;
X

Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Vous êtes ici : Accueil Caradisiac>Toutes les marques>Iveco>Actualité


Iveco

Iveco ferme son site de Saint-Alban-Leysse

Antoine Dufeu

Publié dans Economie / Politique > SocialAugmenter la policeDiminuer la police

par

Un symbole. Iveco Magirus Camiva va fermer d’ici la fin de l’année 2012 son site de Saint-Alban-Leysse situé en Savoie.

Iveco ferme son site de Saint-Alban-Leysse
Cette fermeture annoncée juste après les résultats du second tour à l’élection présidentielle porte un coup dur à la région où un plan de licenciement prévoit la suppression de 174 emplois. Alors que la production sera transférée en Allemagne, des emplois du site de Saint-Alban-Leysse pourraient malgré tout être sauvegardés par le biais de reclassements sur d’autres sites du groupe italien en France (chez Irisbus Iveco à Annonay, en Ardèche, chez Fiat Powertrain à Moulins, dans l’Allier…) D’autres emplois pourraient également être transférées sur les sites de Vénissieux ou Saint-Priest, dans le département du Rhône, lieu historique de la production de véhicules industriels en France, pour y assurer une continuité commerciale et de service après-vente.

La société Camiva, spécialisée dans la fourniture de véhicules aux professionnels du secours et de la protection, avait été créée en 1970. En 1978, elle avait rejoint le groupe Renault V.I. avant d’être intégrée, en 1997, au groupe Iveco Magirus, qui avait lui-même précédemment repris le spécialiste allemand Magirus.

L’annonce de la fermeture du site français, qui couvre une superficie de 55 000 m2, aura été brutale pour les salariés même si des signes avant-coureurs avaient pu laisser craindre un moindre intérêt du groupe italien pour ce site. En effet, les bâtiments étaient vétustes et les productions de véhicules à haute valeur ajoutée avaient retirés à Camiva. C’est peut-être ce qui explique aussi la brutale dégradation financière de la société (elle avait enregistré la première perte de son histoire en 2011) aujourd’hui mise en avant par Iveco pour justifier la fermeture. Le site savoyard avait produit jusqu’à 450 véhicules sur un an. En 2011, sa production était descendue à 214 unités.

Poursuivez votre lecture

  • Par evanescix le 16 Mai 2012 à 12h06

    Iveco aurait dû faire un don à l'Elysée pour faire de la pub gratuite et relancer les ventes

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 16 Mai 2012 à 12h26

    Hollande va trouver une solution!!!!

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 16 Mai 2012 à 14h07

    ça ne fait que commencer.....

    Alerter Répondre

  • Par ciana le 16 Mai 2012 à 14h33

    Si je comprend bien l'article.

     
    Iveco a retiré les production à plus forte valeur ajoutée de la production du site. Puis ensuite Iveco invoque le fait que le site n'est plus rentable l'année suivante parce que le site a eu des pertes en 2011 ?!

     
    Iveco se fout de la gueule du monde !!!

     
    J'imagine bien (par comparaison):
    -Chez Smart, "bon les gars maintenant vous n'allez plus faire que des Smart EV, les Smart fortwo seront fabriquées dans un autre pays ou est fabriquée la classe A".
    -Un an plus tard : "ba alors les gars qu'est-ce que vous avez foutu, les ventes de Smart EV sont catastrophiques, on a perdu de l'argent là, désolé les gars mais je dois fermer le site pas assez rentable"

     
    Résultat un autre site de production ferme en france !!

     
    Moi je dis chapeau !

     

    Alerter Répondre

  • Par ciana le 16 Mai 2012 à 14h44

    En gros pour schématiser :
    site vieillissant (déjà car pas d’investissement à la base de la part du groupe) => 2 choix : 1 remettre sur pieds le site (coût de l'opération à court terme (€€€))/ 2 retirer des produits pour liquider le site pour cause de non rentabilité (coût à court terme (€)).
    Raisonnement financier : choix 2 meilleur car autres sites plus récents !!

     
    Sauf que sur le long terme du personnel hyper-compétent ne travaille plus pour eux (coût sur le long terme (€€)).

     
    Voilà comment ça se passe en France et partout ailleurs.
    On investit pas dans les vieux sites, on les liquide et les gens avec parce que les super tête pensantes n'en ont que faire des gens !!!

     
    Et après on parle de gestion de compétence, de soucis de qualité : Allô, y a quelqu'un au bout du fil, votre compétence en terme de qualité vous l'avez viré M'sieur le dirigeant !!!


     

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 16 Mai 2012 à 14h50

    c'est parti pour les plans sociaux :(
    mais que va faire super flamby?
    tirer la languette pour tout démouler?

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 16 Mai 2012 à 15h00

    Comme certains le disent, en france; on fait de la m..... Alors évidemment !

    Alerter Répondre

  • Par ciana le 16 Mai 2012 à 15h27

    En réponse à : Anonyme (voir le message)

    Malheureusement ce n'est pas qu'en France

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 16 Mai 2012 à 15h40

    D'abord ce n'est pas un site Iveco qui ferme mais Camiva (groupe Iveco et anciennement Renault VI) qui fabrique des véhicules de lutte contre l'ncendie sur toute base.
    Secondo à force de voir ses ventes reculer en France Fiat n'a pas forcément envie de sauvegarder des emplois sur notre territoire. Curieusement il regroupe en Allemagne où les ventes Fiat sont moins en retrait.

     
    De même Camiva est fournisseurs des départements (pour les camions de pompiers) et certains choix politique n'ont pas été très judicieux.

     


    Alerter Répondre

  • Par ciana le 16 Mai 2012 à 16h32

    En réponse à : Anonyme (voir le message)

    Merci pour ces informations.
    Peux-tu développer sur les choix politiques, s'il te plaît ?

    Alerter Répondre

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.