En bref

Restylage de la Picanto 2

Nouveaux boucliers

Nouveaux équipements et moteurs revus

A partir de 9 900 €

La Picanto sacrifie au restylage de mi-carrière. Le but, continuer à exister parmi une féroce concurrence, et des poids lourds comme la Renault Twingo, la Peugeot 108, la Citroën C1 ou la Volkswagen Up!. Pour ce faire, la coréenne se relooke, adopte de nouveau équipements et passe les normes Euro6. Sans changer ses prix.


Esthétiquement, les évolutions se concentrent sur les boucliers et la calandre. Cette dernière est légèrement redessinée et surmonte un bouclier revu au niveau des antibrouillards. A l’arrière, le pare-chocs est lui aussi redessiné et affiche des inserts en plastique noir laqué. Les versions Sport ont droit à des boucliers spécifiques plus virils encore. Le tout dynamise s’il en était besoin une silhouette déjà bien musclée lors du passage à la deuxième génération.

La face avant arbore une calandre "Tiger nose" redessinée et des antibrouillards cerclés de plastique noir laqué.
Le profil est inchangé, le gabarit aussi. La Picanto fait toujours 3,60 m de longueur.
A l'arrière, la seule évolution concerne le bouclier, qui intègre des inserts en plastique noir laqué.


A l’intérieur, les évolutions sont dans les détails. Les compteurs sont cerclés de plastique chromé, la planche de bord bénéficie de nouveaux habillages, mais c’est minime. On reste dans du connu. La qualité de fabrication est très bonne pour la catégorie. La Picanto est sérieuse, bien présentée, elle fait mieux que la triplette PSA/Toyota, et jeu égal avec une VW Up! par exemple.

Le niveau d’équipement est enrichi avec l’apparition d’un régulateur limiteur de vitesse au troisième niveau de finition Active, et la possibilité, en fin d’année 2015, d’opter pour un combiné multimedia à écran tactile de 7 pouces.

La capacité du coffre n'est pas ridicule (200 litres) et la banquette rabattable 1/3-2/3.
Les places arrière sont habitables et la Picanto est homologuée en 5 places, contrairement à beaucoup de concurrentes 4 places.


Au niveau des motorisations, toujours un 3 cylindres 1.0 de 66 ch, accompagné d’un 4 cylindres 1.2 de 85 ch (et non 82 comme dit par erreur dans la vidéo). Ils sont revus pour passer les normes Euro6.

Le premier développe donc 66 ch pour 95 Nm, et est annoncé pour 4,5 litres de moyenne et 105 grammes de CO2 par km. Le second donne 121 Nm de couple avec ses 85 ch et est annoncé pour 4,7 litres et 109 g.

Le premier faisant le gros des ventes, c’est celui que nous avons choisi pour cet essai.