Lancée symboliquement avec l'avènement de la décennie 60, la Peugeot 404 affirme l'ambition de renouveau de la firme sochalienne. Moderne, mais sage, saluée unanimement pour ses qualités routières, elle s'impose d'emblée comme un immense succès commercial. Première Peugeot produite à plus d'un million d'exemplaires, elle sera pendant plus de quinze ans indissociable du paysage automobile français.

Chose rare chez Peugeot, société réputée pour son conservatisme, l'étude de la future 404 débute immédiatement après le lancement de la 403 en 1955. Il faut dire que la présentation de la DS Citroën a causé un certain émoi à Sochaux. Révolutionnaire, cette dernière démode, en effet, toutes ses rivales du moment et même les plus récentes comme la sage 403. Chez Peugeot, les hommes du bureau d'études se voient alors accorder des libertés inédites: un moteur V8, des suspensions hydrauliques, un freinage assisté... Tout aussi traditionnels que leur constructeur favori, les "clients Peugeot" seront peu nombreux à s'encanailler au volant de la DS. Cette fidélité incitera le directoire Peugeot à réviser ses ambitions à la baisse. Si la 404 affirmera bien la volonté de rajeunissement de la marque au lion, elle n'en restera pas moins classique et éprouvée. Étroitement dérivée de la 403, la petite dernière se distinguera avant tout par sa silhouette anguleuse, résolument dans l'air du temps avec ses ailes arrières effilées... L'Amérique fait toujours rêver! Confié à Pininfarina, le dessin de la carrosserie est largement inspiré de ses précédentes productions (Austin Cambridge ou Fiat 2300). La 404 n'est pas seulement l'ultime déclinaison d'une série à succès. Elle représente l'aboutissement du travail de Pininfarina avec une ligne plus sobre et nettement plus homogène que celle de ses aînées.

Sous cette robe flatteuse, la partie mécanique ne présente rien de bien révolutionnaire avec toujours une classique transmission aux roues arrière et un solide quatre cylindres incliné à 45° dans le but d'abaisser le capot avant. Extrapolé de celui de la 403, mais porté à 1618 cm3, ce moteur fournit de bonnes performances avec ses 72 ch mais fait preuve également de moelleux et de souplesse. Robuste et peu gourmand, le quatre cylindres va également se révéler une excellente base de développement en recevant un systême à injection. Une grande première pour une berline de moins de deux litres et une certaine audace de la part de Peugeot, car à l'époque, bien peu de constructeurs généralistes osent l'injection sur des modèles de grande diffusion. Ainsi "dopée" à 96 ch, la 404 s'offre des pointes à près de 160 km/h et s'impose comme la plus sérieuse rivale de la DS en lui contestant le monopole de la "file de gauche" sur autoroute. Une image de marque renforcée bientôt par le lancement de versions coupé et cabriolet, joliment dessinés par Pininfarina. Bénéficiant d'une finition flatteuse, ils se distinguent toutefois davantage pour leur sobre élégance que pour leurs performances. Vers le bas, la gamme s'élargit également avec la commercialisation de breaks, pick-up ou encore de modèles économiques animés par des mécaniques diesels. Une véritable gamme dans la gamme Peugeot et un succès commercial qui ne se dément pas. En 1966, avec 200 000 exemplaires vendus, la 404 prendra la seconde place sur le marché français derrière la fameuse "4L". Pendant trois ans encore, les chiffres de production s'envoleront et la sage berline supportera même sans gros dommages la cohabition avec la 504. Puis, à partir de 1970, la gamme va se rétrécir, les évolutions se figer mais la production sera maintenue encore cinq ans. Enfin, en 1975, la dernière berline 404 "tombe" de la chaîne à Montbéliard, discètement et sans cérémonie.

Grandes dates

1960 : présentation en mai de la 404 berline (1618 cm3/72 ch/142 km/h) 1961 : lancement du cabriolet au salon de Paris (148 km/h) 1962 : en mars, le cabriolet reçoit un nouveau moteur à injection (85 ch/158 km/h) ; présentation au salon de Paris du coupé et des versions breaks : "Famililale" (1618 cm3 / 72 ch ou diesel 1816 cm3 / 55 ch / 110 km/h) et "Commerciale" (1468 cm3 / 66ch / 125 km/h ou diesel) 1963 : lancement de la berline à moteur diesel (1948 cm3/68 ch/130 km/h)

1965 : les breaks adoptent le moteur diesel 1948 cm3 1975 : en octobre, la 404 disparaît du catalogue Peugeot. En quinze ans, 2 885 377 exemplaires (toutes versions confondues) ont été produit.

Forum :

Lire aussi :