Mercedes et la course
Rallyes
La 300 SL s'avère une redoutable bête de rallye. Endurante et rapide, elle s'impose deux années de suite (1955/1956) au légendaire Marathon de la route, le Liège-Rome-Liège, avec Olivier Gendebien, puis Willy Mairesse.
En 1960, l'équipage allemand Schock-Moll, soutenu par l'usine, enlève le Rallye de Monte-Carlo et le championnat d'Europe des Rallyes. Deux ans plus tard, Eugen Börhinger, pilote officiel, remporte à son tour le championnat d'Europe avec une 220 SE, tandis que bon nombre de pilotes privés s'imposent toujours dans les grandes épreuves routières avec des 300 SL (Marathon de la route 1962/1963, GP routier et Tour d'Argentine 1962/1963/1964, Safari 1959/1960/1961, etc.).
Il faudra ensuite attendre 1979 pour revoir Mercedes officiellement engagée en rallye. Un programme restreint aux épreuves où l'endurance et la robustesse priment sur la vitesse pure, et un quadruplé victorieux au rallye du Bandama, en 1979, puis un nouveau succès en 1980 avec Waldegaard.
Enfin, Jacky Ickx, associé à Claude Brasseur, imposera une 280 GE au Paris-Dakar, en 1983.