En bref

A partir de 33 950 €

Très fort contenu technologique

Uniquement des 4 cylindres au lancement

La Classe C chez Mercedes, c’est un emblème. La berline qui célèbre aujourd’hui le lancement de sa quatrième génération est le modèle de la marque le plus vendu dans le monde. Elle représente à elle seule près de 25% des ventes. Cette nouvelle version inaugure la deuxième phase de l’offensive lancée par Mercedes il y a quelques mois avec le CLA. La firme allemande l’a annoncé, elle veut renouer d’ici 2020 avec la place de leader actuellement occupée par BMW.

Pour cela, le constructeur a mis le paquet dans le développement. Look sexy, allégement des masses, efficience des motorisations et contenu technologique de haut vol. La Classe C prend le meilleur de tous les mondes pour revenir taper du poing sur la table sur le marché des berlines premium dominés par la Série 3 et l’Audi A4.


La berline allemande inaugure la nouvelle plate-forme modulaire « MRA ». Celle dédiée aux segments supérieurs (GLK, Classe E, etc.). Cette base plus légère grâce à l’emploi de l’aluminium abaisse le poids de 100 kg par rapport à l’actuelle version. Le centre de style s’est enfin décidé à rajeunir le look de son modèle comme il a très bien su le faire récemment avec le CLA. La nouvelle Classe C se distingue des lignes dynamiques, élégantes et harmonieuses. La calandre est travaillée, le pare-chocs agressif et les flancs creusés. Comme la génération actuelle, elle pourra recevoir deux visages, reflet de la finition choisie. L’une pour les djeun’s avec une énorme étoile au centre de la calandre à double lamelle et l'autre version plus conservatrice reconduit l'étoile placée au bout du capot moteur.


Pour prendre ses distances avec le CLA (4,63 m) et offrir un espace décent à ses passagers la Classe C voit ses mensurations croître légèrement (4, 68 m). Elle n’est pas encore la plus habitable du segment, notamment avec sa garde au toit réduite, mais elle offre un meilleur espace aux genoux qu’auparavant. Le volume du coffre reste quasiment inchangé à 480 litres. Le chargement est toujours pénalisé par une découpe de la malle étriquée. C’est à l’intérieur que la magie opère.



L’habitacle de la nouvelle Classe C a été rajeuni. La planche de bord superposée s’harmonise avec celle de la Classe S. On y retrouve les bouches d’aération circulaires, la console centrale incurvée et la rigueur d’assemblage de sa grande sœur. Les sièges aussi ont été redessinés au profit de l’ergonomie et du confort. Mercedes propose un intérieur soigné en rapport avec les prix pratiqués. La Classe C rattrape aussi son retard en matière de technologie et multimédias avec l’apparition d’un grand écran couleur (de 7 à 8,4 pouces avec système Comand online). Ce dernier se pilote depuis un pavé tactile à portée de mains. Le maniement en lui-même est simplissime. Dommage que l’interface soit aussi peu intuitive. Utiliser la navigation, réclame par exemple un léger temps d’adaptation.



La nouvelle Classe C est une voiture intelligente, puisque grâce au système de localisation, elle sera capable de couper la climatisation à l'approche d'un tunnel afin de conserver la qualité de l'air ambiant. Mieux encore, le système Airpanel, permet quant à lui d’améliorer l’aérodynamique et de réduire les consommations en obturant les lamelles de la calandre, en fonction de la vitesse. L'affichage tête haute fait aussi son apparition (1200 €), tout comme un arsenal technologique dédié au confort et à la sécurité. On pense notamment à la caméra 360°, au détecteur d’angles morts, au régulateur de vitesse adaptatif, à l’avertisseur de franchissement de lignes, à l’aide au parking. Tous ces équipements sont proposés sous forme de packs, d’options et parfois (rarement) de série sur le plus haut niveau de finition.