;
Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus X

La rédaction

3.

Les 911 des années "80" à aujourd’hui

Quelle Porsche 911 d’occasion acheter ?  Les 911 type 996 (1998-1999)
La 911 Carrera coupé type 996*

Cote coupé 911 Carrera 1999 (parfait état): 410 000 francs.
Cote coupé 911 Carrera 1998 (parfait état): 330 000 francs.
La type 993 avait gommé tous les défauts de la 911 depuis son lancement en 1963. Alors pourquoi en proposer une version entièrement nouvelle? Surtout pour repartir d’une feuille blanche 34 ans après, tout en respectant les préceptes du mythe (moteur 6 à plat en porte-à-faux, etc). Tout simplement pour tendre encore un peu plus vers la perfection. Et, la type 996 sortie à l’automne 1997 s’en approche véritablement... (3.4 litres, 300 ch, boîte 6 vitesses ou automatique 5 vitesses Tiptronic, propulsion ou intégrale, 1380 kg ).
Dans tous les domaines, la Carrera actuelle est meilleure. Le comportement s’est amélioré même si certains le considèrent comme plus aseptisé. En fait, il est encore plus souverain en raison de l’empattement plus long.
Si on cherche un petit défaut, on regrettera la présence du Porsche Stability Managment (contrôle de trajectoire) d’une Carrera 4 qui, n’étant pas entièrement déconnectable, ne permet plus de placer sur les freins l’auto à l’entrée du virage. C’est frustrant. Quoi d’autre à reprocher? Rien.
Sur le plan de la fiabilité, il est encore trop tôt pour disposer de données significatives.
La 911 Carrera type 996 Cabriolet

Cote 911 Carrera cabriolet 1999 (parfait état): 460 000 francs
Ce joli cabriolet ne présente aucun bourrelet aux hanches quand on roule à ciel ouvert : les passants apprécieront. La capote électrique se range dans un espace de 14 cm de haut seulement. Les places arrière de secours souffrent de la présence des deux arceaux de sécurité à déclenchement télescopiques logés derrière les dossiers plus que verticaux. Le hard-top alu fourni en série ne pèse que 32 kg et son installation ou sa dépose s’avère facile. Ce qui ne laisse pas craindre des problèmes de fiabilité dans ce domaine. Le plus remarquable reste la rigidité de la caisse exceptionnelle, pour un supplément de poids limité à 75 kg par rapport au coupé. La quasi-perfection (3.4 litres, 300 ch, boîte 6 vitesses ou automatique 5 vitesses Tiptronic, propulsion ou intégrale, 1395 kg).
Les 911 type 993 (1993-1997) : de 250 000 à 400 000 francs
La 911 Carrera coupé type 993 (1993-1997)

Cote (1993 à 1997)
Cote coupé 993 (parfait état): 250 000 à 330 000 francs
Présentée en 1993, cette version marque le premier aboutissement du concept 911 (3600 cm3, 271 ch à 6100 tr/mn - 296 ch à 6100 tr/mn à partir de 1996 - boîte 6 vitesses ou automatique Tiptronic S à 4 rapports, propulsion ou intégrale, direction à assistance constante, 1370 kg). C’est pour beaucoup de fanas le juste milieu entre la nouvelle 996 « too much » au goût de certains et les 911 précédentes. Ils n’ont pas tort , mais cela contribue à maintenir la cote de la 993 élevée. A noter que la petite évolution moteur de l’année-modèle 96 se traduit par une mécanique toujours formidable, mais moins à l’aise toutefois dans les hauts régimes qu’auparavant.
Presque silencieuse, la 993 possède de vrais essuie-glaces et des phares qui éclairent enfin pour de vrai. La plus civilisée des ultra sportives de l’époque a renoué en 96 avec une version Targa très originale: le toit entièrement vitré se rétracte électriquement sous la lunette. On goûte aux joies du plein air. De plus, les désagréments sont limités aux bruits d’air à grande vitesse quand le toit est fermé, ainsi qu’à une rigidité plus comparable au cabriolet qu’au coupé.
Les 911 Carrera 2 et 4 (1989 et 1990) : de 175 000 à 210 000 francs

