A 52 ans et dix ans passés au sommet de la Formule 1 avec Michaël Schumacher, Ross Brawn a voulu bénéficier d'une année sabbatique. Une décision mûrie indépendamment de celle du septuple champion allemand qui, lui, a choisi carrément la retraite. Et de regretter que ces deux départs coïncident pour une Scuderia qui, du coup, doit se reconstruire. Ce qui n'a pas fait changer d'avis l'ingénieur et stratège pour autant.

Brawn souhaite bonne chance à une nouvelle équipe qui devra trouver son osmose avec un pilote finlandais certes rapide mais à la méthode de travail bien différente de celle d'un Schumi. Pour ne pas dire opposée. Et de glisser qu'il reste à toutes fins utiles en réserve d'une écurie qu'il souhaite quand même bien rejoindre dés l'année prochaine.

Formule 1: Ross Brawn: A peine parti, il pense au retour

Certes, ces belles intentions peuvent être prises au pied de la lettre et l'on peut s'arrêter au ton humble employé. Reste que c'est aussi une façon de mettre la pression à un team qui se voit d'ores et déjà fixé l'échéance d'une saison pour faire ses preuves avant que l'ancien maître des lieux parti furtivement frelater ne revienne frapper à la porte du motorhome.

Ross Brawn souhaite-t-il vraiment au succès du nouveau staff ou espère-t-il prouver par ce vrai faux départ qu'il est indispensable ? Car quel serait l'intérêt pour Ferrari de réintégrer Brawn après seulement une saison si l'équipe finit par trouver ses marques sans lui et donner satisfaction ?

Formule 1: Ross Brawn: A peine parti, il pense au retour

En tous cas, il n'est pas sûr que ce message d'un retour espéré à la Scuderia en 2008, soit de nature à installer la sérénité chez Ferrari qui aura déjà fort à faire pour intégrer Kimi Raïkkonen.