Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Actualité - Vie locale: Les motards ne veulent plus payer pour le pont de l'Île de Ré

Dans Moto / Pratique

Actualité - Vie locale: Les motards ne veulent plus payer pour le pont de l'Île de Ré

La vie d'un motard n'est pas un long fleuve tranquille. Localement, il doit parfois se mobiliser pour des causes isolées qui méritent néanmoins un plus large écho, dès fois que ça servirait l'intérêt général. Tiens, prenons l'exemple des motards qui veulent prendre le pont de l'Île de Ré gratuitement. Une revendication mise sur la table par la FFMC 17 qui se lasse à juste titre de voir que les irréductibles du deux roues motorisé soient contraints par des pontes de verser une surtaxe pour arpenter l'ouvrage.


De quoi s'agit-il ? Jean Marc Jucker, coordinateur FFMC 17 explique dans le canard local: « Maintenant que les emprunts contractés pour payer la construction du pont sont remboursés, maintenir un péage n'est pas concevable. Cette nouvelle taxe, que l'on appelle ecotaxe, n'est, en fait, qu'un impôt déguisé. Non seulement on nous demande de continuer à payer, mais, en plus, on demande aux motards, depuis le 1er janvier, de payer trois euros au lieu de deux. L'Île de ré est un espace public, il devrait donc être accessible gratuitement à tous. » Et le représentant de poursuivre qu'accepter le principe du péage aujourd'hui c'est s'attendre à payer demain tous les ponts, tunnels et autres accès ds centres villes de France et de Navarre. « Inadmissible. Ce que nous demandons, c'est la gratuité. »


Une revendication qui a reçu un écho très politique au Conseil Général qui a immédiatement constituer une commission d'étude. Dame ! Certains élus ont avancé qu'une navette bus gratuite pourrait être la solution. « Vous nous imaginez en plein été avec notre équipement, nos casques, bottes et blousons ? C'est n'importe quoi » fulmine une adhérente.


Du coup, on s'oriente vers des actions de sensibilisation: « Chaque fois qu'un motard arrive au pont, il pourrait payer ses trois euros demandés en pièces de un, deux, cinq ou dix centimes. » Mais ce n'est pas tout: « On gardera les factures de nos consommations et on les expédiera au Conseil Général pour lui montrer ce que nous pouvons rapporter à l'Île. » L'idée a même déjà un nom: « Un Café sur Ré ». Réponse d'ici une quinzaine de jours !


Source


Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

manquerait plus que ca...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire