Après la fermeture des voies sur berges pour le printemps 2013, Bertrand Delanoë annonce son attention de réduire la vitesse sur le périphérique parisien. Une nouvelle polémique se présente.
Rappel des faits : René Dutrey, adjoint au Maire de Paris chargé de l'Environnement a déclaré lundi avoir demandé au gouvernement l'abaissement de la vitesse autorisée sur le boulevard périphérique de la capitale. La vitesse maximale autorisée ne serait plus 80 km/h mais 70 km/h : d'après l'écologiste, « la baisse de la vitesse sur le périphérique est une mesure qui économiquement coûte peu cher et a une efficacité environnementale forte, principalement parce que vous améliorez la fluidité du périphérique. »
Destinée à réduire la pollution de l'air et le bruit, la mesure serait d'après lui en bonne voie d'être adoptée.

Encore une volonté de dégouter les conducteurs ?
La réaction de l'association 40 Millions d'Automobilistes, regroupant aujourd'hui 320 000 adhérents, ne s'est pas faite attendre :
« Après la grande annonce du « réaménagement » des voies sur berges qui conduiront à leur fermeture orchestrée dès le printemps 2013, c'est à présent au boulevard périphérique que s'attaque Bertrand Delanoë, avec en filigrane, la volonté de dégoûter l'automobiliste de la circulation parisienne. (…) C'est un nouveau coup porté aux résidents de banlieue qui devront subir encore une fois l'idéologie infondée du maire de Paris en terme de lutte contre notre liberté de circuler. »
Si le principal argument est environnemental, ce dernier est un leurre pour l'Automobile Club Association : « A 70 km/h, il est impossible d'utiliser pleinement une 5e ou une 6e vitesse, obligeant le conducteur à rétrograder, ce qui engendre de la pollution et des nuisances sonores supplémentaires ».
Enfin, la Fédération Française des Motards en Colère a pointé du doigt un « effet d'annonce », alors que « les Franciliens qui empruntent chaque jour le boulevard périphérique au ralenti ne demanderaient pas mieux que de pouvoir rouler au moins à 70km/h ».

La Droite aussi désapprouve l'idée
De même que les associations de conducteurs de deux et quatre roues, l'opposition UMP au Conseil de Paris a pris position contre la future mesure. Jean-François Legaret, président du groupe UMPPA (Union pour une Majorité de Progrès à Paris et Apparentés) a déclaré à l'AFP : « Je ne crois pas que cela soit la solution. Personne ne peut croire que cela réduira la pollution et le bruit. En revanche, cela aggravera la congestion de cette voie déjà très saturée. »
En revanche et sans surprise, le député EELV de Paris Denis Baupin apprécie l'idée, qui d'après lui sera « triplement bénéfique » : « moins de bruit, moins de pollution, moins d'embouteillages ».

La suite dans le prochain épisode.