Apparue, il y a maintenant bientôt 3 ans, il était temps pour la famille Scénic de profiter de quelques retouches, tant la concurrence s’est aiguisée avec les arrivées notamment de l’Opel Zafira Tourer ou du Ford Grand C-Max.


Toutefois, on aurait pu penser que Renault allait saisir l’occasion pour mettre en place sur son monospace la nouvelle identité visuelle de la marque créée par Laurens Van Den Acker, il n’en est rien. Le constructeur français a fait le minimum syndical. Comprenez par là : une nouvelle face avant avec des optiques inédites, un bouclier redessiné, des touches de chrome ici et là, des projecteurs de jour à LED, des feux AR repensés et deux nouvelles couleurs exclusives : Rouge Grenat et Bleu Majorelle. Des transformations qui n’influent pas sur  les dimensions qui demeurent stables avec une longueur par exemple de 4,56 m.



On retrouve la planche de bord inchangée de la famille Scénic alors que la dotation se complète.


Même tendance dans l’habitacle puisque tout reste identique. On retrouve une présentation soignée avec des matériaux de bonne facture. Seules la finition et les ambiances évoluent mais rien de révolutionnaire. Ce restylage n’a pas aussi de répercussion sur l’habitabilité puisque notre Grand Scénic est toujours disponible en 5 ou 7 places comme c’était le cas de notre modèle d’essai. Il faudra composer avec des sièges de second rang non escamotables toujours aussi lourds à manier tandis que ceux de la 3e rangée sont nettement plus faciles à déployer. Rien à redire concernant l’espace aux jambes généreux pour les passagers de second rang mais cela condamne presque les places arrière. Pour que tout le monde trouve son bonheur, il faudra faire des concessions mais globalement les deux dernières places sont plutôt réservées à des enfants ou pour des petits parcours.

Constat similaire pour le coffre qui offre un volume de chargement compris entre 208 et 2 063 litres mais avec 7 occupants, celui-ci est réduit à la portion congrue.