Loin de nous la prétention de jouer les médias spécialisés et de vous livrer un jugement pointu sur des autos de compétition. Soyons tout de suite clair, ce n’est pourtant pas faute d’admirer cette discipline mais jamais je n’avais mis mon auguste arrière train dans une auto de rallye en mouvement, pas même en passager. L’occasion de « tester » une partie de la gamme Rallye de Renault Sport à la fin de l’épreuve du Var s’est convertie en occasion rêvée pour une rapide initiation que nous vous faisons partager.

Prise en mains vidéo - Renault Twingo R1, Clio R3, Mégane N4 : les Renault Sport de Sport

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Renault Clio

190 g/km

Début de commercialisation du modèle :
Renault Clio 3 Rs

Juin 2006

La France et le rallye, c’est une grande histoire qui a malheureusement tendance à bafouiller, la faute aux tendances actuelles de la société pour l’ultra sécurité et/ou l’ultra écologie qui débouchent sur une autophobie latente des gouvernants qui tend à diaboliser les rallyes. Pourtant, le plus grand rallyman de l’histoire toujours en activité est bien français, sa succession sera peut-être française et les meilleures autos du WRC sont également françaises. Bref, si Citroën, Sébastien Loeb et Sébastien Ogier portent haut les couleurs hexagonales en WRC, il n’a jamais été aussi difficile de débuter en rallye. Autrefois, la plupart des fils de garagistes montaient leur propre auto et participaient aux épreuves régionales, ce n’est plus autant le cas aujourd’hui alors que les petites épreuves disparaissent étouffées par les normes de sécurité et les pressions diverses qu’elles subissent. Heureusement, nos constructeurs nationaux s’impliquent en rallye dès le plus petit niveau en proposant les autos mais également en créant (ou soutenant) les championnats dans lesquels ces engins peuvent courir. Et celui qui paradoxalement ne s’affiche pas au sommet de la discipline n’est pas le moins actif.



Renault qui fut plus ou moins interdit de WRC et de S2000 pour cause de F1 ne s’est pas retiré pour autant du monde des rallyes. La division Renault Sport Technologies a continué à offrir des produits de compétition qu’ils jugent complémentaires de leurs produits de série et qui pour le coup, rapportent plus d’argent que d’image. Avec un boss comme Carlos Ghosn, c’est un aspect qui compte ! Au catalogue Renault Sport, on découvre une gamme Rallye à la hiérarchie bien établie qui doit accompagner le débutant de ses premiers chronos jusqu’à ses premiers temps scratchs.

A la fin du rallye du Var, Renault Sport Technologies organise traditionnellement une journée d’essais pour de futurs clients et quelques journalistes en mettant à disposition 2 ou 3 autos ayant participé à l’épreuve. Ainsi, près du Muy, une petite portion de 4 km de route fermée pour la circonstance sera le cadre de ces prises en main particulières. En l’absence de Twingo R2 Evo, les cobayes seront la Twingo R.S R1 qui ouvrait le rallye aux mains de Jean Ragnotti, la Clio R.S R3 du belge Kris Princen vainqueur 2011 du Trophée et second au Var la veille, puis pour finir, la « grosse » Mégane R.S N4 de Manu Guigou, 10e du rallye du Var, premier des 2 roues motrices.