La seconde édition des Etats Généraux de la Sécurité Routière (octobre 2005) a réuni les principaux acteurs du gouvernement. Le bilan tiré depuis 2001 est positif (6000 vies épargnées) mais Dominique de Villepin a réaffirmé sa volonté de tenir "avec fermeté le cap de la sécurité routière", alors que Nicolas Sarkozy tente le pari de descendre sous la barre des 4000 tués. Voici les 5 priorités du gouvernement.

La sécurité routière reste l'un des grands chantiers du gouvernement. Le mot d'ordre de ce deuxième bilan de la sécurité routière est de "maintenir avec fermeté le cap de la sécurité routière", dixit Dominique de Villpein. Le duo de tête du gouvernement a donc la ferme intention d'amplifier les actions -dont la répression- pour pérenniser les bons résultats obtenus depuis 2002. Depuis trois ans, le nombre de tués sur les routes françaises est en nette diminution. De 7 720 en 2001, il passera sous la barre des 5 000 en 2005. "Si la tendance observée depuis de l'année se confirme, nous devrions passer pour la première fois sous la barre des 5000 tués", a estimé la sécurité routière. Les actions du gouvernement ont donc permis de sauver plus de 6 000 vies depuis 2002. "Ces résultats sont encourageants mais pas encore satisfaisants pour le numéro deux du gouvernement. Avec 14 morts en moyenne tous les jours sur nos routes, le prix payé est trop élevé. L'objectif pour 2007 est de ne pas dépasser le seuil de 10 tués par jour". Nicolas Sarkozy fait donc le pari de faire passer sous la barre des 4000, le nombre de tués sur les routes d'ici un an. Pour remplir cet objectif -ambitieux- le gouvernement va amplifier son action autour de cinq priorités : la vitesse, les deux-roues, les jeunes, la collaboration avec les constructeurs et le réseau secondaire.

1 500 radars d'ici fin 2006

Sécurité routière : les 5 priorités du  gouvernement

Dans cette lutte acharnée contre l'insécurité routière, les deux hommes ont montré du doigt, une nouvelle fois, les excès de vitesse. Malgré une réduction notable de la vitesse (–7,8 km/h en moyenne depuis 2002) en France, les automobilistes vont devoir à nouveau lever le pied. Les deux hommes ont confirmé la mise en place de 500 radars automatiques supplémentaires en 2006, qui viendront s'ajouter aux 1000 actifs d'ici fin 2005. Au total 1 500 radars seront actifs d'ici fin 2006. Il s'agit d'une pièce maîtresse pour modifier en profondeur et dans la durée les comportements sur nos routes. Ce dispositif n'a pas pour objectif de piéger les Français, ni de créer des recettes pour l'Etat. Au contraire, notre objectif est que rapidement le nombre d'infraction diminue, ce qui voudra dire que les Français auront globalement et durablement adopté un mode de conduite plus prudent", a indiqué Nicolas Sarkozy.

Les deux roues

Sécurité routière : les 5 priorités du  gouvernement

La population des deux roues a représenté 21 % des victimes en 2004. La vitesse en est la première cause. En 2005, les motards vont donc devenir le centre de préoccupation des forces de l'ordre, puisque M. Sarkozy leur a promis de touchantes attentions. Pour les inviter à relâcher le poignet droit, ce dernier préconise des "aménagements" de contrôles radar et un renforcement des contrôles de conformité des plaques d'immatriculation pour permettre une "meilleure exploitation des clichés". Des contrôles radar personnalisés et une répression accentuée, la population des motards est le nouveau mot d'ordre de la sécurité routière. Dans un registre plus modéré, Dominique de Villepin a également appelé les automobiliste à être "plus attentifs à la présence des deux roues".

Vers une mise en place de limiteurs de vitesse ?

Sécurité routière : les 5 priorités du  gouvernement

Premier concerné par ce bilan, le ministre des Transports, Dominique Perben s'est prononcé en faveur d'une généralisation rapide, sur les voitures, de systèmes de limitation de vitesse et d'allumage automatique des feux de jour. Ces systèmes réclamés par les associations de victimes n'ont, pour le moment, pas été rendus obligatoires par le ministre des Transports. De son côté, Nicolas Sarkozy, opte pour une mesure rapide. "Je pense que nous devrions prendre l'initiative au niveau européen de rendre effective l'installation de limiteurs de vitesse sur tous les véhicules neufs qui sont commercialisés".

Les jeunes au volant

Sécurité routière : les 5 priorités du  gouvernement

En 2004, les 15-24 ans ont représenté 27,6 % des tués sur la route. Pour lutter contre ce phénomène, Dominique Perben a annoncé la généralisation des opérations "capitaine de soirée", tout en rappelant que "lors d'une soirée celui qui conduit c'est celui qui ne boit pas". Pour sa part, Dominique de Villepin a appelé à une meilleure formation à la conduite notamment grâce au permis à un euro par jour.

Les trajets quotidiens

Grand thème de la semaine de la sécurité routière en 2005, le trajet quotidien ou de proximité tue 10 personnes par jour. Emmener les enfants à l'école ou faire les courses comportent beaucoup de risques puisque l'automobiliste est moins attentif sur les trajets qu'il connaît. "Sur les 14 victimes quotidiennes de la route, 10 trouvent la mort à quelques kilomètres de chez elles" selon la sécurité routière. Les dirigeants français recommandent donc aux automobilistes d'accentuer leur vigilance sur les routes secondaires et sur les trajets quotidiens. En conséquence, Nicolas Sarkozy envisage une extension du contrôle automatisé "aux feux tricolores installés dans les carrefours les plus dangereux".

Lire aussi

Forum

Nicolas Sarkozy propose la mise en place de limiteurs de vitesse. Pour ou contre ?