Toyota-Yaris-40199.jpg

Dates clés

Commercialisation : avril 1999 à décembre 2005

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Elle s'est taillée une jolie petite réputation, avec sa face avant assez originale et plutôt expressive. Loin de toute innovation technologique, elle mise avant tout sur son physique pour convaincre, et plaît surtout en ville. Elle a cédé la place à sa remplaçante plus grande et plus ambitieuse mais se trouve dans une large gamme de prix sur le marché. Sa fabrication en partie française à partir de 2001 lui a valu un regain de notoriété. Mais ce n'est pas un modèle brillant par le modernisme de sa conception.

Caradisiac a aimé

  • Le rapport taille/habitabilité
  • Les rangements
  • Le compteur très lisible
  • Les moteurs vivants

Caradisiac n'a pas aimé

  • Le confort
  • La finition
  • Le chauffage trop long à arriver en hiver
  • Quelques lacunes d'équipement sur les versions de base avant 2001

Nos versions préférées

  • 1.3 LINEA SOL 3P
  • 75 D-4D LINEA TERRA 5P

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • L'habitacle : suffisamment spacieux, bien que son encombrement extérieur demeure assez réduit. L'importante hauteur sous pavillon, même si elle n'est pas directement exploitable pour l'habitabilité, offre une bonne impression de volume.
  • Les rangements à bord : il sont nombreux et surtout bien pensés. Par exemple la boîte à gants double, et les espaces profonds en vertical le long de la console centrale.
  • Le compteur : implanté au centre de la planche de bord, en hauteur, avec une orientation vers le conducteur. Son affichage digital vert est très lisible et, surtout, par un artifice technique, il donne l'impression d'être placé très en profondeur ; ce qui le rend visuellement très confortable et évite des accommodations de la vue pour passer de la vision de la route à celle des cadrans.
  • L'appuie-tête central arrière : il est de plus petite dimension et l'on peut l'abaisser pour limiter la gêne du conducteur dans le rétroviseur.

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • Le confort : pas rédhibitoire, mais franchement moyen. Ce n'est pas tellement la suspension qui est en cause (mais elle manque de moelleux), mais une foule d'autres éléments : insonorisation peu poussée, sellerie moyenne à l'avant, carrément médiocre à l'arrière. A noter que l'insonorisation des moteurs a été améliorée en août 1999 puis en mars 2001.
  • La finition : l'ensemble apparaît exagérément économiques, avec toute une panoplie de plastiques monochromes gris tous durs, sans le moindre embellissement, même de surface. Moquette et garnissage de toit sont également pauvres.
  • Les revêtements de sellerie : bas de gamme sur toutes les versions ; aucun modèle n'offre de velours ou de tissu un peu chic.
  • L'équipement : ce n'est plus la tradition des anciennes japonaises, bien fournies sur ce point. Versions de base assez dépouillées, ABS absent en série jusqu’en avril 2001.
  • La direction : pas forcément assistée (en tout cas pas en série sur les versions d’entrée de gamme) jusqu'en janvier 2002.
  • Le chauffage : l'hiver, vous remarquerez qu'il faut attendre trop longtemps pour que les aérateurs soufflent de l’air chaud. Défaut encore plus marqué sur les diesels.
  • L'agrément de conduite : les commandes manquent de douceur. La boîte de vitesses est rêche, sèche, avec des verrouillages secs.
  • La sensibilité au vent latéral : sans doute en raison de sa hauteur, cette carrosserie se ressent des coups de vents transversaux.
  • Le freinage : pas particulièrement performant, et avec un léger manque de stabilité sur les versions sans ABS.
  • Les commandes de la radio : elles sont réparties en deux zones (autour de l'écran d'affichage et, bien en dessous, sous les commandes de climatisation / chauffage). C'est peu pratique.
  • L'essuie-glace arrière : non intermittent.
  • L'absence de témoin mini de carburant.
  • Le cliquet de verrouillage des portières avant : on le fait redescendre en plaçant simplement son coude à la portière.

3. Budget

Achat / Cote :

Décote dans la moyenne, ce qui donne des prix corrects, sans plus. Les versions diesel sont sensiblement plus chères, d'une part parce qu'elles sont plus cotées et d'autre part parce que, sorties plus tardivement, elles n'existent pas dans les années du début de carrière qui sont aujourd'hui les plus dépréciées.

Consommation :

Consommations plutôt faibles, en essence et en diesel.

Assurance :

Tarifs dans une correcte moyenne.

Prix des pièces :

Les pièces d'usure sont 50 à 80% plus chères que chez les concurrentes françaises. Et si vous avez le malheur de devoir remplacer des organes plus importants, la note s'élève dans des proportions encore plus importantes.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 20 000 km(et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Pas de courroie de distribution, mais une chaîne : pas d'entretien sur ce point.

4. Fiabilité

Description :

Elle part avec une très bonne réputation de fiabilité. Pourtant, c'est sans doute le modèle le plus rappelé dans son histoire dans la marque Toyota. Et celui qui a aussi été affublé d'un nombre d'imperfections assez important. Sa qualité générale de fabrication n'est pas du tout bâclée mais la réalisation de son habitacle se satisfait de standards vraiment économiques qui, eux non plus, ne correspondent pas tout à fait à ce que l'on attendrait.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteur D-4D. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 2002, risque de casse du turbo. Par la suite, encore quelques avaries de turbo, à des kilométrages très variables, et qui obligent à un remplacement.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteurs 1.0 et 1.3. Sur les modèles fabriqués jusqu'en 2000, possible suintement d’huile sur le joint du carter de distribution. Changement possible du joint avec adjonction de pâte.
  • Moteur D-4D. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 2000, vibrations au démarrage ou lors des changements de vitesses. Causé par une fatigue des ressorts du volant moteur.
  • Moteur D-4D. Possible défaut sur l’électrovanne de la pompe d’injection. Ne nécessite pas forcément le remplacement de la pompe.
  • Boîte de vitesses. Sur les 1.0 fabriquées jusqu’en 2000, craquement lors du passage de la marche arrière.
  • Disque d'embrayage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2002, il peut s'endommager par un suintement d’huile provenant du joint spi de vilebrequin (il faut alors le changer).
  • Butée d'embrayage. Sur les versions 1.0 fabriquées jusqu’en juin 1999, bruit prononcé lorsque la pédale d’embrayage est enfoncée. Causé par un défaut sur la butée d’embrayage.
  • Amortisseurs. Quelques claquements, surtout sur les modèles fabriqués jusqu’en 2002.

Aspect extérieur :

  • Joints de portes. Sur les modèles fabriqués jusqu'en 2001, le joint supérieur de portière sur lequel la vitre vient s’appuyer en se fermant finit par s'abîmer car il est souvent pincé à la fermeture. Et le petit joint voisin en caoutchouc se décolle, ce qui peut occasionner des bruits d’air. A remplacer : il est difficile de les refixer correctement.
  • Pare-chocs arrière. La jupe inférieure du bouclier se montre très vulnérable : elle peut facilement être endommagée dès le moindre choc en circulation ou même en stationnement. Son plastique n'est pas déformable de manière réversible et ne reprend pas sa forme initiale.

Finition intérieure :

  • Finition/vieillissement. Sur les modèles fabriqués jusqu’à l’été 2002, plusieurs éléments du mobilier intérieur sont vulnérable aux rayures, notamment la partie supérieure de la planche de bord. Les plastiques autour du barillet de la clé de contact et sur l'entourage du coffre restent sensibles aux éraflures sur tous les modèles.
  • Finition/Assemblage. Assemblage moyen, qui génère des bruits parasites. Vibrations en divers points de l’habitacle : bruits sur les cliquets de verrouillage des portières (très marqués), dans la planche de bord et sur les dossiers de banquette. Les vitres sont bruyantes dans leurs encadrements lorsqu’elles sont partiellement descendues. Du jeu sur la fixation des appuie-tête avant.

Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

  • Radio. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2000, panne de la radio (le lecteur de cassettes continue à fonctionner) ou au contraire impossibilité de l'éteindre. Aléa sur le bouton de réglage du volume.
  • Montre. Sur les modèles 99, perte de l’heure en cas d’immobilisation prolongée.

Rappel et rectification en concession :

  • Moteur 1.0. Sur les modèles fabriqués au Japon jusqu'en décembre 2001, possible allumage du voyant de surchauffe moteur. Causé par un désordre sur la sonde à oxygène (chargée de détecter une température de moteur anormale). Voitures rectifiées par les concessionnaires lors des passages en révision.
  • Freinage (assistance). Sur les modèles fabriqués jusqu'en juin 2000, risque de fuite de liquide de frein survienne entre le maître cylindre et le Mastervac (pièce centrale de l’assistance de freinage). Causé par une erreur de montage d’un joint torique situé à l’extrémité du maître-cylindre. Risque d’allongement sensible de la course de la pédale de frein, avec une moindre efficacité. Rappel courant 2004 : contrôle et, si besoin, remplacement de l’ensemble maître-cylindre + Mastervac. 26 390 voitures en France, près de 220 000 au total.
  • Freinage. Sur les modèles sans ABS fabriqués jusqu'en mars 2001, risque d'un excès de freinage appliqué sur les roues arrière. Dangereux : peut provoquer une instabilité lors des coups de freins brusques, voire un blocage des roues arrière et un tête à queue en cas d'action brutale sur la pédale. Causé par la mauvaise définition du répartiteur de freinage. Montage d'un nouveau répartiteur en janvier 2 000 mais répartiteur à nouveau modifié en mars 2001. Rappel fin 2004 : échange systématique du répartiteur. 17 196 voitures en France, 118 900 voitures concernées en Europe.
  • Freins arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu'en mars 2002, risque de percement des flexibles de frein en cas de roulage sur neige (la neige pouvant s'accumuler). Provoquerait alors une perte de liquide de frein et une disparition progressive du freinage. Concerne toutes les versions à l'exception des 1.5 TS/105 VVT-i dotées de frein arrière à disques et non pas à tambours. Rappel en juin 2002 : nouveaux flexibles de freins et positionnement revu. 32 000 voitures en France, 770 000 au total.
  • Moyeux de roues arrière. Bruit causé par un déficit de serrage en usine. N'a touché que les premières versions 1.0 fabriquées en France, à partir de février 2001 et jusqu'en juin 2001. Rappel à l'été 2001. 6 200 voitures concernées.
  • Voyant d'airbag. Sur les modèles fabriqués entre le 25 juin et le 12 juillet 2001, le voyant d’airbag peut s’allumer de façon désordonnée : il reste allumé après la mise du contact ou se met à clignoter lorsque l’on roule. Rappel à l'automne 2001. 551 voitures en France, 10 300 au total.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :

  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Prise en charge sous garantie :

  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

Prise en charge hors garantie :

  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

5. Meilleures versions

En essence : 1.3 LINEA SOL 3P

Meilleure motorisation, avec une aisance certaine sur route. Mieux sur tous les plans que le 1.0 68 ch : agrément de conduite, et équipement, car vous pouvez accéder aux niveaux de dotation intermédiaire ou supérieur.
Commercialisation : 2001
Puissance fiscale : 5
Puissance réelle : 86 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : 75 D-4D LINEA TERRA 5P

Unique offre en diesel, avec un moteur moderne, de cylindrée réduite, mais plutôt bien né. Quelques soucis techniques tout de même, mais une bonne sobriété. Pas très répandu sur le marché car il a été absent de la gamme durant les trois premières années.
Commercialisation : 2002
Puissance fiscale : 4
Puissance réelle : 75 ch
Emission de CO2 : NC
note
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8