Essai - Volkswagen Caddy 1.6 CR TDi 102 BlueMotion : enfin dans le rang
Aux sept motorisations pour la plupart tentantes,  deux détails constituent  de sérieux atouts pour le Caddy : le choix entre boîtes manuelles et DSG 6 ou 7, et la possibilité d’opter pour une transmission à 4 roues motrices (4Motion, semi-intégrale à coupleur Haldex 4) en TDI 110 ou 140.
Six motorisations récentes font leur apparition sur le Caddy restylé (un peu moins sur le Maxi), la seule reprise de la précédente génération étant le confidentiel 2.0 EcoFuel (CNG gaz naturel) 80 kW / 109 ch. En essence, on trouve le 1.2 TSi 85 et 105 ch. Ce dernier affiche une consommation moyenne de 6,6 litres aux 100 km en cycle mixte, une réduction de 21 % par rapport à l’ancien 1,6 litre atmo.
Trois moteurs nouveaux, chacun proposé en deux puissance
Les moteurs turbo quatre soupapes (TDI) sont proposés en 1.6 55 kW / 75 ch ou 75 kW / 102 ch, et avec le 2 litres en 81 kW / 110c h ou  103 kW / 140 chevaux. Tous les moteurs TDI fonctionnent maintenant avec une injection directe Common Rail bien plus silencieuse que les injecteurs pompes du défunt 1.9 litres. Ils sont également dotés de série d’un filtre à particules afin de passer les normes Euro5. Le TDI 102ch peut être commandé avec une boîte DSG 7 vitesses. Le TDI 140ch peut également être équipé d’une boîte DSG, à 6 vitesses. Le TDI 110 ch est exclusivement disponible en version 4Motion.
Essai - Volkswagen Caddy 1.6 CR TDi 102 BlueMotion : enfin dans le rang
Pour cet essai, nous avons retenu le Caddy 1.6 TDI BlueMotion 102 ch à boîte manuelle à 5 rapports, la seule version disponible en finition haute Confortline, et surtout la plus économe de la gamme en consommation: 5,2 litres aux 100 km en cycle mixte, contre 5,7 l au 1.6 TDi 102 normal. Cela équivaut à des émissions de CO2 égales à 136 g/km et à une consommation inférieure de 0,6 litre à celle du modèle BlueMotion précédent équipé du 1.9 TDI 105 ch que nous avions essayé en 2008. Le Caddy équipé de cette technologie dispose du système Stop/Start au fonctionnement assez discret et de la récupération d’énergie au freinage. Avec ce dernier, chaque fois que le conducteur lève le pied de l’accélérateur ou freine, la tension du générateur augmente et sert à recharger la batterie.

Pour notre part,  la consommation a été de 7,8 litres en moyenne sur notre essai de 1 400 kilomètres. C’est 0,3 à 0,5 litres de moins que le Berlingo 1.6 HDi 112 ch et quasiment équivalent à la potion réclamée par le Kangoo 1.5 dCi 105 chevaux à rythme équivalent. Pas mal pour un engin de près de 1 600 kg et à l’aérodynamique d’armoire normande (encore plus haut que ses concurrents avec 1,86 m passé, soit 19 cm de plus que le Touran !). Mais la consommation sur autoroute augmente vite si on dépasse allègrement les 130 km/h (7,9 l/100) jusqu’à plus de 10 litres. C’est ce qui explique que notre moyenne a été supérieure à l’ancien BlueMotion 105 chevaux. La baisse est effective en ville avec généralement un peu  moins de 8 l/100 si le trafic n’est pas englué, et sur route, avec à peine plus de 6 litres en conduite de bon père de famille.

Essai - Volkswagen Caddy 1.6 CR TDi 102 BlueMotion : enfin dans le rang
Belle sobriété donc, mais les performances ne sont pas à la hauteur de ses rivaux (et légèrement inférieures à l’ancien 105 ch Blue Motion), et surtout les reprises en 4e comme en 5e sont décevantes, pénalisant la sécurité des dépassements comme l’agrément – pour une conduite à lafois rapide et coulée. Pourtant, on sent un début de réponse à l’accélérateur dès 1400 tr/mn et l’arrivée très progressive du couple n’est pas déplaisante. Bref, il faudrait une boîte un peu plus courte. Reste la solution du TDI 102 ch qui peut être commandé avec l’excellente boîte DSG 7 vitesses, mais pas en BlueMotion. La quiétude à bord procurée par le moteur à rampe commune est appréciable (bruits et vibrations), mais malheureusement, le moteur entre dans une résonnance bourdonnante assez génante entre 1600 et 1800 tours, à des allures usuelles sur route, soit entre 90 et 100 km/h compteur.
Enfin, le comportement routier, un brin pataud mais sécurisant,   et le confort de suspension (assez rude à l'arrière) du Caddy ne changent pas. Le compromis est correct, mais un cran en dessous de ses rivaux français.