Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

AMA Superbike: Une Révolution américaine qui pourrait bien être messianique

Dans Moto / Sport

AMA Superbike: Une Révolution américaine qui pourrait bien être messianique

Pour l'instant rien ne se voit mais ce qui vient de se jouer dans les coulisses de la compétition moto aux Etats-Unis ne devrait pas tarder à faire bouger les lignes partout de part le monde. L'onde de choc de la nouvelle conjoncture américaine risque en effet d'atteindre à la fois le mondial Superbike des Flammini et le Moto GP de Carmelo Ezpeleta dès 2009. De quoi s'agît-il ? Du rachat de la totalité des disciplines sportives moto de l'Uncle Sam par la famille France, à la seule exception du Supercross.


Pour mémoire, ladite famille est une véritable institution de l'autre côté de l'Atlantique, une puissance économique et financière que l'on respecte et qui écrase tout sur son passage dès qu'elle a décidé d'entrer en scène quelque part. France, c'est Indianapolis, et c'est aussi et surtout la NASCAR. Pour la première fois, le nom arrive dans le monde de la moto. Et ça va bouger !


D'abord, les France se sont constitués un groupe de quatre sages pour faire avancer sa vision de la course moto : Kenny Roberts, qu'on ne présente plus, Steve McLaughlin, le père du mondial Superbike avant l'arrivée des Flammini, John Ulrich, ex-pilote, propriétaire d'une écurie et éditeur de la revue Road Racing World, et Colin Fraser, Canadien, organisateur et propriétaire du Championnat du Canada de Superbike. Du beau linge.


AMA Superbike: Une Révolution américaine qui pourrait bien être messianique


Ensuite, voici la feuille de route : quatre catégories avec cette philosophie : manufacturier unique, utilisation d'un standard unique pour éliminer le contrôle de traction et autres aides électroniques, dispositions qui obligeront les constructeurs et les importateurs à rendre disponibles et un prix raisonnable tous les composants spéciaux autorisés, et, en cas de soucis de sécurité sur certains tracés, comme Daytona, l'utilisation de restricteurs avec limite de puissance maximale.


L'idée est d'éviter la domination d'une usine et d'offrir du grand spectacle. A l'image de cette NASCAR, parfaite antithèse de la Formule 1. Et d'ailleurs, il sera aussi imposé l'utilisation de radios entre les stands et les pilote, avec un canal ouvert pour que les spectateurs puissent écouter la communication entre le pilote et son équipe.


A la vue de ce schéma, Roberts s'est enthousiasmé : « Si on nous écoute, je brûle mon passeport et je reste aux Etats-Unis ! » BMW, Ducati, Aprilia, KTM et Harley-Davidson se seraient déjà déclarés enchantés par la perspective. Les Japonais moins. Une fraîcheur qui a reçu pour toute réponse de la famille France : « Les marques japonaises comprendront que s'ils ne courent pas dans le nouveau championnat, ils disparaîtront. Tout simplement ». A bon entendeur…


Mots clés :

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Ils arrivent avec leur gros melon cette famille France. Bouger les Japonnais d'un claquement de doigt semble un peu idyllique... De toute façon je ne pense pas que le marché américain soit grandiose actuellement pour le pays du soleil levant. Les marchés européen et asiatique sont plus intéressants. Même Harley Davidson concentre ses forces sur ces marchés.

Par Anonyme

si ca plait pas au japonais c'est l'inverse de ce qu'ils veulent, qui va se produire. L'AMA t'enlève SUZ, YAM, HONDA même KAWA y'a plus rien. Se retrouver avec une Ducati 1098R en tête du début a la fin et ce sur toutes les courses sa va vite ennuyer les gens, je pense...

Par Anonyme

... Sauf si une Harley se bat pour la victoire avec un Buell. Regardez du côté de la nascar ou du grass-track. que ce soit de l'aspect matériel ou même pilotes (pas tout à fait..) , des formules 100 °/°  U.S. et les tribunes sont pleines. Ce qui n'est pas le cas en superbike U.S., ou le nombre de spectateurs n'a pas de quoi attirer un gros sponsor ni d'y gagner beaucoup d'argent... Alors pas si cons les france, non ?  

Par Anonyme

Le championnat AMA, c'est le père des championnat Superbike. Depuis quelques années, il tourne hélas au ralentit. Je pense ( j'espère ) que la prise en main de ce championnat par la famille France et le Daytona Group, lui permettera de reprendre la plaçe qui est la sienne et si il supprime ou limite l'éléctronique, c'est bien.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire