L'histoire de la Fiat Croma n'est plus toute jeune. Apparue en 1985, la berline familiale, la Croma connaîtra pendant ses 9 années d'existence une belle carrière (450 000 exemplaires vendus dont 55 000 en France). Depuis, plus rien chez Fiat dans ce segment si ce n'est la Marea…Une fois sortie de ses déboires financiers (en 2005) , la firme transalpine a décidé de corriger le tir en redonnant vie à sa Croma. La Fiat Croma version 2005 a un but ultime et non des moindres : la reconquête de la clientèle.
La familiale française a également connu quelques années difficiles depuis sa commercialisation en 2001. Son style jugé était jugé trop consensuel : "tout juste propre à séduire une clientèle de retraités", d’après les mauvaises langues. Il s’en est toutefois vendus plus de 470 000 depuis mars 2001. Mais le restylage dont elle a bénéficié en 2005 lui a donné un nouveau souffle.
Deux nouvelles images
La face avant de la Citroën C5 restylée s'est largement inspirée de la star des chevrons, la Citroën C4. La fine calandre intégrant les deux chevrons comme sur, les feux en forme de boomerang aux quatre coins sur la berline et de nouveaux boucliers. Le toilettage extérieur n'est pas passé inaperçu auprès de la clientèle. Mais la C5 n'affirme pas autant de personnalité que sa petite sœur. Dessinée par le grand Giugiaro, la nouvelle Croma a inauguré la nouvelle image de Fiat, repris par la suite par la Grande Punto, le Doblo et prochainement le Sedici. La Croma adopte une toute nouvelle calandre, plus proéminente qu'auparavant, de nouveaux optiques plus dynamiques ainsi qu'un bouclier avant plus musclé. Le charme italien opère sur cette nouvelle familiale. A l’intérieur, la première chose que l'on remarque est la finition. Longtemps reprochée à Fiat, la finition apportée à la Croma est tout à fait satisfaisante. Utilisant des matériaux de qualité comme du plastique moussé ou du velours, la présentation est soignée et flatteuse que ce soit à l'œil ou au toucher. La Croma n'a pas à rougir de la concurrence.
La française, adopte quant à elle de nouveaux garnissages pour la sellerie, des joncs de finition laqués sur la planche de bord et les contre-portes et une façade de console centrale redessinée. L'intérieur de la Citroën C5 est toujours aussi cossu et accueillant. L’insonorisation devient l'une des qualités marquantes de la Citroën C5 avec les suspensions ! L’Hydractive reste un modèle en matière de confort. Dans tous les cas, l’efficacité de la filtration et du comportement reste remarquable. Le train avant peu sembler un peu pataud, mais la familiale à l'attitude sous-vireuse sera très vite corrigée par un ESP de nouvelle génération, associé à la nouvelle fonction CBC couplée à l'ABS (régulation du freinage en virage). Ceci devrait rassurer les pères de famille.
Comportement et confort
Conçue à partir de certains organes de l'Opel Vectra, la Fiat Croma pêche par des suspensions trop souples qui occasionnent de nombreux mouvements de caisse mais aussi du roulis en courbes. Pompages et tangages sont donc nombreux mais rien de dangereux pour autant car la Croma est équipée de série sur les différentes versions de toutes les aides électroniques à la conduite que ce soit l'ESP, ABS, EBD, etc. Pour le confort, la Fiat Croma n'arrive pas à la cheville de la française, en raison d'un mauvais réglage de suspensions. Les occupants auront l'impression d'être ballottés de droite à gauche dans les virages.
Motorisations
Fiat propose 3 motorisations diesel (2.4 Multijet 20 v 200 ch, 1.9 Multijet 8 v 120 ch et 1.9 JTD 16 v 150 ch ) et 2 essence (2.2 MPI 16v, 1.8 MPI 16v). Le 1.9 JTD 150ch qui représente le cœur de gamme, nous a séduit par sa disponibilité. Très bien secondé par une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, le 1.9 JTD distille de très bonnes reprises. Les performances sont appréciables avec une vitesse maximale de 200 km/h et un 0 à 100 km/h abattu en moins de 10 secondes. La consommation, est raisonnable avec c'est à dire un 6,1 l/100 km. La Citroën C5 a effectué un remue ménage dans sa gamme diesel avec l'arrivée du 1.6 HDi 110 FAP et surtout du 2.0 HDi 136 ch emprunté à la Peugeot 407. Associé à une bonne boîte mécanique à 6 rapports, c’est sans doute le moteur qui va le mieux à la C5, alliant agrément et économie d’utilisation, avec selon nous une longueur d’avance sur ses rivaux de cylindrée et de puissance comparables. En essence, pas de changement à mentionner avec le 1.8 16V, 2.0 16 v.