L’heure n’est plus aux breaks utilitaires. De la même sorte que Renault et sa Mégane Estate, Opel propose aujourd’hui avec le Sports Tourer une déclinaison sportive et élégante de sa séduisante Astra. Conserve-t-elle le sens pratique ?

Essai - Opel Astra Sports Tourer : le sens pratique

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Opel Astra

94 g/km - Bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Opel Astra 4 Sports Tourer

Septembre 2010

Et un break de plus dans le vaste marché des compactes. La nouvelle Astra Sports Tourer suit la tendance actuelle. A savoir proposer des prestations de break sans altérer la ligne et les qualités dynamiques de la berline.  
Ce Sports Tourer conserve le même empattement mais s’allonge d’une trentaine de centimètre (4,70 m). Certainement au profit des volumes ? Malheureusement, non. Avec un volume de coffre oscillant de 500 à 1 550 litres, la production  d’Opel se positionne en retrait de la concurrence. Une Mégane Estate (524/1600l) et une Golf SW (505l/1550 l) font mieux.

Essai - Opel Astra Sports Tourer : le sens pratique

Un volume inférieur à la concurrence, mais idéalement aménagé

Sur le papier ces mesures apparaissent défavorables, mais en pratique ce Sports Tourer s’avère fonctionnel. A commencer par sa longueur de chargement plus importante (1,84m) et son système de sièges arrière rabattables baptisé FlexFold. D’un seul mouvement vous obtenez un plancher entièrement plat. Un système réservé jusqu’ici aux segments supérieurs. La manipulation est simple et le seuil de chargement bas permet de charger sans difficultés flagrantes. Opel propose également le Flex Organizer qui permet de compartimenter le coffre. Il s’agit d’un filet avec crochets d’arrimage. Une option à 150 €

1450 € de différence entre la berline et le break

A défaut d’être aussi vaste que ses concurrentes, l’Astrat ST se distingue par des tarifs plus attractifs et un niveau d’équipement généralement supérieur. Le ticket d’entrée se situe aux alentours de 19 000 €. Le cœur de gamme (CDTI 110 ch Cosmo) flirte, lui, avec les 23 000 €. Un positionnement intéressant dans la catégorie. La version Cosmo (haut de gamme) s’enrichit d’un radar de recul, d'un frein de parking électrique, de jantes aluminium léger de 17'', d'une climatisation automatique bi-zone, et du système FlexFold expliqué ci-avant. Opel propose en option d’autres raffinements comme l’amortissement Piloté (850 €), les sièges avant ergonomiques (600 €), la camera Opel Eye (500 €) ou encore les phares adaptatifs (1000 €).