Evénement historique dans la saga Peugeot. Le constructeur français va abandonner pour certains de ses modèles une habitude ancestrale : la numérotation à trois chiffres avec un zéro central (205, 407 etc). Première de la liste : la "1007", nom de baptême du projet Sésame, la nouvelle petite citadine présentée dans sa version définitive au prochain Mondial de Paris.

Depuis quelques mois, on s’animait dans les rédactions autour des deux futures citadines de Peugeot. D’une part, la remplaçante de la 106, petite urbaine vendue à moins de 8000 euros, d’autre part, une autre citadine, la Sésame présentée au Mondial de Paris en 2002. Deux voitures donc et un seul nom que l’une ou l’autre pouvait porter : la 107. Tout le monde y allait de sa prédiction, mais personne ne savait. Peugeot a tranché.

La Sésame s’appellera la "1007". Plutôt joli à lire le patronyme, mais difficile à dire : "Mille Sept", "Mille Sept", "J’ai acheté une Mille Sept", "Oh, regarde, chezlamilkshake, pardon, c’est la Mille Sept", "Tu fais combien au cent avec ta Mille Sept"… On a un peu l’impression de manger du chewing-gum, non ?

Révélation dont on peut en tout cas également tirer le nom de l’autre future petite citadine qui remplacera véritablement la 106 et en toute logique s’appellera la 107.

Peugeot baptise la "1007"

C’est le directeur général de Peugeot en personne, Frédéric Saint-Geours qui a annoncé cet événement… à l’occasion des premiers essais de la 407 auxquels étaient conviés mi-avril toute la presse automobile européenne. Effet de surprise total. Et surtout, le choix d’un moment stratégique qui va permettre à tous les pays européens de relayer cette information spectaculaire.

Un ancien système de numérotation qui date de 1929 !

Peugeot baptise la "1007"

Peugeot a choisi pour la première fois en 1929 un numéro avec un zéro central. Il s’agissait de la 201 (4 cyl.-1100 cm3) ainsi nommé simplement parce qu’il s’agissait du 201e projet automobile de la marque. L’histoire était lancée. Vous connaissez la suite : 203, 204, 205, 206, 301, 402, 403, 404 etc. Cet élan ne va d’ailleurs pas s’interrompre. Il ne s’agit pas d’une rupture radicale avec ce système de numérotation mais d’une évolution. La plupart des Peugeot continueront à égrener l’histoire. 407, c’est déjà fait. 107, 308, c’est à venir.

C’est pour identifier ces modèles spécifiques et inédits que Peugeot a multiplié son zéro par deux

Peugeot baptise la "1007"

Mais certains nouveaux modèles se verront affubler du double zéro central quand ils prendront place dans un segment mal identifié par les nomenclatures habituelles, à savoir, inférieure, moyenne inférieure etc. Ce qui risque de se produire de plus en plus souvent tant les constructeurs inventent chaque année de nouvelles niches. C’est pour identifier ces modèles spécifiques et inédits que Peugeot à multiplier son zéro par deux. De fait, feu-sésame, la 1007 donc, est un véhicule atypique avec ses deux portes coulissantes.

Peugeot baptise la "1007"

Avril 2004 : une page de l’histoire automobile vient de s’ouvrir. Dans la rubrique Top secret de Caradisiac, vous verrez dans quelques mois, dans quelques années, des photos, des articles de futurs modèles Peugeot dont on imaginera à raison les noms autour du zéro central dédoublé : les 2009, 4009 etc. Jusqu’au prochain changement de numérotation qui interviendra quand la 1007 aura des petits-enfants, c’est à dire dans deux générations de véhicules, après les naissances de la 1008 et de la 1009. Passera-t-on alors à la 10010 ou à la 1010 ? Nous pourrons en reparler. En attendant, bienvenu à la 1007, première-née de la génération des "dédoublées".

Lire aussi :

  • Peugeot Sésame

  • [Top secret : Peugeot 107
  • >http://www.caradisiac.com/php/essai_tun/ess_nou/nouv147/mg_4970_peugeot_top_secret.php]