C'est ce qui est arrivé aux gars qui avaient trouvé l'idée rock'n roll de dynamiser le retour du trigramme sulfureux GTI en s'appuyant sur un riff électrique. Hélas pour eux, la partition avait déjà été jouée l'année dernière par le team Lotus F1 qui ne s'est pas fait prier pour faire un juste rappel historique.


De là, deux cas de figure: ou Peugeot a payé les mêmes gens qui ont sans scrupule reproduit ce qu'ils avaient fait pour d'autres, raflant ainsi deux fois la mise. Ou l'agence a tout simplement repris le produit d'une autre pour mieux en tirer les subsides. Dans les deux cas, le dindon de la farce, c'est le Lion.


<iframe width="450" height="253" src="http://www.youtube.com/embed/_BVzFAUcA2c" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>