Alfa 166 (de 30 600 € à 46 000 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La grande Alfa statutaire à changé de regard récemment. Elle hérite de l'excellent 5 cylindres Diesel 175 chevaux et troque en essence son V6 3 litres pour un 3.2 de 240 ch. Injustement méconnue, la 166 mérite qu’on s’y attarde au moment du choix. Certainement moins raffinée que les récentes Série 5 ou Classe E -bien plus onéreuses à équipement comparable-, la berline italienne se montre plus vivante, vraiment attachante. Sans concéder grand chose en matière de rigueur ou de prestations. C’est le cas avec ces deux nouvelles motorisations. Le comportement routier, grâce à des épures de suspensions sophistiquées, n’a pas grand chose à envier à des modèles plus récents. Dépassé dans l’absolu par les françaises et les allemandes plus récentes qui excellent en confort de suspension, le voyage dans une 166 n’a rien d’un supplice, d’autant que les sièges sont parfaitement dessinés. Pour simplifier la gamme, le contenu de chaque niveau de finition est enfin identique quelle que soit la motorisation.

Audi A8 (de 78 340 € à 122 900 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

L’A8 V8 TDi revendique le meilleur rapport poids/puissance de la bande et surpasse en toute logique ses concurrentes en performances. Certes le V10 TDi de la Volkswagen Phaeton délivre 313 chevaux et un couple faramineux de plus de 700 Nm, mais en raison de son poids élevé (près de 500 kg), l’Audi accélère encore plus fort (6,7 secondes contre 6,9 secondes de 0 à 100 km/h). Bref, l’A8 gazolée ne craint aucune concurrence. Avec une version unique Pack proposée à un tarif qui frôle les 90 000 €, la plus puissante des Audi TDi se situe à quelques centaines d’euros de moins que ses deux rivales directes à iso équipement. En choisissant quelques options irrésistibles, on dépasse allègrement la barre des 100 000 euros. Les impressions de conduite sont en bonne partie gommées par ce vaisseau qui fait la part belle au confort. Le compromis confort/tenue de route s’oriente en tous cas délibérément du côté de chez BMW, laissant la Mercedes face à la VW Phaeton.

BMW serie 7 (de 70 800 € à 119 350 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Avec sa ligne élancée et ses motorisations puissantes, la Série 7 est une véritable invitation aux longs voyages. Restylé depuis peu, le vaisseau amiral de BMW bénéficie d'une technologie de très haute volée, avec des équipements nécessitant des compétences incontestables (i-drive) qui reflètent tout le savoir-faire de BMW. Longue, large et lourde, la Série 7 est particulièrement imposante. Elle bénéficie pourtant d'un équilibre inné et d'une répartition des masses idéalement étudiée. De fait, si elle fait merveille sur l'autoroute, même à très grande vitesse, elle fait également preuve d'une incroyable agilité dans les enchaînements de virages sur les petites départementales. Vivante à conduire, comme toutes les propulsions elle offre également un confort de suspensions de très haut niveau à l'ensemble de ses occupants, même sur les revêtements les plus dégradés.

Chrysler 300C(de 34 900 € à 54 900 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Chrysler a habilement remis au goût du jour un modèle pas forcément adapté aux routes européennes. La 300C offre un look original et surtout prestigieux pour un prix défiant la concurrence : 39 500 euros pour la version 3.5 V6. Alors qu’en version similaire, ses concurrentes comme la Cadillac CTS plafonne a 41 500 euros et la Peugeot 607 à 44 650 euros. Mais pour vraiment goûter au mythe américain dans toute sa splendeur, il faut lorgner vers le bon gros V8 (associé à une bonne boîte d’origine allemande), mais il faudra débourser 15 000 euros de plus. Ces dimensions extérieures généreuses se répercutent dans l'habitacle avec des cotes intérieures impressionnantes pour la catégorie. L’habitacle de cette 300C est plutôt bien fini, chose très rare pour une américaine. L’assemblage n’a plus grand chose a envier aux modèles d’outre-rhin. Sa tenue de route est plutôt bonne sur les grandes courbes, et la tendance au sous-virage (parfois massif) et au survirage (léger) est très vite gommée par l’ESP.

Citroen C5 (de 20 900 € à 33 800 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Outre une ligne plus attrayante qu’avant, la C5 peut compter sur de multiples améliorations, notamment à propos des mécaniques, pour affronter sans pâlir les familiales européennes et japonaises les plus affûtées. Par rapport à sa cousine 407 dont elle rejoint les tarifs, elle possède sans doute toujours moins de "sex-appeal", mais fait pratiquement jeu égal pour les qualités dynamiques et prend un net avantage question habitabilité et coffre. L’objectif de séduire 120 000 clients par an malgré un rapport prix/équipement pas vraiment imbattable semble raisonnable pour cette familiale homogène, surtout équipée du HDi 136.

