Amorphe sur le vieux continent depuis une dizaine d’années, Jeep reprend du poil de la bête. Aidée par Fiat, la marque américaine présente aujourd’hui son nouveau Grand Cherokee. Un 4x4 made in US qui, pour une fois, s’adapte aux exigences du client européen.

Essai vidéo - Jeep Grand Cherokee 4 : géronimo !

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Jeep Grand Cherokee

198 g/km - Malus : 6 500 €

Début de commercialisation du modèle :
Jeep Grand Cherokee 4

Septembre 2010

La célèbre marque américaine souffle cette année, ses 70 bougies. Un anniversaire marqué par le (récent) rattachement au groupe Fiat. Jeep profite de cette passerelle (400 nouveaux points de distribution) pour inonder l’Europe de son nouveau fleuron : le Grand Cherokee.

Le chef indien s’impose comme le modèle du renouveau pour une marque dépassée depuis ces dix dernières années : motorisations gourmandes, finitions passables, gamme obsolète. Autant d’arguments qui ont détourné la clientèle vers d’autres modèles, certes moins baroudeurs, mais autrement plus réalistes. Il était temps pour Jeep d’enterrer définitivement les démons du passé pour soutenir ENFIN la comparaison avec la concurrence : BMW X5, Mercedes ML, Audi Q7, Range Rover Sport, Volvo XC90, etc.

Essai vidéo - Jeep Grand Cherokee 4 : géronimo !

A l'inverse d'une concurrence qui se « crossoverise », le Grand Cherokee revendique son origine 4X4


Premièrement en intégrant une nouvelle plateforme, issue du précédent partenariat avec Daimler. La même qui servira de base au futur Mercedes ML. Cette dernière troque son pont arrière rigide pour un train arrière multibras. Un gage d’efficacité et de confort. Le gabarit maous (4,82 m x 1,94 m x 1,76 m) ne trahit pas ses origines US. Il en va de même pour son look, typiquement Yankee. Jeep cultive l’identité 4x4 avec des lignes taillées à la serpe, une ceinture de caisse musclée et l’inaltérable calandre à 7 ouïes.
Le constructeur reste donc fidèle à sa philosophie : « celle de l’évasion et de la liberté » en proposant un véhicule au look robuste et viril à l’inverse d’une concurrence qui se « crossoverise ».
Dans l’habitacle, c’est la révolution. Jeep a fait table rase du passé et renforcé la qualité perçue de son intérieur en proposant des matériaux nobles (cuirs, bois, alu) et un ajustage soigné. On reste, ici, en retrait face aux productions germaniques, mais l’atmosphère à bord peut enfin se revendiquer premium.

Essai vidéo - Jeep Grand Cherokee 4 : géronimo !

L'intérieur est une excellente surprise. Le dessin est moderne et les matériaux sont soignés.


Pour pénétrer à l’intérieur du Mastodonte, la suspension pneumatique (Quadralift) fait profil bas en position parking, et s’abaisse de 10 cm. L’accès au Grand Cherokee s’effectue ainsi les doigts dans le nez, peu importe votre gabarit. Installé aux places avant, vous profitez d’une vue panoramique et d’un espace à vivre taillé pour le voyage. Les sièges sont moelleux, XXL et chauffants. Même constat aux places arrière qui profitent en prime d’un dossier inclinable. La surface vitrée en réduction par rapport à l’ancienne est compensée par la présence d’un toit ouvrant (panoramique) en verre, livré de série sur la finition Overland. Le grand Cherokee dispose d’un volume de coffre dans la moyenne du segment avec 782 litres. On reprochera sa faible hauteur sous tablette et son seuil de chargement haut perché. Bien que la suspension s’abaisse en mode parking.