Cote coupé 911 Carrera 2 (parfait état): 180 000 à 200 000 francs
Cote coupé 911 Carrera 4 (parfait état): 175 000 à 210 000 francs
Toujours plébiscitée par la clientèle à la fin des années 80, la 911 méritait bien une sérieuse remise en forme. Ce qui fut fait sans que Carrera 2 et 4 perdent leur âme. Elles restent de vraies 911 malgré une nouvelle plate-forme, nécessaire pour le tunnel de transmission de la Carrera 4. Elle a permis d’épurer la ligne (Cx à 0,32 au lieu de 0,39), d’intégrer au tablier avant un chauffage enfin normal... L’aileron mobile ne dénature pas la silhouette à l’arrêt, le maniement du levier de vitesses est devenu un plaisir, la direction se retrouve enfin sans flou au point milieu (ou presque) grâce à un train avant repensé et gagne une assistance appréciable (2,8 tours de volant).
On a également droit à un moteur qui évolue sensiblement: il augmente de cylindrée, passe à deux bougies par cylindre mais conserve 2 soupapes: performant (km DA en 25,4 secondes) et sobre (environ 15 litres aux 100 km en moyenne) mais encore très bruyant.
Phares et essuie-glaces restent médiocres, comme l’ergonomie de certaines commandes. La transmission intégrale de la Carrera 4 à trois différentiels à pilotage électronique permet de gagner en efficacité par tous les temps, sans que son caractère « propulsion » soit totalement édulcoré. Mais elle reste le plus souvent pataude, ce qui nous fait préférer la Carrera 2.
Les 911 SC, Carrera 3.2 (années 80) : de 60 000 à 120 000 francs

Cote 911 SC 3.0 coupé (très bon état) :
Cote 911 SC 3.0 cabriolet (bon état) : ± 110.000F;
Cote 911 Carrera 3.2 coupé (bon état) : ± 80.000 à 110.000 F;
Cote 911 Carrera 3.2 cabriolet (bon état) : ± 100.000 à 120.000 F
Après avoir beaucoup évolué dans les années "70", la 911 poursuit son développement à un rythme bien moins frénétique pendant la décennie suivante. Il faut bien s’occuper des 924, 944 et 928. Dès 1983, le premier cabriolet 911 SC réclamé avant tout par le marché américain arrive sur le marché. Dégénéré ? Pas tout à fait : la coque est renforcée et supporte une conduite active sans se tordre dans tous les sens. La prise de poids est relativement limitée. Viendra au millésime suivant la 911 Carrera 3.2, coupé et cabriolet.Pas collectionnables -ou pas encore- et sans révolutions technologiques, les 911 SC et Carrera 3.2 sont pour l’instant les mal aimées de la dynastie et profitent dans l’ensemble d’une cote abordable.
Toutefois durant les années 80, le cabriolet apparaît et les ingénieurs planchent sur la transmission aux 4 roues qui donnera naissance à la superlative 959 (450 ch) en 87 (200 exemplaires, cote: environ 1.500.000 F) et à la Carrera 4 deux ans plus tard.
La 911 SC 3.0 est un modèle fiable malgré de petites faiblesses du côté de l’embrayage ou du tendeur de chaîne et des infiltrations d’eau sur la version Targa. Toujours aussi plaisant à piloter, au moins sur le sec !
Commentaires de l'article (0)

Déposer un commentaire

Pas encore membre ?

Créer un compte

Avec votre compte Caradisiac, vous pouvez :

  • - Commenter les articles avec votre pseudonyme
      sans saisir le code de vérification
  • - Participer au forum
  • - Créer un blog

Ou postez en anonyme :

Liste de smiley Liste de smileys

X

  • :ange:
  • :areuh:
  • :bah:
  • :beuh:
  • :bien:
  • :biggrin:
  • :blague:
  • :brosse:
  • :chut:
  • :colere:
  • :confused:
  • :cool:
  • :coolfuck:
  • :cry:
  • :cubitus:
  • :cyp:
  • :ddr:
  • :dodo:
  • :eek:
  • :evil:
  • :fier:
  • :fleur:
  • :fresh:
  • :frown:
  • :good:
  • :hum:
  • :jap:
  • :kaola:
  • :langue:
  • :lol:
  • :love:
  • :lover:
  • :mad:
  • :miam:
  • :nanana:
  • :non:
  • :ohill:
  • :oops:
  • :oui:
  • :ouin:
  • :pfff:
  • :ptdr:
  • :voyons:
  • :wink:
  • :redface:
  • :hello:
  • :roi:
  • :roll:
  • :rs:
  • :coucou:
  • :smile:
  • :sol:
  • :tongue:
  • :tourne:
  • :ml:
  • :violon:
  • :buzz:
  • :up:
  • :peur:
  • :orni:
Code du captcha disponible avec image uniquement Recharger le captcha