Dossier - Achat, utilisation, entretien : pourquoi votre budget auto va flamber en 2018

Votre portefeuille ne va pas aimer le passage à la nouvelle année. La loi de finances 2018 apporte son lot de taxes inédites ou revues à la hausse. À cela s'ajoutent des frais courants en augmentation, que ce soit pour le carburant, l'assurance ou encore les pneumatiques. Caradisiac fait le point sur les mauvaises nouvelles. Âmes sensibles s'abstenir.

À L'ACHAT

Un malus plus sévère

Quel effet sur votre budget ? Un prix alourdi de 50 à 2 117 €.

Déjà modifié le 1er janvier 2017, le barème du malus sera à nouveau durci le 1er janvier 2018. Le seuil de déclenchement va passer de 127 à 120 g/km. Conséquence : des voitures épargnées vont être malussées et pour les autres, avec le décalage de la grille, les montants vont augmenter. Pour certaines autos, le surcoût ne sera pas négligeable. Les familiales à moteur essence seront pénalisées. Par exemple, sur un Grand Scénic TCe 130 ch, le malus va passer de 253 à 690 € (136 g/km de CO2). Avec un Espace doté du nouveau moteur TCe 225 ch (154 g/km de CO2) le malus augmentera de 1 873 à 2 940 €, soit plus de 1 000 € d'écart. Le malus maximal interviendra dès 185 g/km, au lieu de 191 g/km actuellement, et va passer de 10 000 à 10 500 €.

Le conseil pour alléger la facture > Acheter un véhicule au plus vite, car il doit être livré avant le 31 décembre 2017. Après, c'est le barème 2018 qui s'appliquera.

Une surtaxe pour les véhicules puissants

Quel effet sur votre budget ? Un prix alourdi de 500 à 8 000 €.

Pour compenser en partie la fin de l'ISF, remplacé par un impôt sur le patrimoine immobilier, l'État met en place une nouvelle taxe sur les véhicules puissants, qui sera appliquée à la facturation. Elle concerne les voitures de plus de 36 CV, avec un montant minimal de 500 €, qui augmente de 500 € par cheval fiscal, avec un plafond de 8 000 € (à 51 CV).

Le conseil pour alléger la facture > Acheter un véhicule concerné avec une livraison avant le 31 décembre 2017.

Un nouveau malus pour les autos d'occasion

Quel effet sur votre budget ? Un prix alourdi de 100 à 1 000 €.

L'actuel malus sur les modèles d'occasion, qui concerne les voitures qui rejettent plus de 200 g/km de CO2, sera remplacé par un malus basé sur la puissance fiscale. La volonté est de taxer les autos puissantes qui échappent au malus quand elles sont neuves. Comment est-ce possible ? Les véhicules hybrides rechargeables, grâce à la prise en compte de leur autonomie électrique, sont épargnés par le malus et le seront même par la surtaxe des véhicules puissants. Bon, la taxe sera peu élevée : 100 € pour les autos de 10 et 11 CV, 300 € de 12 à 14 CV, et 1 000 € pour les 15 CV et plus. La taxe sera dégressive en fonction de l'âge de la voiture, avec - 10 % par an.

Le conseil pour alléger la facture > Acheter un véhicule concerné avant le 31 décembre 2017. Après, négociez pour compenser la hausse. Un vendeur professionnel fera sûrement le geste.

A L'USAGE ET A L'ENTRETIEN

De nouvelles taxes sur les carburants, surtout le gazole

Quel effet sur votre budget ? Jusqu'à 7,6 centimes de taxe en plus par litre de gazole. Un Peugeot 3008 HDi 120 ch qui consomme en moyenne 6 l/100 km et parcourt 20.000 km dans l'année verra son budget carburant augmenter de 91 €… sans les effets du cours du pétrole.

Les prix du sans-plomb 95 et du gazole seront alignés d'ici 2021. L'Assemblée Nationale a voté une hausse de la TICPE sur le gazole à hauteur de 2,4 centimes par litre chaque année, sur quatre ans. Mais ce n'est pas tout. Car en plus, il y aura une nouvelle hausse de la taxe carbone, qui est proportionnelle au contenu carbone des combustibles fossiles. Le montant de la tonne va passer de 30,5 à 45 € l'année prochaine, ce qui impactera tous les carburants. Pour l'essence, la hausse des taxes le 1er janvier sera au final de 3,9 centimes par litre, pour le diesel ce sera 7,6 centimes. Et il faudra ajouter à cela l'évolution des cours du pétrole, à la hausse ces dernières semaines.

Le conseil pour alléger la facture > Impossible d'échapper à ces augmentations. À vous de trouver le carburant le moins cher grâce au site de relevés des prix du gouvernement. Adaptez aussi votre conduite avec les bons gestes de souplesse pour faire baisser vos consommations.

