Citroën C5 : l'essai video

Mini-Site Citroën | Actu Citroën | Essais Citroën | Photos Citroën | Tuning Citroën

Depuis bientôt quatre ans, la grande familiale Citroën affichait un style jugé majoritairement mollasson, tout juste propre à séduire une clientèle de retraités d’après les mauvaises langues. Il s’en est toutefois vendus plus de 470 000 depuis mars 2001. Le restylage lui donne plus de nerf à moindre frais. Il concerne la fine calandre intégrant les deux chevrons comme sur la nouvelle C4, les feux en forme de boomerang aux quatre coins sur la berline (parenthèses inchangés à l’arrière sur le break), et de nouveaux boucliers qui allongent l’auto de 12 centimètres mais affinent la ligne générale. Le toilettage extérieur ne passe pas inaperçu, même s’il ne concerne pas les parties vitrées et touche peu les emboutis de carrosserie.

A l’intérieur, de nouveaux garnissages pour la sellerie, de joncs de finition laqués sur la planche de bord et les contre-portes et une façade de console centrale redessinée apportent une touche de fraîcheur à un habitacle toujours aussi cossu et accueillant.

Evidement, l’habitabilité ne bouge pas. Elle reste néanmoins un point fort du modèle en comparaison des autres familiales françaises et de bien d’autres, malgré un espace trop réduit pour glisser les pieds à l’arrière sous les fauteuils AV.

Coffre légèrement en hausse

La capacité du coffre progresse légèrement pour la berline en raison du hayon redessiné et ne varie pas pour le break. Dans les deux cas, c’est mieux que la 407 / 407 SW et dans la moyenne du marché.