Plusieurs constructeurs ou groupes automobiles sont déjà présents sur les Champs-Elysées de Paris. Mais le groupe allemand en est toujours complètement absent.

Il est vingt-deux heures, et le Vatican peut s’inquiéter.

Depuis l’été dernier, le groupe Volkswagen est annoncé comme candidat au remplacement de Virgin qui occupe depuis des années une « splendide » bâtisse sur les Champs-Elysées. Le changement de locataire pourrait être d’ailleurs par le fait que le propriétaire des murs qui hébergent Virgin (au 52/60 avenue des Champs Elysées) est un fonds qatarien, Qatar Investment Authority, qui détient justement 7 % du capital du groupe Volkswagen.

Si le groupe Volkswagen devait venir s’installer à cet endroit il se retrouverait à proximité des showrooms des constructeurs nationaux, notamment Citroën (situé un peu plus bas du même côté) et Renault (situé en face). Surtout, il donnerait une connotation encore plus « automobile » à l’avenue des Champs-Elysées, qui n’en demandait pas tant, laquelle est déjà occupée par des marques comme Mercedes, Toyota, Peugeot… Cette arrivée accentuerait encore le côté temple de l’automobile des Champs-Elysées au point de nous demander : mais que fait la Mairie de Paris ?