Chez Alfa Romeo, marque à l’ADN autant italien que sportif, la « bella machina » est une institution, magnifiée à travers un coupé ou un spider. Les années 90-2000 auront été marquées par le GTV « Type 916 ». Une belle GT signée Pininfarina qui a tout, aujourd’hui comme demain, pour exciter l’amateur de belles carrosseries !

Futur collector Alfa GTV
Repères
Production
1994 – 2004
Puissance
144 à 240 ch
Cote 2012 :
À partir de 5 000 €
Depuis le célèbre coupé Giulia 1600 GT Sprint inauguré en 1963, plus connu sous le nom de « Coupé Bertone » (du nom de son carrossier), la belle GT offrant un rapport prix/prestations imbattable est un incontournable chez Alfa Romeo, pour le plus grand bonheur des amateurs du genre. Une GT qui devient plus « Veloce » dès qu’elle reçoit des moteurs plus musclés, ce qui fait bien sûr partie du programme chez Alfa. Depuis cette belle époque, la « GTV » refait régulièrement surface chez le constructeur milanais. Dans les années 70, une GTV étroitement dérivée de l’Alfetta connut son heure de gloire, modèle qui fut remis au goût du jour au début des années 90, sous les traits de l’exemplaire présenté dans ce dossier. Ce GTV, présenté en octobre 1994 au Mondial de Paris, a ses nombreux détracteurs, mais il mériterait pourtant d’être réhabilité. Certes, notre coupé 2+2 (décliné aussi en Spider), fut le premier à passer du « régime » propulsion à la traction avant. Un crime de lèse-majesté ! Quant à la finition à la sauce Fiat, donc très « plastique », elle s’avère indigne d’une telle voiture. Car cette GT est signée de main de maître par Pininfarina (en collaboration avec le centre de style Alfa Romeo). A n’en pas douter, c’est le gros point fort de la voiture. D’ailleurs, le restylage opéré en 2003 n’aura que peu d’incidence sur ce chef d’œuvre, juste magnifié au niveau de la calandre, plus imposante. Derrière pouvait respirer un 4 cylindres Twin Spark plein de peps (1.8 ou 2.0), mais surtout le V6 maison, décliné en 2.0 turbo (201 ch), ou mieux, en 3.0 24v de 220 ch, et même en 3.2 de 240 ch ! Un joyau qui mérite à lui seul de s’intéresser à cette Alfa belle et rebelle…





Sur la route

Vous tomberez sous le charme de la présentation intérieure, très sportive avec ses gros compteurs circulaires abrités sous une casquette. On se sent bien dans cette Alfa à la dotation de série généreuse, et l’ergonomie brille par son côté intuitif. En revanche, pour la finition, mieux vaut ne pas être trop exigeant. Les plastiques, de qualité médiocre, souffrent d’assemblages approximatifs (nombreux bruits de mobilier). Ici, la présence d’une sellerie cuir (de série sur V6) est bien un minimum pour rehausser la qualité perçue, déplorable. Et sur route, ce GTV offre le pire comme le meilleur… Forcément, passer de la bonne vieille propulsion à une simple traction, comme sur une vulgaire berline mazoutée, cela change tout !
Futur collector Alfa GTV
Cette modification radicale, historique pour la marque milanaise, n’est hélas pas sans conséquence sur la conduite, mise à mal dès que l’on roule sportivement (pertes de motricité, remontées de couple dans le volant, sous-virage prononcé…). Cela est déjà perceptible sur sol sec avec les versions 4 cylindres, déjà expressives, et ce phénomène s’amplifie évidemment sur une chaussée humide ou sur des routes bosselées. Alors imaginez avec les GTV V6, débordant d’énergie ! Pour gagner (un peu) en rigidité (et donc en efficacité), fuyez le Spider, plus lourd et pas assez résistant à la torsion. Des griefs qui s’envolent en revanche comme par magie, lorsque l’on a la chance de rouler à bord d’une version V6, la 3.2 en particulier, presque aussi communicative qu’une Ferrari !

Futur collector Alfa GTV
A vérifier avant d’acheter

Méfiez-vous des modèles antérieurs à 1997, car il y a eu des ennuis de jeunesse importants (campagne de remise à niveau en 96-97). Les mécaniques sont réputées fiables, sauf le 2.0 V6 turbo, sujet à des casses répétées. Sur les modèles 95-96, les câblages électriques ont posé problème (gestion moteur défaillante). Les 2.0 Twin Spark ont connu des ruptures de courroie de distribution (tendeurs et poulies améliorés en juin 1996), et les JTS des soucis de sonde lambda. Pour les 4 cylindres et les V6, vérifiez que la distribution est « à jour » (à faire respectivement tous les 60 000 et 100 000 km). Toujours sur les premiers modèles (95 à 98), un bruit anormal d’assistance de direction se fait entendre lors d’un fort braquage. Plus grave, des bruits de suspensions prononcés, avant et arrière, ont affecté les versions V6 (perceptible lors de fortes accélérations). Un défaut connu du réseau qui nécessite le remplacement des bras de suspensions. Sur les millésimes 95-96, des claquements d’amortisseurs à l’arrière peuvent survenir, tandis que les rotules de bras arrière doivent être changées vers 100 000 km. Sur les GTV produits jusqu’en 1998, l’ABS est anormalement sensible. Pour finir, sachez que cette Alfa, bien que récente, rouille (bas de caisse sur modèles construits jusqu’en 2000). Les charnières de porte sont fragiles (sur modèles 95-96), avec un risque d’affaissement à la clé, mais aussi les vérins hydrauliques du coffre (modifications en 1997). Les joints montrent des signes de faiblesse, notamment ceux des portes (encadrements et vitres), quant à l’aileron arrière, présent sur certaines versions (kit aéro), il peut se détacher lors d’un lavage au rouleau (problème résolu en 1998). En clair, choisissez une version restylée (2003), beaucoup plus fiable !




