Plus de 4000 kilomètres de pistes au milieu des grumiers en perdition, des taxis brousses surchargés et des bêtes sauvages plus apeurées qu'agressives. Le Safari ne ressemble à aucun autre rallye.

Les très honorables membres du Royal East African Automobile Association réunis en assemblée extraordinaire à Nairobi, capitale kenyanne, affichent une euphorie peu en rapport avec le décor digne des plus aristocratiques clubs londoniens.

Cette poignée de passionnés se félicite d'avoir eu une idée géniale pour célébrer la sacre de sa très Gracieuse Majesté Elisabeth II : organiser un rallye. En effet, quelle meilleure preuve de fidélité à la couronne que de relier le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie, les trois colonies britanniques, perles de l'Empire en Afrique. L'East African Safari est né ainsi en 1953. Une fête plus qu'une véritable compétition qui est revenue au fil des années la plus dure et la plus renommée des épreuves routières.

A l'époque, le Safari est une véritable épopée de plusieurs milliers de kilomètres sur des pistes détruites, inondées ou tout simplement inexistantes. Les concurrents doivent se contenter de berlines de série avec pour toute assistance des dons aigus pour le bricolage et l'improvisation. Le Safari, c'est plusieurs rallyes en un seul : des pistes roulantes au nord, une chaleur écrasante et un terrain cassant dans le sud, la boue glissante comme du verglas autour du Mont Kenya. Autant de pièges qui ont longtemps fait le jeu des pilotes locaux, souverains sur leur terrain. Pendant vingt ans, les "locaux" ont imposé leur loi au Safari accentuant davantage l'aspect impitoyable et mythique de l'épreuve.

Hannu Mikkola sera le premier "étranger" à triompher, mais la brèche étroite où réussiront à s'engouffrer victorieusement Andersson, Waldegard et Jean-Pierre Nicolas, paraît se refermer définitivement lorsque Shekhar Mehta aligne quatre victoires consécutives. Au volant de sa modeste Datsun, ce "Gentleman driver" inflige une succession de défaites cuisantes aux plus grands rallymen engagés par les plus puissantes équipes de l'époque. En fait, Mehta ne fera que reculer l'inéluctable échéance. Depuis plus de 30 ans maintenant, le Safari est le terrain de jeu favori des candidats au championnat du monde qui ne manqueraient pour rien au monde ce rendez-vous avec le plus beau et le plus difficile des rallyes.

Forum :

  • [Pour vous quelle est la course la plus mythique ?
  • >http://www.forum-auto.com/sqlforum/section5/sujet280873.htm]


Lire aussi :