Le nouveau crossover de Peugeot est le représentant premium du triptyque Mitsubishi ASX, Citröen C4 Aircross, 4008. Pas de transmission 4x2, pas de moteur d’entrée de gamme, une unique finition haut de gamme, un malus et des tarifs prohibitifs. A croire que même Peugeot n’y croit pas.

Essai vidéo - Peugeot 4008 : péché d'orgueil

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Peugeot 4008

129 g/km - Bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Peugeot 4008

Avril 2012

Essai vidéo - Peugeot 4008 : péché d'orgueil
Jusqu’ici privé d’un 4x4 dans sa gamme, la marque au lion s’était tournée fin 2006 vers Mitsubishi pour élaborer le 4007. Un clone de l’ancienne génération d’Outlander, gourmand en énergie et pas très à cheval sur les rejets de CO2. Ce fut un échec commercial pour le constructeur qui lança son modèle au plus mauvais moment avec l’instauration du bonus/malus et de la prime à la casse. On pensait que la firme sochalienne aurait compris la leçon, mais face à la réalité du marché, Peugeot s’est de nouveau tourné vers Mitsubishi pour produire conjointement le 4008. Conçu sur la base du Mitsubishi ASX, le nouveau crossover franco-japonais affiche une longueur de 4,34 mètres et joue désormais dans la catégorie du dessous : celle des SUV compacts, aux côtés de sérieux concurrents comme le Volkswagen Tiguan, le Nissan Qashqaï et le Kia Sportage.

Comme d’habitude dans ce genre de collaboration, chaque constructeur donne à son modèle sa propre identité visuelle. Et celle du 4008 est très réussie. Le crossover compact affiche une personnalité séduisante qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt de certains passants lors de notre test. La partie arrière est fluide et les optiques parfaitement intégrées à la carrosserie.
Essai vidéo - Peugeot 4008 : péché d'orgueil
L’illusion ne dure pas une fois dans l’habitacle. L’univers de la marque au lion est totalement inexistant. Le mobilier, l’aménagement, les comodos sont 100% Mitsubishi. Seuls quelques détails évoquent la marque française comme le volant et quelques garnitures. On ressent un souci d’économie du côté de la finition et des plastiques employés. Bref, nous sommes (très) loin du sérieux proposé habituellement dans les productions Peugeot. D’autant qu’à plus de 35 000 € on est en droit de s’attendre à des prestations haut de gamme. Que nenni !

Essai vidéo - Peugeot 4008 : péché d'orgueil
Essai vidéo - Peugeot 4008 : péché d'orgueil
À défaut d’être agréable à l’oeil, l’habitacle propose un espace à vivre généreux. Le coffre se situe parmi les plus volumineux (440 litres). La petite famille appréciera également les nombreux rangements disséminés dans l’habitacle.