Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Dacia Sandero en occasion ?

Publié dans Guide fiabilité > Autres actu fiabilité

par

Maxi-fiche fiabilité : que vaut la Dacia Sandero en occasion ?

Dates clés

  • Commercialisation en juin 2008. Version Stepway (baroudeuse) en juillet 2009.
  • Remplacée par la deuxième génération en novembre 2012.

Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

Après le succès de la Logan commercialisée en 2005, Dacia sort en 2008 le deuxième modèle de son "ère moderne". Et c'est à nouveau un hit formidable pour la marque, qui en écoule à tour de bras. Il faut dire que cette citadine polyvalente, au gabarit équivalent à celui d'une Renault Clio, mais vendue presque 5 000 € moins chère, a immédiatement séduit les acheteurs qui jusque-là achetaient de l'occasion, et ont pu accéder alors à une voiture neuve. D'autant que l'équipement, sauf en version de base, pouvait se révéler tout à fait suffisant, l'espace habitable généreux, le coffre accueillant. Les moteurs, repris de la banque d'organe Renault, ne sont pas de première jeunesse mais ont le mérite d'être connus et éprouvés, au bénéfice de la fiabilité. La tenue de route n'a jamais posé de problème à personne, et le confort a toujours été, de son côté, salué. En 2008, une version Stepway, au look de baroudeuse, est venue étoffer la gamme. Aujourd'hui, avec l'apparition de la deuxième génération, on ne trouvera plus cette Sandero 1 que sur le marché de l'occasion, où elle mène une honorable carrière.

Caradisiac a aimé

  • L'habitabilité séduisante
  • Le confort remarquable
  • Le rapport prix/équipement imbattable
  • La simplicité de conception
  • Le look plus sexy que celui de la Logan
  • La garantie 3 ans
  • La version GPL

Caradisiac n'a pas aimé

  • La présentation intérieure tristoune
  • Les moteurs essence gloutons
  • L'insonorisation légère
  • La sellerie sans maintien

Nos versions préférées

  • 1.4 MPI 75 GPL LAUREATE
  • 1.5 DCI 85 PRESTIGE

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • L'habitabilité : à l'avant ou à l'arrière, et même dans le coffre, tout le monde sera à l'aise. Les cotes d'habitabilité sont excellentes pour le gabarit.
  • Le confort : les suspensions sont réglées pour absorber au mieux les inégalités de la route et la garde au sol est assez haute donc les débattements importants. Le confort est ainsi remarquablement assuré.
  • Le rapport prix/équipement : imbattable. La Sandero peut bénéficier en finition haute de l'essentiel des équipements de confort et de sécurité. Rien de technologique bien sûr, mais pour le prix c'est presque incroyable.
  • La simplicité : que ce soit pour l'entretien, les réparations, ou même l'assurance, elle a ses vertus. Comprenez par là que c'est toujours très facile et abordable.
  • Le look : lors de sa sortie, elle faisait indéniablement plus moderne et cossue que la Logan, ce qui n'a pas été étranger à son succès.
  • La garantie : alors que les marques françaises plafonnent en général à 2 ans, Dacia propose 3 ans et 100 000 km, c'est assez rassurant, et permet d'acheter une occasion assez récente sans arrière-pensée.
  • La version 1.4 GPL : une des rares à être restée en vente jusqu'à la fin des incitations fiscales.

Ce qui peut faire hésiter

  • La présentation intérieure : reprise de la Logan, elle est un peu tristoune.
  • Les moteurs essence : les MPI sont anciens et ont du mal à contenir leur consommation, qui se révèle élevée dans la catégorie.
  • L'insonorisation : elle est juste passable et peut rendre fatigants les longs trajets autoroutiers, que ce soit en essence ou en diesel.
  • La sellerie : bas de gamme et plate, elle ne dispose d'aucun maintien latéral.

3. Budget

Achat / Cote :

Évidemment, le prix d'achat en neuf était imbattable. Et pendant quelque temps, la cote en occasion est restée à un très haut niveau. Aujourd'hui, les cotes se sont stabilisées à un niveau moyen pour la catégorie. On ne fera ni de bonnes, ni de mauvaises affaires.

Consommation :

Si les blocs diesels dCi tirent leur épingle du jeu et affiche une belle frugalité, ce n'est pas le cas des moteurs essence et du GPL. Anciens de conception, ils ne bénéficient d'aucune technique de réduction de consommation ni de système d'injection moderne. Ils sont donc assez gloutons.

