1. A l’arrêt

D’abord le tour du propriétaire. A l’extérieur, le plus marquant est l’absence de PLC (porte latérale coulissante) sur la version Compact. Du coup, on pose des questions. Réponse de Renault : un choix délibéré, effectué dès le lancement du projet. Précisons que le Compact dérive du Kangoo Express (raccourcissement de l’empattement), lui même dérivé d’une plate-forme de Scenic. Renault explique avoir privilégié le confort du conducteur et du passager ainsi que l’espace à bord (la largeur aux coudes atteint 1,51 m soit 8 cm de plus que sur la précédente génération de Kangoo). Et donc dû sacrifier la PLC sur le Compact. Au client de réfléchir à ce dont il a précisément besoin. Si la PLC s’avère indispensable, il pourra toujours aller voir du côté des Citroën Nemo, Fiat Fiorino ou Peugeot Bipper… Attention tout de même, sur des véhicules si compacts, pas de miracle à attendre. Même équipés d’une PLC, la largeur de chargement n’est pas forcément optimale…

A l’intérieur, on note également l’absence d’airbag passager. Une option facturée 150 euros sur l’Express. Bizarre lorsqu’on avance avoir voulu privilégier le confort...

Bons points pour les deux modèles en revanche à l’arrière. Il est possible de charger une europalette avec un chariot élévateur.

Le girafon quant à lui sera coulissant ou ne sera pas. Avec ouverture sur le toit qui plus est. Pas bête…

2. En mouvement

Les deux véhicules mis à notre disposition étaient équipés des mêmes motorisations et chargés à 200 kg. Dans ces conditions, le 1.5 dCI de 85 ch s’est toujours avéré suffisant sur un parcours mixte. Il s’est également distingué par sa souplesse d’utilisation.

Le diagnostic diffère en revanche en terme de comportement routier. Pas de souci avec le Kangoo Express qui s’est même révélé plutôt entraînant à conduire, et… paradoxalement moins bruyant que son petit frère. Le Compact n’est pas paru aussi serein. Rien de grave pour autant. Mais quelques transferts de charge à l’accélération ou au freinage étaient désagréables. De manière générale, le Compact fait preuve de trop de souplesse. Chez Renault, on répond confort de conduite, arguant qu’il sera surtout utilisé en ville. Pourquoi pas. Là encore, il faudra à chacun définir précisément ses besoins et ne pas hésiter à aller voir les propositions de la concurrence.

Un mot, pour conclure, sur l’esthétique de ces deux modèles. C’est bien connu, les goûts et les couleurs, cela ne se discute pas. D’accord. Je laisserais donc la comparaison de l’esthétique du Kangoo Express face à ses concurrents à l’appréciation de chacun. En revanche, je ne peux m’empêcher de donner mon avis sur le Compact. Le profil manque selon moins d’équilibre. Ce Compact donne clairement l’impression d’avoir été raccourci. Chez PSA/Fiat, on a indéniablement procédé autrement. Sûr, voilà deux propositions radicalement différentes, et pas seulement d’un point de vue esthétique.

Première partie de l'article ici.