La C5 met le paquet sur des équipements rares ou inédits dans la catégorie. On pense d’abord à l’AFIL, diodes à infrarouge doublées de capteurs qui détectent au sol les bandes continues ou discontinues, mais aussi à la l'éclairage bixénon directionnel. Globalement, les quatre niveaux d’équipement disponibles correspondent bien à l’offre du marché.

  • [Fiche express Citroen C5
  • >http://www.caradisiac.com/php/essai_tun/fiches_essai/citroen_c5_20_hdi_110.php]


Jaguar XJ(de 63 600 € à 106 700 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

En utilisant l’aluminium dans la construction de sa XJ, Jaguar a réussi à baisser le poids de sa limousine et augmenter la rigidité de sa coque, ce qui se ressent sur le plan du comportement routier et des performances. Mais il n’en a pas fait une sportive pour autant. En revanche, c’est une vraie limousine qui vous conduit à toute allure dans un confort exceptionnel. Et c’est sur ce point que la Jaguar a fait le plus de progrès : grâce à des dimensions augmentées on dispose enfin d’un espace aux places arrière digne du standing de l’auto. Et comme c’est souvent l’endroit où se trouve le propriétaire d’une telle auto, on ne peut que féliciter Jaguar d’avoir pensé à lui. La XJ est proposée en quatre motorisations, dont, en entrée de gamme, un V6 de 3 l de cylindrée affichant 243 ch. La XJ est une voiture très confortable qui soigne son conducteur et ses passagers.

Lancia Thesis (de 37 200 € à 47 200 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Impossible de rester de marbre face aux lignes de la Thesis. Le haut de gamme de Lancia brille toujours pas sa discrétion en termes de vente. Très spacieux, l'habitacle de la Thesis est soigné et présente de nombreux équipements novateurs : frein de parking automatique, radar de recul et bien sûr le nouveau moteur 3.2 V6. Associé à la boite auto 5 rapports d'un courbe de couple rebondie (289Nm). Les suspensions garantissent un excellent confort de roulage, absorbant avec sérénité les grosses et le petites aspérités de la route. En revanche le comportement se trouve entaché par un léger roulis. Malgré un coup de fraîcheur la Thesis ne peut toujours rivaliser en comportement allemandes avec ses concurrentes allemandes.

Lexus GS 430 : (de 49 990 e à 60 200 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La GS arrive en fin de carrière. Elle devrait être remplacée dans les mois prochains. La dernière évolution date de 2001, un tantinet vieillot. Cette voiture certes un peu massive mais très bien équipée possède de grandes qualités routières. La plus marquante, comme sa grande soeur la LS, est l'insonorisation. Le silence qui règne dans l'habitacle est exceptionnel. Son gros V8 assez gourmand délivre des performances capable de soutenir la comparaison avec les allemandes les plus huppées. En revanche, le comportement routier pêche un peu. La motricité devient perfectible et les suspensions trop raides sur revêtement abîmé.

Lexus LS 430 : (89 500 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La LS reste une des voitures les mieux finies du marché. Elle a su comblé son manque originel de puissance et offrir un équipement high tech. En passant de 4.0 à 4.3 litres le V8 n'a pourtant pas vu sa puissance augmenter. Seul le couple progresse. Sur la route on apprécie le confort des suspensions adaptatives, mais par dessus tout le silence qui règne à bord. Dans son comportement la LS semble plus maniable et légère que sa petite soeur la GS 430. Si la LS 430 n'a pas la notoriété des allemandes, elle n'en reste pas moins la Lexus la mieux finie et une des limousine les plus silencieuse du moment.

Mercedes Classe S (de 71 000 € à 215 000 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Summum technologique de la marque à l'Etoile, la Classe S ne suscite que des éloges. Sa ligne est nettement plus fluide que celle de la précédente génération, plus proche du Panzer que de l'automobile de prestige ! Spacieux, son habitacle repose sur un niveau d'équipement ultra-complet et une qualité de finition et d'assemblage à l'abri du moindre reproche. Quels que soient le profil de la route et/ou le rythme de conduite, la Classe S fait preuve d'un compromis confort/comportement rigoureusement irréprochable. En point d'orgue, le confort est en effet digne des plus prestigieuses limousines, tant par l'excellente filtration des suspensions que par la progressivité de l'amortissement, auxquelles s'ajoute le moelleux des sièges qui offrent en outre un maintien parfait. Revendiquant une telle perfection, celle qui rivalise avec les Audi A8 et BMW Série 7, se pose aussi en concurrente des inaccessibles Roll's Royce, en offrant des prestations au moins aussi exceptionnelles et en leur opposant alors un tarif des plus avantageux !

