Aussi à l'aise sur la route que sur la piste, la Ferrari 250 GTO symbolisa idéalement le concept de Grand-Tourisme. Belle à couper le souffle, elle est aujourd'hui encore la plus convoitée des Ferrari de collection. La plus chère aussi...

Trouver une faille dans les règlements a toujours été le sport favori de la plupart des patrons d'écuries de course et à ce petit jeu, Enzo Ferrari fut un maître... La 250 GTO en fournit un bel exemple. Véritable prototype produit seulement à 39 exemplaires (alors que le règlement sportif exige 100 exemplaires pour l'homologation en catégorie GT), cette version "1962" obtient pourtant brillamment son diplôme en se faisant passer pour une simple évolution du modèle précédent. Combinant charme et autorité, soutenu par une Fédération sportive italienne qui n'était pas de taille à lui refuser quoi que soit, le Commendatore venait de réussir l'un de ses plus beaux "coups" ! Présentée en même temps que la nouvelle Formule 1 et les différents Sport-prototypes de la Scuderia, la Ferrari 250 GTO (0 pour "Omologato") ne peut guère dissimuler sa véritable nature. En dépit de sa plaque d'immatriculation et de quelques artifices pour la faire passer pour une "routière", il s'agit bien d'une véritable bête de course. Destinée à succéder aux vénérables 250 GT qui s'essoufflent à suivre le rythme des Aston Martin et autres Cobra, "l'évolution" à subi une sérieuse cure de musculation. Elle hérite, en effet, du moteur V12 de 300 ch du prototype Testa Rossa victorieux aux 24 Heures du Mans en 1958 et 60 et d'une boîte de vitesses à cinq rapports.

Allégée (près de 100 kg) grâce à l'emploi d'une carrosserie entièrement en aluminium, surbaissée et dotée d'un capot arrière tronqué surmonté d'un petit becquet, la GTO surclasse immédiatement toutes ses rivales. Performante, remarquablement efficace sur le plan aérodynamique, robuste et surtout très polyvalente, elle va se tailler rapidement un somptueux palmarès. Triple championne du monde en GT (1962/63/64), elle va triompher sur la plupart des pistes du monde mais aussi sur les routes du Tour de France Automobile. Au-delà de sa fantastique épopée sportive, la GTO est entrée dans la légende avant tout pour son esthétique. Une silhouette combinant parfaitement sensualité et agressivité qui n'a pas pris une ride et qui quarante ans plus tard. continue de hanter les rêves les plus fous des collectionneurs.

Carte d'identité

Moteur : 12 cyl. en V

Cylindrée : 2953 cm3

Puissance : 300 ch

Vitesse maxi :270 à 285 km/h

Production : 39 ex. (1962/ 64)

Forum :

Lire aussi :