Des centaines de voitures de courses produites, des dizaines de titres sur les cinq continents... Pendant un quart de siècle, March, malgré ses maigres résultats en Formule 1 s'est bâtie un empire et fait la fortune de ses promoteurs. Une réussite exemplaire pour quatre hommes, riches seulement de leur jeunesse et de leurs ambitions.

March tient son nom de ses fondateurs : Max Mosley, Alan Rees, Graham Coaker et Robin Herd qui mirent bout à bout leurs initiales en rajoutant un A comme trait d'union à la fin de l'année 1969. Quatre jeunes gens de bonne famille, passionnés de course automobile et réunis un peu à la suite d'un étonnant concours de circonstances. À l'époque, seuls les noms de Robin Herd et Alan Rees évoquent quelque chose aux spécialistes de compétition. Herd, est sans conteste le plus célèbre. Ingénieur aéronautique de formation, il a quitté le chantier du Concorde pour rejoindre Bruce McLaren en 1966. Après quelques tâtonnements les McLaren F1 furent lmes grandes animatrices de la saison 68, tandis que ses barquettes règnent sans partage sur la Canam. Il est l'ingénieur du moment comme le seront plus tard Gordon Murray ou John Barnard, et les écuries se l'arrachent. En dépit de l'importance de l'offre, Herd va faire le mauvais choix en rejoignant Cosworth début 1969.

La monoplace à quatre roues motrices ne dépassera pas le stade des essais. Herd s'ennuie et repense de plus en plus souvent à la proposition que Jochen Rindt lui a faite début 1968. L'Autrichien sait qu'il faut impérativement disposer d'un moteur Ford Cosworth pour s'imposer en F1. Après avoir tenté sans succès d'acheter un châssis Matra, il a approché Herd par l'intermédiaire d'Alan Rees, son coéquipier en Formule 2. Les deux hommes se connaissent depuis l'école, mais Rees ne parvient pas à convaincre son ami. Herd, qui ne veut plus être un simple employé, refuse mais ne coupe pas les ponts avec Rindt et son manager, un certain... Bernie Ecclestone. Dans le même temps, Rees qui à 30 ans songe déjà à sa reconversion, élabore un projet de construction de monoplaces de Formule 3/Formule 2 pour lequel Herd se laisse tenter. Avec l'arrivée des sponsors, le marché de la monoplace semble des plus prometteurs et une production soutenue de voitures de course leur assureraient l'indépendance financière avec pour finalité la Formule 1. Graham Coaker, un ami de Rees, pilote amateur et directeur de production chez Hawker Siddeley, rejoint le projet en tant que coordinateur.

Forum :

Lire aussi :