Opéré l’été dernier, le restylage du Q5 s’est concentré essentiellement sur l’aspect efficient. L’ancien V6 3.2 TFSi jugé trop gourmand a été mis au placard au profit du nouveau V6 3.0 TFSi. S’ils délivrent le même niveau de puissance (272 ch), ces moteurs n’ont en revanche rien de commun en ce qui concerne le bilan écologique. Le nouveau 3.0 TFSi fait tomber sa consommation mixte à 8,5 l/100km et ses émissions à 199 g de CO2/km contre 218 g de CO2/km et 9,3 l 100 km auparavant. Sur le papier, ces chiffres prêtent à sourire (voir à pleurer) puisque le Q5 écope d’un malus de 5000 € mais le Q5 réduit l’écart sur son plus proche concurrent le BMW X3 35i. Certes plus puissant du haut de ses 306 ch, le 4x4 bavarois annonce 8,8 l /100 km et des émissions de 204 g de CO2/km.

Le nouveau V6 3.0 constitue l’offre la plus puissante en essence sur le vieux continent. Le SQ5 TFSI (essence) et ses 354 ch étant réservés aux marchés énergivores : Etats-Unis, Canada, Russie, Chine, etc. En Europe, il faudra se contenter d’un diesel pour franchir ce palier de puissance et du SQ5 TDi de 313 ch.


A l’usage le V6 d’Audi fait preuve d’une discrétion de tous les instants. Son couple qui atteint désormais 400 Nm est amplement suffisant pour animer vigoureusement les presque 2 tonnes de l’engin (1950 kg). Le Q5 s’offre ainsi un niveau de forme suffisant pour effacer tout ce qui se présente devant vous (V-max de 234 km/h et 0 à 100 km en 5,9 s) qu’il soit sur petite route ou sur les grands axes. Au final ce V6 brille par son agrément général : silence de fonctionnement, douceur et linéarité. Mais en aucun cas, il n’offre des performances de véritable sportive. La consommation reste maîtrisée pour un véhicule de ce gabarit avec une moyenne de 11l/100 km relevée durant notre test.


Esthétiquement, les évolutions apportées au Q5 restent discrètes. L’œil averti remarquera les feux de jour LED qui forment un bandeau autour des feux Xenon ainsi que la calandre noire biseautée. Les feux arrière prennent eux aussi la forme de bandeau de LED alors que le diffuseur et les sorties d'échappement ont été redessinés. Dans l’habitacle toujours aussi soigné, les nouveautés concernent essentiellement l’ergonomie. Les commandes de navigation ont été simplifiées avec quatre touches au lieu de huit auparavant. L’habitabilité aux places arrière reste passable pour un véhicule du genre, mais le volume de coffre lui atteint un volume correct à 540 litres.



Sur la route, l'Audi Q5 délivre un comportement toujours aussi rigoureux grâce à sa transmission intégrale permanente Quattro. Prise de de roulis bien dominée en courbes, direction précise, belle tenue de cap, confort de bon niveau, le Q5 possède ce qu’il faut pour encaisser les reprises musclées du V6.

L'Audi Q5 V6 3.0 TFSi débute à 50 410 €. Notre version d’essai livrée en finition Ambition Luxe et équipée d’un pack S-Line en option (2080 €) est facturée 57 290 €. Des tarifs élitistes en rapport des prestations proposées puisque l’équipement de série comprend le système d'infotainment avec navigation avec disque dur, écran couleur 7", graphisme 3D et lecteur DVD plus toutes les nouvelles connectivités, la sellerie cuir, le frein de stationnement électrique, le park assist.