Enzo Ferrari faisait partie de la race des seigneurs, nés pour conquérir et régner. Ses voitures étaient à son image : flamboyantes, séduisantes, imposant le respect. Rarement dans l’histoire de l’automobile, il exista une telle fusion entre un homme et une marque.
Ferrari
Enzo Ferrari : l’âme de Maranello
Bâti en force, le port de tête un rien arrogant, Enzo Ferrari imposait immédiatement le respect. Il n’attirait guère l’affection et il s’en moquait bien. Il savait cependant se faire charmeur pour servir ses intérêts et devenait un irrésistible séducteur en compagnie des jolies femmes.
L’homme possédait l’art de la mise en scène, magnant l’humour et le cynisme, pouvant piquer de grosses colères, sincères ou admirablement feintes. Dur, fier et orgueilleux, parfois même vaniteux, son autorité frisait le despotisme, autant de qualités et de défauts qu’il mettait au service de sa passion dévorante et exclusive pour la course automobile.
Ainsi, la Scuderia (le service compétition) sera de son vivant l’âme de Maranello et la production de GT de série, une simple nécessité financière. Pendant les premières décennies de la marque, chaque Ferrari de route sera virtuellement unique et devra ressembler le plus possible à une Ferrari de course. Sauvages, capricieuses, peu confortables mais racées, elles livraient souvent plus de contraintes que de joie à leurs propriétaires. Pour Enzo Ferrari, elles devaient être la référence absolue en matière de voiture de sport et les heureux élus n’avaient d’autres choix que de se montrer à la hauteur de cette exigence. Si avec le temps, il accepta quelques concessions en matière de confort, d’équipement notamment pour satisfaire le marché américain, il resta cependant le seul maître à bord.
De terribles colères
Il en alla de même quand Fiat prit une importante participation financière en 1969. Il composa avec le géant de Turin, lui délégua une partie de la gestion de la production mais demeura longtemps inflexible sur des choix techniques.
Quand on évoqua devant M. Ferrari, et avec prudence pourtant, le succès de la Lamborghini Miura à moteur central, alors qu’il venait de lancer la Daytona avec un traditionnel V12 placé à l’avant, il tonna une nouvelle fois. "Les chevaux sont faits pour tirer la charrette, pas pour la pousser !" déclara-t-il, mais ce Florentin en diable avait déjà prévu l’avenir avec la magnifique petite Dino à moteur central… Si à la fin de sa vie, il se mura dans la solitude, il n’en resta pas moins toujours très bien informé par une petite cour de fidèles et son magnétisme intact inspira encore les ingénieurs et les hommes des bureaux d’études. Après sa disparition, Ferrari placé sous le contrôle total de Fiat a su néanmoins préserver son fabuleux héritage. Le mythe est plus vivant que jamais et une Ferrari inspire toujours la même émotion.
Lire aussi :
concurrencer Ferrari