Opel Signum (de 24 790 € à 39 840 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

le nouveau haut de gamme provisoire d'Opel rompt avec la tradition des Omega et Sénator qui singeaient les grandes routières allemandes de prestige. Un positionnement malin pour un modèle qui ne l'est pas moins. Pour qui recherche une berline de longueur inférieure à 4,70, avec deux places arrière dignes des grandes berlines du segment haut de gamme, sans y mettre une somme astronomique, la Signum est un choix obligé. Originale sans être déroutante, pratique et spacieuse, dotée de qualités dynamiques dans la bonne moyenne, la Signum est d’autant plus recommandable que la plupart des versions offrent un rapport qualités/prix relativement attrayant. En définitive, elle représente une alternative crédible aux françaises et italiennes de gabarit supérieur, et pourquoi pas aux plus onéreux hauts de gamme allemands, anglais ou suédois

Peugeot 607 (de 30 700 € à 48 250 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La 607 a été la première berline française à bénéficier de fonctions de confort et de sécurité jusqu'alors inconnues, comme l'allumage automatique des feux de détresse en cas de freinage d'urgence...

Les lignes de la voiture ne sont pas étrangères à son succès : elles renouvellent le style Peugeot sans rien trahir des préceptes de la marque. La chute prononcée du pavillon est cependant gênante lorsque l'on prend place à l'arrière. Enfin, certains trouveront l'ambiance de l'habitacle un peu froide, Peugeot ayant volontairement privilégié l'impression d'espace, au détriment de l'effet "cocon" cultivé par les marques allemandes.

Le V6 essence paraît, de façon paradoxale, plus pataud que le HDi. Certes, ses performances sont supérieures, mais le poids supplémentaire supporté par le train avant est nettement perceptible, un défaut amplifié par des suspensions trop souples.

Renault Vel Satis (de 31 450 € à 49 305 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

Cette hauteur inhabituelle qui caractérise la Vel Satis contribue à une habitabilité ministérielle face à la 607 et royale face aux allemandes. Le 3,5 litres V6 hérité de Nissan offre un couple respectable mais compte tenu de la cylindrée, les 245 chevaux annoncés n’ont rien d’exceptionnel. Les performances se situent juste au-dessus d’une 607 3.0 Auto 210 ch, au niveau d’une Lexus GS 300 mais en retrait de celles obtenues par une E 320 ou la Chrysler 300 M 3.5. La plus grande satisfaction de la Vel Satis provient sans nul doute du comportement dynamique. L²e train arrière, bijou de technologie et de compacité, n’est certainement pas étranger à l’affaire. Les qualités routières frisent la perfection. La qualité des matériaux et leur assemblage atteignent un seuil - jusqu’alors inconnu sur une Française - vraiment très proche de ce qu’offrent les Allemandes les plus huppées. La Vel Satis représente une alternative tout à fait crédible aux sempiternels hauts de gamme allemands, et dans leur sillage, à la 607.

Volkswagen Phaeton (de 67 540 € à 117 500 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La Phaeton peine à s'imposer sur le segment du luxe. Pour essayer de s'octroyer des parts de marché, VW a démocratisé son haut de gamme en l'équipant d'un V6 TDI. Suffisant pour concurrencer les références du marché. Même s'il s'agit d'une voiture de standing au coût élevé, la Phaeton V6 TDI est l’une des moins chères de sa catégorie. Elle possède un équipement et une qualité de finition presque irréprochables. Même si le prestige de Mercedes et de BMW n’est pas égalé, Volkswagen affirme progressivement son savoir-faire dans le domaine du haut de gamme. Malgré plus de deux tonnes sur la balance, le comportement de la Phaeton ne réserve aucune surprise à son conducteur en raison notamment de la transmission 4Motion à 4 roues motrices permanentes. L’un des points forts de la Phaeton est son équipement pléthorique. De série, on trouve donc les jantes alliage 17 pouces, la climatisation automatique avant et arrière, les phares automatiques bi-xénon, le régulateur de vitesse, le radar de parking avant et arrière et les sièges avant chauffants en cuir.

Volvo S80 (de 33 900 € à 59 940 €)


Le guide d'achat des "prestigieuses"
Le guide d'achat des "prestigieuses"

La grosse berline S80 a sonné le glas de 20 ans de "cubisme" automobile chez Volvo. Le constructeur suédois s'en est tiré avec les honneurs, en dévoilant une voiture élégante et racée, avec une ceinture de caisse qui est, depuis, devenue la nouvelle signature stylistique de la marque, comme l'a prouvé la récente S60.

Outre son élégance caractérisée, la S80 se distingue par son habitacle spacieux qui s'enrichit d'une présentation particulièrement soignée et d'une qualité de construction qui se confirme dans les plus infimes détails. L'ergonomie est excellente et l'équipement très complet dès les finitions d'entrée de gamme, et tout concourt au plaisir de voyager à son bord. Autant de qualités qui en font au final des alternatives très crédibles aux incontournables allemandes. Une caractéristique que ces Volvo partagent d'ailleurs avec leur compatriote la Saab 9-5.

Lire aussi

Forum

Vous possédez l'un de ces véhicules? Donnez votre sentiment sur notre forum