Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Actualité moto - Economie: Plus aucune Derbi ne sortira d'Espagne

Dans Moto / Pratique

Actualité moto - Economie: Plus aucune Derbi ne sortira d'Espagne

L'enseigne date de 1922 et elle trouve sa source dans la contraction de DERivats de BIcicletes. Un fleuron de l'industrie moto espagnole qui est passée dès 2001 sous la coupe du groupe Piaggio. Qui en a perpétué le nom, y compris en compétition jusqu'à ces derniers temps. L'occasion, aussi, de continuer à faire tourner le site de production historique de Martorelles, aux bases fragilisées depuis 2011, après une lente et impitoyable corrosion commencée en 2008, année zéro de la crise économique et financière.


Les Italiens avaient prévenu. Maintenir la production de Derbi en Espagne se révélait de plus en plus compliqué. Piaggio a bien essayé de s'accorder avec des Suisses avançant sous la bannière de Giba et une ambition automobile, mais les 100 millions d'euros espérés ne sont jamais venus. Aujourd'hui, dans un pays qui déplore un taux de chômage à 26%, c'est une nouvelle fermeture d'usine qui a été prononcée. Le glas pour quelques 200 personnes laissées sur le carreau.


Derbi poursuivra sa carrière chez les 50cc et les 125cc en Italie. En Espagne, il ne restera plus que les fantômes de souvenirs glorieux, déclinés en une douzaine de titres en Grand Prix, avec des pilotes du calibre de Angel Nieto, Ricardo Tormo, Aspar Martinez and Alex Crivillé. Mais aussi de Français comme Mike Di Meglio ou Johann Zarco.


Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire