C'est officiel depuis le début du mois d'avril, huit agglomérations françaises vont tester dès l'an prochain le dispositif ZAPA, qui consistera à limiter la circulation de certaines catégories de véhicules dans certaines zones établies par les municipalités et ce grâce à la mise en place d'un péage urbain. Mais quel sera l'impact réel sur la circulation des Français ?


Un récent sondage mené L'Observatoire des Nouvelles Tendances de Consommation de CCM Benchmark s'est penché sur le sujet. Dans sa dernière étude, « Consommation automobile », l'Observatoire a en effet interrogé les Français afin de déterminer si oui ou non le dispositif ZAPA allait porter ses fruits et remplir son objectif, à savoir limiter le trafic en centre-ville et faire diminuer la pollution, particulièrement celle générée par les particules fines. Interrogés, 45% des sondés circulant à Paris, Marseille ou Lyon ont affirmé qu'ils limiteraient en effet leurs déplacements en ville après la mise en place du péage urbain.


Un résultat certes encourageant mais qui, étudié plus en détail, souligne un problème déjà soulevé à plusieurs reprises, à savoir celui de la discrimination. Car si les répondants issus des catégories les plus aisées n'envisagent pas d'apporter des changements à leurs habitudes, à peine 4% des ouvriers et employés déclarent qu'ils accepteront de régler la taxe du péage urbain.