Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'inscrire

Volkswagen New Beetle cabriolet

Dans Guide fiabilité / Autres actu fiabilité

Volkswagen New Beetle cabriolet

Dates clés

  • Commercialisation : août 2003 - Légères retouches de carrosserie : novembre 2005
Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

Déjà craquante en version fermée, cette version découvrable de la Beetle devient carrément irrésistible. Elle est aussi bien moins répandue que la version berline, car elle set oins diffusée et, surtout, elle n'a été commercialisée que cinq ans plus tard ! Sur le marché, elle est donc assez rare, et cette étroitesse de l'offre participe au maintien de cours assez élevés. Mais pour qui peut faire l'effort financier, l'achat est vraiment à conseiller : c'est une voiture plaisir, qui présente de surcroît une très grande qualité de fabrication et un haut niveau de fiabilité.

Caradisiac a aimé

  • Belle réalisation
  • Charme fou
  • Capote de qualité
  • Equipement généreux
  • Insonorisation correcte vu la capote en toile

Caradisiac n'a pas aimé

  • La visibilité arrière (capote en place ou pliée...)
  • Le manque de motorisations de caractère
  • Places arrières extrêmement réduites
  • Sellerie tissu banale
  • Insonorisation en diesel

Nos versions préférées

  • CABRIOLET 1.8 T CARAT
  • CABRIOLET TDI 100 CARAT

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Son pouvoir de séduction : important, c'est le moins qu'on puisse dire ! capote fermée ou ouverte, cette voiture possède un charme fou. Et la peinture au brillant impeccable dont elle est parée augmente encore son côté plaisant.
  • Sa réalisation : vraiment bien conçue, réalisée avec soin. Une très bonne mise au point, pour un modèle au final très agréable à utiliser.
  • Sa capote : grande qualité de cette capote en toile. Lunette en verre inusable. Commande électrique de série.
  • Son équipement : complet dès le lancement. Airbags frontaux et latéraux, ABS avec répartiteur de freinage, système antidérapage ESP, climatisation au moins manuelle.
  • Ses places avant : accueillantes, avec l'avantage supplémentaire d'une garde au toit importante, qui accroît l'impression d'espace.
  • Ses qualités routières : tout à fait correctes.
  • Son confort : très satisfaisant. Suspension travaillée, qui filtre bien les inégalités de la route et insonorisation au mieux de ce que peut proposer un découvrable avec une capote en toile.

Ce qui peut faire hésiter

  • Sa capote en position ouverte : c'est un trait de style pour évoquer son aïeule (la Coccinelle d'origine), mais c'est une fait, elle déborde trop vers le haut lorsqu’elle est pliée. Ce qui réduit la visibilité vers l'arrière.
  • L'absence de version offrant un bel ensemble mécanique : les 1.8 turbo et V5 (5 cylindres), présentes durant 4 à 6 ans sous la capot des versions berlines n'ont même pas été proposées dans cette livrée découvrable. Il faut vous rabattre sur des mécaniques un peu avares en puissance.
  • La place à l’arrière : extrêmement réduite. Toujours aussi peu de place pour les jambes par rapport à la version "fermée". Et, de surcroît, une largeur amputée par l'encombrement latéral de la capote. A l'arrière, difficile de faire voyager à leur aise des personnes de plus de 1,70 m.
  • L’accès vers l’arrière : peu aisé.
  • La banquette : rembourrage un peu succinct, trop ferme.
  • Son coffre : il n'offre qu'un volume très restreint et, de surcroît, ses formes torturées rendent le chargement peu aisé.
  • La position au volant : il faut s'y faire et l'habitude vient assez vite. Mais vous pouvez être très gêné, au moins dans un premier temps, par l'implantation très reculée des sièges avant par rapport aux limites de la carrosserie. Le dos du conducteur se situe à mi longueur de la carrosserie, avec une planche de bord qui pénètre amplement dans l'habitacle et présente, en son centre, pas moins de 90 cm de profondeur. De fait, quelle que soient votre taille et les réglages que vous opérerez au volant, vous ne verrez pas l'avant de la carrosserie.
  • Ses tissus de sellerie : aspect un peu banal.
  • Son insonorisation en diesel : les TDI sont assez prolixes en décibels dans des registres grondants à l'accélération ; il aurait fallu mieux les isoler.

3. Budget

Achat / Cote :

Cette version cabriolet décote évidemment moins que la version berline. E l'offre bien moins abondante maintient les cours à des niveaux forcément élevés.

Consommation :

Bien dans l'ensemble. Les diesels boivent très peu.

Assurance :

Ce cabriolet pâtit évidemment de tarifs plus élevés que pour la berline dont il dérive.

