Non mais franchement le duo BMW M5 et BMW M6 au Mondial de l'Auto 2012 ? Vous les avez vues ? Elles me font de la peine avec leur moteur v8 biturbo. Jusqu'à présent la lettre M était plutôt épargnée et avait sorti quelques chef d’œuvres à travers les âges. De véritables lieux de recueillement de la religion atmo, des temples du haut régime, des chants à la gloire du saint tour minute. En doublant l'exploit d'être souvent abordables et toujours fiables les motorisations M ont forgé la réputation de la division avant toute autre caractéristique. Mais tout ceci est fini.


Il faut bien se l'avouer, les moteurs turbo ça ne chante pas si bien que ça. Oh oui il y a quelques moteurs qui grognent un peu, qui lâchent un pschit guerrier tel un bus scolaire qui ouvre ses portes. Certains exemplaires encore plus rares font tant de bruit de transmission et d'échappement qu'on entend plus guère le moteur et son admission. Bref les voitures turbo ça ne chante pas très bien et dans l'imaginaire collectif les turbo se classent généralement dans deux catégories. D'un côté les dragsters plus avides de sensations que de rigueur et de l'autre les autos avant tout pensées pour la compétition.


Les F40, Delta Integrale, Quattro Sport, Evo, Impreza, toutes ces autos fleurent bon le remplissage à l'extrême, la voiture d'homologation et l'efficacité avant toute vertu sonore. Et sur route ouverte même s'il est jouissif de profiter de ces mécaniques pleines, violentes et qui ne s'essoufflent jamais lorsqu'il s'agit de vous catapulter en sortie de courbe, il faut bien avouer qu'elles sont souvent too much.


En face de ces démons il existe toute une catégorie d'équivalents atmo qui se dégustent à des rythmes plus légaux, qui enchantent les vallées alpines de leur concerto pour piston et si elles ne rivalisent peut être pas en efficacité pure, elles offrent en tout cas plus facilement la banane de satisfaction à leur conducteur. Le plaisir d'une M5 v10 de génération précédente c'est ce mariage obscène entre un moteur de compétition qui chante haut et fort comme pour vous faire oublier la pénurie proche de super sans plomb 98 et ce gabarit qui vous permets d'amener avec vous madame, les enfants et leurs bagages dans la même auto.


Désormais la M5 et la M6 exhibées au Mondial ne se conçoivent plus qu'avec un v8. Et quel v8 ! Remplit de la tête aux pieds, secondés par une boîte à double embrayage qui ricane en voyant celle de la M5 v10, un moteur de 560cv qui permets de pousser en ligne droite nombre de supercar de poster de notre adolescence (moi c'était la f40, la xj220 et la 288gto evoluzione, fichtre 3 autos turbo !) bref une auto bien plus efficace que l'ancienne.


Le mieux est parfois l'ennemi du bien


Et pourtant. Sont ce les normes de pollution toujours plus déconnectées de la réalité ou le fait que la technologie est maintenant maîtrisée, désormais tout est downsizé et mis sous assistance respiratoire turbo. Le résultat est impressionnant avec un moteur plus léger, plus puissant, plus rempli et nettement plus économe.


Mais où est passé la composante plaisir ? Où est parti le son noble de l'admission qui engouffre l'air ? Fini.


Bienvenue dans l'ère des pots qui grognent et de la sonorisation assistée par hifi. Eh oui si même la division M n'a pas réussi à tirer un son à la mesure de sa berline supersonique avec la seule admission et l'échappement, c'est que personne ne peut le faire à un niveau de décibel décent. Du coup ces démoniaques M5 et M6, dans leur mode le plus sportif, se permettent de faire du bruit par vos hauts parleurs. Oui, comme vous quand vous aviez 10 ans et que vous remontiez Senna à Monaco en le dépassant dans un son démentiel de v12 fait à la bouche. Vrou-ouh-hou-ouuuuh-ouhhhh-OUUUUM.


Navrant n'est ce pas ? Oh on s'y fera. La voiture reste excellente et il paraît même que la technique est bluffante sur le dernier v6 Audi diesel. Ok, en une phrase je me suis déjà perverti plus qu'en près de 20 ans de permis et 30 ans de passion automobile. Vous voyez où l'on en arrive ?


Qui a envie de faire hurler au lit Sophie Marceau quand on rugissait de plaisir avec Monica Bellucci quelques mois auparavant ? Et tant pis si cette dernière est plus colérique, capricieuse, mène un train de vie démentiel et fait se retourner tout le monde dans la rue quand vous sortez avec. Que mon âme me pardonne ce cliché machiste de comparer femmes et autos, bien trop fréquent dans le milieu. On efface tout.


Qui a envie de faire jouer à son anniversaire Yvette Horner quand l'année précédente Metallica mettait le feu à votre soirée ? Personne ne se lève dans l'assistance et pour cause.


Non mais franchement les BMW M5 et M6 en turbo ?
M la lettre la plus puissante du monde ? Je ne sais pas pour vous mais celles qui me font envie ce sont les M5 v10 Touring, M3 E92 coupé, M3 e46 CSL, M3 e30 evo 1 et pourquoi pas une M1. Uniquement des atmos. Peut être ne suis je plus qu'un vieux râleur déphasé (par vtec) avec son époque. Un vieux râleur qui scande que quitte à cramer son dernier quota personnel de 10.000 litres d'essence sur terre, je veux le faire avec une auto lubrique et obscène. Pas avec un compromis propre sur lui.


Qui aurait préféré cette M6 avec un v12 5 litres de 600cv en atmo ? Je lève la main en me mettant sur la pointe des pieds. Et gauche la main hein, faut pas déconner avec ça quand un Allemand est dans la salle et chez BMW ils le sont Allemand. Ouhlà on déconne pas avec ces trucs là de leur côté du Rhin.


Et vous, atmo ou turbo les M de demain pour vous ?




Non mais franchement BMW, cachez moi ces BMW M5 et M6 qui bruitent leurs sensations à la bouche..
(et dites moi où vous avez caché les clefs, c'est pour un pote qui.. euh.. truc..)




Photos : FabVT.
Vieux râleur : @MasterLudo