Notre version préférée

A moins d’être un inconditionnel de la balade tranquille cheveux au vent, nous choisissons sans hésiter le Coupé (de préférence restylé, plus fiable). Il est non seulement plus pratique à l’usage (c’est un vrai 2+2), mais aussi plus agréable à vivre et à conduire (meilleure insonorisation et rigidité). Après, côté moteur, mis à part le marginal 2.0 V6 turbo, réputé fragile, il n’y a rien à jeter. Même les « modestes » 4 cylindres donnent le sourire, y compris le petit 1.8 16V, musical et rageur. Ce bloc est assez performant (210 km/h) et relativement économique à l’usage, mais en plus il se montre parfaitement homogène, sa puissance étant bien adaptée au train avant. Il en va de même du 2.0 16V de 150 ch, parfaitement calibré pour cette voiture. Après, bien sûr, plus on monte en gamme, et plus l’émotion s’en trouve décuplée, avec une mention particulière pour les V6, de vrais « cœurs sportifs » (mais là, gare aux remontées de couple dans le volant !). C’est pourtant cette dernière version qui a, de loin, notre préférence. Et quitte à monopoliser une place dans votre garage pour ce GTV, autant choisir la bonne version : une V6 3.2, sinon rien ! Réputée fiable et généralement bien équipée (avec la sellerie cuir), mais aussi plus performante et enivrante que les autres, cette Alfa compense son manque de rigueur par la musicalité extraordinaire de son moteur. Un V6 comme on n’en fait plus, qui n’a qu’un défaut : un appétit démesuré, de l’ordre de 14 litres en conduite coulée, et plus de 20 litres à l’attaque ! Une vraie Alfa « passion », qui a un intérêt évident en collection…





Fiche technique : Alfa Romeo GTV V6 3.2

Moteur : 6 cylindres en V, 24v
Cylindrée : 3 179 cm3
Alésage x course (mm) : 93 x 78
Alimentation : gestion électronique
Puissance : 240 ch à 6 200 tr/mn
Couple : 28,9 mkg à 4 800 tr/mn
Transmission : roues avant, boîte de vitesses mécanique à 6 rapports
Poids (kg) : 1370
Dimensions (L x l x h) en m : 4,30 x 1,78 x 1,32
Pneus : 225/45 YR 17
Freins AV/AR : disques ventilés / disques pleins
Réservoir : 70 litres
Vitesse maxi : 255 km/h
0 à 100 km/h (sec) : 6,5





On aime
Ligne superbe
Moteurs V6 envoûtants
Tempérament sportif
Ambiance intérieur
Cote attractive



On aime moins
Motricité défaillante
Finition désinvolte
Carrosserie vulnérable
Fiabilité premiers millésimes


 

Conclusion

Boudée par les puristes pour avoir choisi le camp de la traction avant, cette superbe Alfa Romeo n’en demeure pas moins une GT attachante, surtout lorsqu’elle reçoit le V6 maison, aujourd’hui hélas disparu. Affichée à de petits prix, cette GTV est de plus très fréquentable si l’on prend soin de sélectionner l’un des derniers millésimes, bénéficiant du restylage. Voilà une belle opportunité, à ne pas laisser passer !











Vous pouvez lire les articles des précédents collector




Futur collector Alfa GTV
Bmw Série 8En marge des bombinettes dérivées des modèles de grande série, BMW a souvent proposé à sa clientèle la plus exigeante des GT élitistes combinant exclusivité, confort et haute performance. Ainsi , après les 507, M1 ou série 6, la marque à l'hélice lance en 1989 l'inédite Série 8. Une vitrine technologique qui n'a rien perdue de sa superbe.

Futur collector Alfa GTV
Jaguar XJSGrosse GT luxueuse et statutaire, la Jaguar XJS, bien plus abordable que son illustre ancètre la Type-E, commence enfin à intéresser quelques collectionneurs éclairés. Il est vrai que cet ultime coupé 100% Jaguar offre tout le charme des années 70 à des prix encore abordables. Profitez-en, cela ne va pas durer ...

Futur collector Alfa GTV
Peugeot 406 CoupéSi le peu élégant coupé 407 Peugeot ne fait pas tourner les têtes, ce ne fut pas le cas de son prédécesseur, au design plus inspiré. Griffé Pininfarina, le coupé 406 Peugeot a le bon goût aujourd’hui de s’apprécier à de petits prix en occasion. Tant mieux, car ce coupé a tous les ingrédients pour devenir un grand collector…

Futur collector Alfa GTV
Ferrari TestarossaPlus qu'une simple Ferrari, la Testarossa est le fantasme absolu de toute une génération d'ados approchant la quarantaine aujourd'hui. Tombée depuis en désuétude, l'extravagante Testarossa s'affiche désormais en occasion au prix d'une simple berline diesel.