Assurance :

Dans la catégorie des citadines polyvalentes, difficile de trouver une voiture aussi économique à assurer. La Sandero est en moyenne 28 % moins chère à assurer par rapport aux françaises, allemandes ou italiennes. C'est non négligeable rapporté à plusieurs années d'utilisation et un bon point à l'heure du choix.

Prix des pièces :

Ici aussi la Sandero se distingue par des pièces très abordables. Ce sont des pièces issues du catalogue Renault pour la plupart, avec des prix similaires, à quelques euros près et sauf exception. Les pièces de carrosserie, plus simples dans le dessin sont également plus abordables.

Entretien :

Les échéances de révision sont de 15 000 km ou 1 an pour les moteurs essence. 20 000 km ou 2 ans pour les diesel, et 30 000 km ou 2 ans pour les modèles équipés du Filtre à particules (FAP). La courroie de distribution doit être remplacée tous les 90 000 km ou 4 ans sur les modèles essence et tous les 160 000 km ou 6 ans pour les diesels. Les forfaits entretien sont plus abordables que la moyenne. Au final, la Sandero s'en sort très bien au chapitre coûts d'utilisation.

4. Fiabilité

Description :

Globalement, la Sandero est fidèle à la réputation de fiabilité de la marque. Les soucis existent, mais ils sont assez peu nombreux par rapport au nombre de voitures vendues, et rarement immobilisants. Seulement agaçants pour certains. Par ailleurs la finition et la qualité des matériaux est en deçà de la moyenne. Mais il faut garder à l'esprit le prix de vente de la voiture. La Sandero reste une auto low-cost, il ne faut pas s'attendre à des miracles.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Il n'en existe aucune qui soit récurrente, et oblige alors de nombreux conducteurs à rester immobilisés. C'est positif.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 1.4 MPI 75 GPL. Spécifiquement sur ce moteur, des soucis de passage du mode essence au mode GPL avec parfois des calages et des à-coups. Également soucis de jauge GPL (fantaisiste ou qui s'éteint). Plus rarement, soucis d'injecteurs, de bobines ou de culasse.
  • Embrayage. Sur le 1.4 en majorité, usure parfois rapide de l'embrayage (patinage).
  • Pneus. Sur une série de première monte de marque Continental (modèle Eco 3), quelques propriétaires ont été confrontés à des déformations rapides voire des déchirures sur les flancs.
  • Radiateur. Toujours sur les 1.4, cas de radiateurs percés. A priori, il s'agit d'une mauvaise protection face aux graviers. Une plaque peut être montée pour protéger le radiateur.
  • Direction assistée. Comme sur la Logan, la pompe de direction assistée est assez bruyante lors des manœuvres. Mais c'est normal, il n'y a rien à faire.
  • Odeurs de gaz. Les modèles fabriqués entre novembre 2009 et février/mars 2010 ont pu sentir le gaz pendant les 2 000 premiers kilomètres. Il s'agissait d'un additif d'huile de boîte de vitesse qui était très odorant. Les odeurs se sont estompées d'elles-même ou bien une vidange d'huile de boîte a résolu ce désagrément.

Aspect extérieur :

  • Rien à signaler à ce chapitre, mis à part que la voiture est peu protégée au niveau de la carrosserie et subit donc facilement les affres de la circulation.
  • Corrosion. Certains organes mécaniques montrent rapidement des signes de rouille de surface. Inquiétant mais cela ne présage en rien de la longévité de ceux-ci. En effet, cette corrosion reste en surface et ne compromet pas la longévité des éléments.
  • Peinture. La couche est fine et s'écaille au moindre gravillon.

Finition intérieure :

  • Sellerie. Elle maintient peu et certains propriétaires ont noté un avachissement rapide des mousses.
  • Moquettes. Très fines et à usure rapide si l'on n'y fait pas attention.
  • Bruits parasites. La planche de bord en une seule pièce les limite mais d'autres peuvent apparaître au niveau des contre-portes ou de la plage arrière.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Serrures. Quelques dysfonctionnements menant à des remplacements ont été signalés, sans que cela soit une épidémie.
  • Commodo. Grande sensibilité du commodo code/phares. Il est facile d'éteindre les feux lors du passage de l'un à l'autre. Bien décomposer le mouvement est l'unique solution proposée par Dacia.