Prix des pièces :

Relative cherté dans l'ensemble. Quelques excès manifestes pour certaines pièces mécaniques et de carrosserie.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 30 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 90 000 à 180 000 km.

4. Fiabilité

Description :

Le bilan est dans l'ensemble très bon. Principalement parce que, étant apparue en 2003, elle n'a pas hérité de tous les problèmes mécaniques et électriques de la version berline, qui avait réservé de sérieuses déconvenues à ses utilisateurs durant ses premières années de carrière. N'achetez pas les yeux fermés, certes, mais les pièges sont assez rares.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Rien à signaler sur ce point.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur 1.4. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2005, problème de ralenti. Causé par l’unité de papillon motorisé.

Aspect extérieur :

  • Filet anti-remous. Risque de casse s'il est manipulé trop vigoureusement.
  • Couvercle de coffre. Difficulté de rabattement (vérins trop fermes). S'atténue avec l'âge.

Finition intérieure :

  • Sièges avant. Quelques grincements sur le haut des dossiers, parfois aussi sur les assises. Causés par les armatures ; amélioration partielle apportée en usine depuis février 2001.
  • Sièges avant. Poignée de basculement des dossiers parfois mal fixée : elle risque de se détacher.
  • Compteurs. Plastique transparent de protection vulnérable aux rayures, qui deviennent très visible si cet élément a été maintes fois nettoyé avec un chiffon peu doux ; tendance à s’opacifier.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Instruments de bord/témoins. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2004, allumage parfois aléatoire de certains témoins d’alerte. Nécessite le remplacement complet du combiné.

Rappel de rectification en concession :

  • Moteur TDI 100. Sur les modèles fabriqués entre mars et août 2004, possible défaillance de la pompe d’injection dite "tandem" (pompe en amont des injecteurs-pompes) : risque de fuite, causé par une vis. Contrôle et, si besoin, remplacement de la vis concernée. Rappel fin 2004.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

5. Meilleures versions

En essence : CABRIOLET 1.8 T CARAT

Peu répandue, et c'est dommage. Elle emprunte son moteur à la Golf GTI de 4ème génération. Docile, plaisante à l'épreuve de la route.
Commercialisation : 2004
Puissance fiscale : 9
Puissance réelle : 150 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : CABRIOLET TDI 100 CARAT

Peu répandue, et c'est dommage. Elle emprunte son moteur à la Golf GTI de 4ème génération. Docile, plaisante à l'épreuve de la route.
Commercialisation : 2003
Puissance fiscale : 6
Puissance réelle : 100 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

En savoir plus sur :
Volkswagen New Beetle Cabriolet

Modèles concurrents

 

Vidéos populaires

Commentaires (3)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

:sol: La vie est trop belle en New Beetle Cabriolet.  Depuis 2004 j'ai un 2 litres automatique Carat et ce n'est que du bonheur. La conduite est souple mais nerveuse quand il le faut, l'insonorisation est très bonne et même surprenante pour une capote en toile : pas de bruit de souffle à 130 Km/h la capote fermée et trés agréable à la même vitesse sur route ou autoroute décapotée. La finition cuir, le lecteur 6 CD avec un super autoradio lecteur de cassettes, les sièges chauffants, un radar de recul, un régulateur de vitesse... tout y est pour conduire zen sur long parcours. Les sièges se règlent aussi en hauteur, et malgré ce que dit la fiche, les places arrières sont correctes. Dans les "moins", je dirai la visibilité arrière pour les créneaux et autre manoeuvres car la vitre est toutes petites et il manque des lucarnes lattérales arrière (cabriolet oblige). Autre défaut, la peinture des pare-chocs qui est souvent mise à l'épreuve en stationnement. Enfin, en motorisation essence 2 litres (je voulais une automatique) la consommation est un peu élevée par les temps qui courrent et le  réservoir ne donne qu'une autonomie restreinte. Tot cela n'est pas grand chose quand on voit sa bouille sympathique, son confort luxueux et ses performances.

Par Anonyme

voiture trés sympathique , coup d'oeil et conduite . Habitabilité correcte pour ce genre de voiture , economique en diesel , vitesse compatible avec les restrictions sans etre ridicule .avec pour la fiabilité et la qualité de construction un prix et un cout d'utilisation remarquables . Voiture intemporelle , qui viellit trés bien à avoir dans son garage, j'allais dire dans sa cave !!!! pour les jours ensoleillés . Les places arrieres servent de coffre, eventuellement .Que du bonheur pour femme blonde ou brune ou homme averti .

Par Anonyme

bonjour pourriez vous me dire ou se trouve le regulateur de vitesse merci beaucoup c'est urgent.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire