L’ère de la très attendue 508 débute. Et le challenge est de taille pour la nouvelle production de Peugeot. Remplacer simultanément les 407 et 607 et s’imposer comme haut de gamme de la marque à travers l’Europe et l’Asie.

Essai vidéo - Peugeot 508 : cocorico !

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Peugeot 508

90 g/km - Bonus : 2 000 €*

* Véhicules hybrides émettant moins de 110 grammes de co2 : bonus de 2 000 € dans la limite de 5% du prix d'achat avec une prime plancher de 1 000 €.

Début de commercialisation du modèle :
Peugeot 508

Février 2011

Le constructeur a su tirer des leçons du passé. Et notamment du pari gagné par Citroën avec la C5 à cheval sur deux catégories. Peugeot a donc pris la même direction que son compatriote en proposant une montée en gamme de son nouveau modèle. Et si Peugeot s’en défend, cette 508 aura bel et bien la tâche de remplacer simultanément les 407 et 607 (dont la production a été stoppée à l’été 2010).
Produite à Rennes aux côtés de la C5 dont elle partage la plateforme, cette nouvelle 508, offre un compromis intéressant pour les anciens propriétaires de 407 et 607. Tout d’abord par son gabarit (4,79 m) à la croisée des deux modèles. En termes d’habitabilité, le propriétaire de 407 n’aura aucune difficulté à craquer face aux volumes proposés par la 508. (+53 mm aux jambes, +140 litres en volume de coffre). Quant au possesseur de 607, il n’aura aucune crainte à avoir quand à une éventuelle descente en gamme. Certes les côtes sont en dessous et l’accès au coffre pas vraiment aisé (545 litres) mais l’ensemble se situe au dessus de la concurrence : Renault Laguna, Citroën C5, Ford Mondeo, etc. Ce choix stratégique devrait permettre à Peugeot de fidéliser la clientèle des deux modèles précédents, sans se priver de séduire les curieux venus d’autres horizons.  Car avec la 508, Peugeot innove (enfin !) en matière de style.

Essai vidéo - Peugeot 508 : cocorico !

Peugeot propose un intérieur soigné et une qualité perçue digne du segment Premium



Sans bouleverser pour autant le look « félin » si cher à Peugeot, la nouvelle routière affiche quelques nouveautés stylistiques qui annoncent un futur prometteur à la marque. A l’image de la face avant acérée, des épaules musclées, et des portes à faux réduits. Certes, il faudra faire preuve d’un peu plus d’excentricité pour déloger les allemandes, mais la ligne est sobre, équilibrée et même élégante. Des qualificatifs appréciés par la clientèle type, approchant la cinquantaine.
Dans l’habitacle, c’est une réussite totale. Peugeot propose un intérieur soigné. Ici pas de fioriture, le poste de pilotage et le tableau de bord sont simples, lisibles et organisés. La qualité perçue est du niveau premium. Tant sur notre version GT (haut de gamme) que sur les finitions « communes ». On apprécie particulièrement la qualité des matériaux employés (plastiques/alu) et leur ajustage.