Break est un mot anglais qui signifie "rupture" ou "casser, cassure". On l'emploie en France pour désigner la variante de carrosserie plus pratique, parfois plus longue, d'une familiale, d'une compacte ou d'une citadine. Elle est équipée d'un hayon, souvent vertical, d'où le terme de "break", puisqu'il y a "cassure" au niveau du hayon. Le volume de chargement est privilégié, sauf pour certains modèles, pour lesquels l'esthétique a primé.
En France, les ventes de break sont faibles (moins de 6,5 %), mais dans d'autres pays européens, comme les pays nordiques, ou le Portugal, ils ont la cote et représente jusqu'à 45 % des ventes (Suède).
Si vous êtes intéressé par l'achat d'un break, Caradisiac vous conseille :
  • La Peugeot 508 SW : la 407 SW était certes très jolie mais pas très volumineuse. La 508, qui a pris des cm de partout a par contre bien plus de coffre, même si elle n'égale pas les références (512 litres officiellement, mais on peut charger plus haut que la tablette). Et elle ne délaisse pas totalement le style. La fiabilité est dans la bonne moyenne, même si certains diesels connaissent les maux de tous les diesels actuels : volant moteur, turbo. Cela n'est pas pandémique toutefois. Et la 508 est une excellente autoroutière, à même d'en remontrer à certaines allemandes.
  • La Dacia Logan MCV : la Logan possède sa variante break, baptisée MCV (pour Multi convivial vehicule). Ce véhicule low cost, à vocation très familiale, puisqu'il peut disposer de 7 places avec l'adjonction d'une banquette dans le coffre, est aussi très économique. Moteurs diesels sobres, fiabilité avérée, coûts d'utilisation réduits. Il est l'alternative de beaucoup de famille sans trop de moyens mais qui veulent tout de même de la place (coffre de 700 litres en version 5 places) et une voiture relativement récente. Certains regrettent juste l'absence de hayon remplacé par des portes battantes, moins pratique lorsque l'on est garé devant une autre voiture. Les prix en occasion sont intéressants depuis que la deuxième génération est arrivée. Cette dernière est récente et peu présente en occasion, mais sera intéressante car améliorée sur tous les points.
  • La Skoda Octavia Combi et Fabia Combi: des breaks comme on les aime, logeable et accueillant, avec un excellent rapport volume/encombrement... Sue L'Octavia, la malle est géante, pas des places arrière, malheureusement, du moins sur les deux premières générations d'Octavia. L'actuelle a profité de l'augmentation de son empattement pour offrir beaucoup plus d'aisance à ses passagers, tout en gardant un volume de coffre record (610 litres). Ce Combi a existé et existe à nouveau en version 4x4, idéal lorsque l'on habite en région montagneuse. Les cotes sont plutôt basses, il faut en profiter. Tout cela est valable aussi pour la Fabia Combi, courte mais volumineuse, elle se rapproche des breaks compacts. Et est tout aussi sérieuse de présentation et de finition.
  • La Mercedes Classe E break : son compartiment à bagages fait figure de soute, avec plus de 600 litres sièges en place et près de 2 m3 tous sièges rabattus, quelle que soit la génération (et même 695 litres pour l'actuelle !). De quoi ramener l'armoire normande de mamie sans peine ! La fiabilité s'améliore à partir de 2002, privilégiez donc un modèle postérieur à cette date. Et depuis la quatrième génération, rien à dire (2009). Les cotes sont soutenues, il faut le savoir.
  • La Citroën C5 break : si l'on parle de la première génération, outre son beau volume et ses aspects pratiques, le break C5 a une autre qualité, conférée par sa suspension hydraulique : son assiette reste constante, quelle que soit la charge. De plus, un interrupteur dans le coffre permet d'abaisser le seuil de chargement. Dernier avantage, des cotes très basses. Pour la génération actuelle, c'est le look qui est beaucoup plus travaillé. On peut avoir au choix de la suspension classique ou de l'hydraulique. Et le niveau d'équipement est élevé. On peut par ailleurs encore le trouver en version V6 essence ou diesel, ce qui ne sera plus le cas, les V6 ayant disparu du catalogue PSA.
  • La Volkswagen Passat SW : là encore un vrai break, qui conjugue malle accueillante (603 litres) et habitabilité intérieure correcte. Il vous permettra d'emmener toute la smala, avec armes et bagages, où vous le voudrez... Attention à la fiabilité des TDI jusqu'en 2002, les essence sont eux fréquentables depuis le lancement de la génération... 96. Niveau plaisir de conduite, la Passat s'est également largement améliorée avec le temps, et l'actuelle est dynamique, presque trop ferme pour certains d'ailleurs (sellerie et suspension). Si les coûts d'utilisation restent globalement élevés, les consommations sont pour leur part maîtrisées.
  • La Volvo V60 : ce n'est pas le plus logeable des breaks, surtout dans sa version actuelle (430 litres seulement). Mais il est joli, dynamique, bien motorisé et dispose d'équipements de sécurité active très technologiques et efficaces. La tenue de route, concernant toujours cette dernière génération, se rapproche des références allemandes et françaises, tandis que la première génération (qui s'appelait V70 à l'époque de la première S60) est plus pataude mais rassurante. Ce break existe aujourd'hui en version hybride diesel rechargeable mais il est trop tôt pour le conseiller, car nous n'avons aucun recul sur la fiabilité. Par contre la robustesse des versions essence et diesel, surtout les 5 cylindres, est avérée.
La liste n'est pas exhaustive bien sûr, mais représente ce qui se fait de mieux en ce moment sur le marché de l'occasion.