Rappel de rectification en concession :

  • Juillet 2011. Rappel des modèles équipés du 1.2 16v 75 ch pour remplacement des demi-cônes de soupapes, suite à un risque de casse moteur. Les modèles concernés sont sortis d'usine entre le 17 septembre et le 30 novembre 2010.

5. Meilleures versions

En Bicarburation essenc : 1.4 MPI 75 GPL LAUREATE

Si l'on considère que la Sandero doit rester une voiture économique à outrance, alors il faut sélectionner en essence le bloc 1.4 MPI GPL. Tout simplement parce que rouler au GPL coûte au final presque moins cher que de rouler au gazole, tout en polluant moins. Alors les performances sont tout juste suffisantes, mais pour qui n'a pas besoin de plus de 75 ch pour se déplacer, cela suffira. La finition Lauréate s'impose pour qui veut un minimum d'équipement de confort.
Commercialisation : 2009
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 75
Emission de CO2 : 165 g/km
note :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

En Diesel : 1.5 DCI 85 PRESTIGE

En diesel, le petit 1.5 dCi 70 est limite en charge. Le même moteur en version 85 ch apporte la polyvalence nécessaire pour partir sereinement en vacances avec armes et bagages. Et sans consommer plus de surcroît... La finition Prestige est la plus équipée, et ne manque globalement de rien par rapport à une Clio.
Commercialisation : 2008
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 86
Emission de CO2 : 120 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

Modèles concurrents

 
Inscription à la newsletter

En savoir plus sur :
Dacia Sandero

Commentaires (44)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte

Lire les commentaires

Par Anonyme

dacia sandero GPL de 2010 56000 km pour l instant rien a dire ,par contre la finition et digne d une voiture des annees 80, mais la nouvelle a fait beaucoup d effort sur la finition

Par Anonyme

dacia sandero 2009: joint de culasse à changer à 52000 km ,galet tendeur qui pète dans la foulée un vrai plaisir.On renouvèlera pas l'expérience!!!

Par Anonyme

Elle vaut pas plus qu'une brouette à 13€ au leroy-merlin.

Par

12h30: elle vaudra toujours plus que toi. Troll à part, c'est un rapport prix/prestations imbattable: fiable, simple, pratique, pas chère, suffisament confortable. Que demander de plus ?

Par Anonyme

Encore une contradiction caradisiac(on a l'habitude)!!Vous citez "insonorisation légère"or pour moi l'ambiance sonore est le critère principal du "confort" avant le confort de suspension.Voiture bruyante=voiture non confortable même si elle a la meilleure suspension du monde.Reste que c'est une bonne auto qui en donne pour son argent hormis en haut de gamme ou les prix se rapprochent trop de "bonnes" autos d'occasion récente proposant de meilleures prestations.

Par

J'aime bien les moquettes " Très fines et à usure rapide si l'on n'y fait pas attention."

Il se dit que certains conducteurs de Dacia conduisent leurs caisses en s'abstenant de poser les talons sur le plancher.

Très bon pour la ceinture abdominale !

Par

@roc : Et sinon ils peuvent investir dans un tapis de sol aussi...

Par Anonyme

Dommage que l'article ne donne pas les tarifs proposés en occasion !

Par Anonyme

Il sera dit que pour avoir une voiture fiable il n'est pas nécéssaire de dépenser 30 000€ la citadine....

Dacia démontre que le budget est parfait pour les prestations offertes. Non ce n'est pas le top finition, non ce n'est pas le top moteur...mais celui qui achète une Sendero le sait. ce qui est recherché c'est un rapport prix/prestation imbattable, la dessus Dacia ne trompe personne.

Par Anonyme

En réponse à roc et gravillon

J'aime bien les moquettes " Très fines et à usure rapide si l'on n'y fait pas attention."

Il se dit que certains conducteurs de Dacia conduisent leurs caisses en s'abstenant de poser les talons sur le plancher.

Très bon pour la ceinture abdominale !

Il y a plus de logique à avoir une moquette simple qu'on va protéger de toute façon de la boue et autre saletés embarquées sous les chaussures par un tapis de sol (type standard à 15€ le jeu complet) que d'avoir une moquette de salon tip top bien moelleuse qu'on va protéger des mêmes saletés avec un tapi de sol à 45€ sur mesure....

Parce qu'au final c'est juste pour poser les pieds....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou Créer un compte