EN BREF

Version baroudeuse du Scénic

Pas de transmission intégrale

à partir de 25 650 €

Chez Renault, le restylage est une affaire qui marche. Ainsi, la troisième génération de Scénic en est à son second. Le premier était intervenu en 2012, moins de deux ans plus tard, la firme au losange redonne un nouveau coup de jeune à son monospace. Passée la surprise liée à cette stratégie commerciale étonnante, on constate que ce Xmod revêt une face avant inédite qui affiche une calandre repensée et conforme à la nouvelle image de marque du constructeur ainsi que des projecteurs un peu plus imposants. L’ensemble est réussi et renforce indéniablement la personnalité des Scénic et Grand Scénic. C’est encore plus vrai sur le Xmod, disponible uniquement en version courte qui arbore des éléments esthétiques spécifiques tels que sabots avant et arrière, barres de toit, protections latérales en plastique et jantes en alliage de 16 pouces chaussées de pneus M+S (Mud & Snow, c’est-à-dire boue et neige).

Quelques petites originalités dans l’habitacle avec une console centrale, un pédalier et un levier de vitesses dédiés. Pour le reste, on retrouve la planche de bord et la présentation du Scénic, en particulier une instrumentation centrale et un levier de vitesses surélevés mais le frein à main électrique disparait au profit d’un classique. L’ambiance est agréable tout comme l’habitabilité arrière. Les passagers bénéficient de sièges individuels coulissants, qui permettent de dégager un espace aux genoux avantageux. Le coffre généreux facile à charger en raison de sa forme mais aussi de son seuil bas.