Suite à l'annonce de la mise en faillite de MG Rover, le gouvernement britannique a accordé un prêt de 6.5 millions de livres à la dernière firme automobile d'outre Manche afin de retarder d'une semaine les licenciements prévus. Ce prêt va permettre au constructeur de régler ses charges et les salaires pendant une semaine, le temps de chercher une solution pour la reprise de l'entreprise. Ce geste a été fait pour empêcher l'envoi des lettres de licenciement pendant l'exploration de différentes pistes dont notamment la mise en place de nouvelles propositions à la SAIC (firme chinoise qui devait reprendre MG Rover avant l'échec des négociations).