci la firme italienne sort du lot avec cette déclinaison 4x4 aux lignes particulièrement réussies. Le design est harmonieux et capable de rivaliser avec le charme extérieur du Captur.


la finition a bord du Captur est médiocre
l’italienne s’illustre par son intérieur soigné

À 4,25 m de long, la Fiat 500X dispose d’une longueur d’avance (+ 13 cm) que le Captur. Elle n’en profite malheureusement pas pour dégager un meilleur espace aux jambes et dans le coffre (350 litres). L’ensemble reste toutefois très correct pour la catégorie. À l’inverse, le français optimise au maximum l’espace à vivre, notamment grâce à sa banquette arrière coulissante qui glisse sur 16 cm. L’espace aux coudes est certes plus réduit, mais cette banquette permet d’alterner entre espace aux jambes et grand volume de coffre supérieur (377 litres).


pourtant plus petit, le Captur s’avère plus habitable
La 500X ne met pas à profit son grand gabarit

En revanche, en matière de présentation, le Captur ne peut rivaliser. Fiat a mis le paquet en matière de qualité perçue et domine ici largement les débats. L’habitacle du français est desservi par des plastiques bas de gamme, des assemblages parfois passables (visses apparentes, boîtes à gant) et une technologie embarquée obsolète. Quand l’italien propose (en option) le frein de stationnement électrique, l’aide au maintien dans la voie, les sièges avant électriques, le détecteur d’angles morts et le système anti-collision, le français lui mise sur le démarrage sans clé, les feux diurnes à LED et la surveillance de pression des pneus. Quand Renault propose l’assistant de traction « Grip Control », Fiat réplique avec une offre de transmission intégrale. Même combat en ce qui concerne la boîte à double embrayage EDC qui doit faire face à l’excellente boite automatique à 9 rapports disponible sur la 500X. Et enfin quand Le français mise sur sa tablette connectée R-Link, Fiat répond avec le U-Connect. Attention, car si à première vue les tarifs du 500 X sont plus attractifs (à partir de 20 590 € équipée du Mjt 120 ch) que le Captur (à partir de 21 300 € équipée du dci 110), les versions d'entrée de gamme sont plus pauvres en équipement.