C'est fait : la semaine dernière, tout comme le litre de Sans Plomb 95 et 98, celui du gazole n'a jamais été aussi cher, battant ainsi un record vieux de près de quatre ans. Véritable thème de campagne, les candidats à l'élection présidentielle se sont bien évidemment emparés de ce sujet brûlant.
1,4584 euro, c'est ce que vous avez dû payer en moyenne pour un litre de gazole la semaine dernière si vous faites partie des 80% de Français à rouler en voiture diesel, selon les chiffres fournis par le Ministère du Développement durable. Après avoir flirté avec les sommets ces dernières semaines, c'est cette fois-ci un record historique datant de mai 2008 qui a été battu. Les amateurs de Sans Plomb 95 comme 98 en seront aussi pour leurs frais, à respectivement 1,6451 et 1,6883 euro le litre, deux records vieux de seulement une semaine.
Bloquer les prix ? Du « populisme » pour N. Sarkozy
Les raisons évoquées pour ces tarifs stratosphériques sont toujours les mêmes : les tensions géopolitiques au Moyen-Orient se conjuguent à une faiblesse de l'euro par rapport au dollar pour aboutir à un prix en euro du baril de Brent qui n'a jamais été aussi élevé.
Plus que jamais, les prix des carburants, qui touchent une très grande majorité de Français, sont un thème de campagne incontournable pour les candidats à l'élection présidentielle, chacun y allant de son projet, allant de la nationalisation de Total pour Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche), à la réduction de la TIPP compensée par une surtaxation des pétroliers pour Marine Le Pen (Front National), en passant par un renforcement de la concurrence entre les raffineurs pour François Bayrou (MoDem). François Hollande (Parti Socialiste) propose quant à lui de bloquer temporairement les prix du carburant avant de réintroduire la TIPP flottante, ce que Nicolas Sarkozy (UMP) a qualifié de « populisme » et de « démagogie ».
Tweeter : @PierreDdeG