En France le segment des familiales (M2) est un peu comme le pouvoir d’achat. Les ventes des généralistes déclinent alors que celles des constructeurs haut de gamme progressent. Les stars du marché sont allemandes, abritent de grosses motorisations et se négocient à des tarifs exorbitants. Prix très souvent justifiés... à l’image des nouvelles générations de Mercedes Classe C et d’Audi A4. Avec la BMW Série 3, les deux allemandes figurent parmi les 20 modèles les plus vendus en Europe l’an dernier.

Du style et du charme

Chez Mercedes comme Audi, le nouveau design est toujours aussi séduisant mais directement inspiré de modèles commercialisés précédemment. La nouvelle Classe C adopte les lignes en arêtes et le regard de la grosse Classe S alors que l’A4 se repose sur le postérieur de l’A5. Même constat pour le bouclier façon RS4 et les feux LED.

L’ensemble est harmonieux et évolue tout en douceur. Pour dynamiser sa gamme sans trop bouleverser sa clientèle, Mercedes propose deux faces avant. L’une typée luxe et confort avec la traditionnelle étoile superposée sur le capot, l’autre orientée sport avec une calandre aérée intégrant l’étoile. Le physique prend donc une part importante dans l’achat d’un véhicule premium. Il est dont capital pour ces deux constructeurs de soutenir une certaine réputation.

Espace habitable

Les deux allemandes se rejoignent sur un nouveau point. Celui de la taille. La Mercedes progressent légèrement (+5,5 cm) au profit de l’habitabilité. Malgré ce léger gain, les passagers arrière apprécient la différence en largeur aux coudes et aux épaules. Le coffre, lui, ne gagne qu’une vingtaine de litres. Sa capacité se situe dans la bonne moyenne de la catégorie. L’Audi A4, se rapproche quant à elle de son aînée A6. Elle gagne 11 cm de long et voit son empattement progresser pour une meilleure stabilité. Cette évolution n’est pas flagrante dans l’habitacle où les passagers arrière ne gagnent que 3 petits centimètres aux jambes. Comme la Classe C, le coffre de l’A4 gagne 20 litres.

Technologie de pointe

A Stuttgart comme à Ingolstadt on a mis le paquet sur la technologie. Mercedes propose le pack Advanced Agility qui régule l’action des amortisseurs en fonction de la situation de conduite ainsi que la direction et les commandes de boîte. Chez Mercedes, le catalogue des options est tout aussi complet en terme de confort et de sécurité avec le système PRE-SAFE qui anticipe les chocs. Chez Audi, la philosophie diffère légèrement avec une offre de série presque minimaliste et un catalogue d’options interminable. Ainsi pour bénéficier du très performant « Audi Drive Select » qui permet au conducteur de paramétrer son véhicule de A à Z (direction, amortissement, réponse de l’accélérateur et gestion de la boîte) il faudra débourser 2 770 € supplémentaires.

Motorisations

Pour ce duel, nous avons opposé les motorisations qui représenteront le cœur des ventes. A savoir le 4 cylindres Mercedes C220 CDi face au V6 2.7 TDI de l’Audi A4. Le 2.7 TDI présent sur Allroad, A6, etc. voit son couple légèrement progresser. Sa sonorité rauque et virile, est très loin des vieux TDI claquants. Avec 190 ch sous le capot et 400 Nm de couple, le V6 allemand atteint le 0 à 100 km/h en 7,7 secondes pour une V-max de 227 km/h. De quoi satisfaire amplement les clients pressés. Disponible très tôt, dès 1300 tr/min, il se montre civil en bas et linéaire dans ses montées en régime. Il est en plus secondé par une boite auto multitronic très efficace dans ses changements de rapports. A notre bonne surprise ce 2.7 TDI n’est pas si gourmand (pour une grosse cylindrée). A peine plus de 10l/100 km.

Malgré ses 2 cylindres et ses 20 ch de moins, la Classe C tient aisément la comparaison. Son couple important 400 Nm distille selon nous un agrément supérieur. Avec des montées en régime plus dynamiques et mieux contenues.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 0 à 100 km/h en 9 secondes, et une vitesse maximale qui flirte avec les 230 km/h. Cette motorisation devient une des plus convaincantes dans cette classe de puissance. La consommation, elle, nous a paru légèrement supérieure à l’Audi A4 avec une moyenne de 12l/100 km.

Comportement/confort

La nouvelle A4 a été conçue selon la même architecture que le coupé A5. Un empattement allongé, et des roues aux quatre coins. La nouvelle A4 dispose en conséquence d’une meilleure stabilité et d’une meilleure répartition des masses grâce au recul de moteur. En prime, les voies sont très larges ce qui permet à la berline de virer totalement à plat. Chose que la propulsion de l’étoile gère moins efficacement sur les revêtements humides… Le programme « Audi Drive Select » est une petite révolution, car il permet de configurer sa voiture. En mode « Dynamic » l’A4 est une véritable voiture de sport. Et la suspension pneumatique un vrai bonus pour le confort. De l’autre côté la Classe C plus typée confort ne démérite pas. Sa suspension pilotée privilégie le calme et la douceur. Le comportement global de la berline est très sain malgré les intrusions répétées de l’ESP. Pour le dynamisme visez Audi et pour le confort Mercedes.


Remerciements

Domaine des Vaux de Cernay

78720 Cernay la Ville

Tel : 01.34.85.23.00

www.leshotelsparticuliers.com