Un contrôle technique plus sévère, donc plus cher

Quel effet sur votre budget ? Un examen 15 à 20 % plus cher.

Une réforme du contrôle technique (CT) sera appliquée le 20 mai 2018. C'est la conséquence de la signature en 2014 d'une directive européenne, pour harmoniser le contrôle dans l'Union. Le nombre de points de contrôle va fortement augmenter, avec trois niveaux de défaillance, les mineurs, les majeurs et les critiques. Pour ces dernières, le délai de contre-visite sera de 24 heures, contre deux mois pour les défauts majeurs. Le taux de contre-visite devrait exploser car le nombre de vérifications l'entraînant va passer de 196 à 467, avec à la clé des dépenses supplémentaires pour les conducteurs. Surtout, plus sévère et plus long à réaliser, le CT de base sera plus cher. En moyenne, l'augmentation sera de 15 à 20 %.

Le conseil pour alléger la facture > Prendre rendez-vous avant le 20 mai ! C'est un peu tôt, par contre dès que votre centre prend des rendez-vous pour début mai, foncez !

Des assurances plus onéreuses

Quel effet sur votre budget ? Jusqu'à 4 % de hausse sur votre prime d'assurance.

La concurrence renforcée par la loi Hamon avait contenu les hausses des prix des assurances ces dernières années. Les compagnies vont en revanche avoir la main lourde l'année prochaine, avec la volonté de se rattraper et de compenser l'augmentation du coût des réparations. La Maif a déjà officialisé un + 2 % (hors impact des bonus et malus) pour ses clients. Mais l'augmentation moyenne devrait tourner autour de 3-4 %.

Le conseil pour alléger la facture > La loi Hamon vous permet de faire jouer la concurrence plus facilement. On peut changer de crémerie à tout moment après un an de contrat. À vous de faire des devis ailleurs, surtout si vous êtes chez le même assureur depuis plusieurs années.

Attention aux PV de stationnement

En 2018, le contrôle et la verbalisation du stationnement seront une compétence gérée par les municipalités. On ne parlera plus de PV mais de "Forfait Post Stationnement". En cas de non-réglement de la place de parking, la pénalité sera équivalente à la somme due pour la durée maximale de stationnement dans la zone. Certaines municipalités vont donc revoir leur grille de tarifs pour appliquer des FPS bien plus onéreux que l'actuel PV à 17 €. Pour beaucoup, le FPS sera de 35 €. Mais à Lyon, ce sera jusqu'à 60 € dans l'hyper-centre.

Des pneus plus chers

Quel effet sur votre budget ? Jusqu'à 10 % de hausse par pneu.

Certains l'ont peut-être déjà constaté. En 2017, les prix des pneumatiques ont augmenté. Ceux qui vont devoir changer leurs gommes en 2018 vont donc à leur tour en souffrir. En cause : la hausse du prix des matières premières, notamment le caoutchouc. Cette année, les tarifs ont pris entre 5 et 10 %. Et Michelin n'avait pas caché qu'il augmenterait à nouveau ses prix en 2018 si les cours des matières premières sont toujours orientés à la hausse. De plus, certains pourraient avoir de mauvaises surprises s'ils ont changé de voiture récemment, les jantes ayant tendance à grandir depuis quelques années. Par exemple, de série, les Clio haut de gamme ont des 17 pouces, les Kadjar des 19 pouces ! De base, le budget pneus est donc alourdi.

Le conseil pour alléger la facture > Difficile d'y échapper. Reste à faire jouer la concurrence et surveiller les promos.

Pas de cadeau sur les autoroutes

Quel effet sur votre budget ? 1 à 2 % de hausse aux péages.

La revalorisation des prix aux péages est appliquée le 1er février. Pour l'instant, aucun chiffre d'augmentation moyenne n'a encore filtré. En 2018, la hausse devrait être contenue, autour de 1 %. En revanche, ça va piquer en 2019 : les sociétés concessionnaires répercuteront une augmentation négociée avec l'État en échange de travaux supplémentaires et surtout rattraperont un non-perçu après le gel des tarifs de 2015.

Le conseil pour alléger la facture > Rognez un peu sur les tronçons payants qui ne font pas gagner beaucoup de temps. Il faut les repérer sur une bonne vieille carte routière avant de prendre la route.

Au final, le résumé des mauvaises nouvelles

- Un malus durci, de 50 à 2 117 € en plus.

- Une nouvelle taxe sur les voitures neuves de plus de 36 CV, de 500 à 8 000 €.

- Un nouveau malus sur les véhicules d'occasion de plus de 15 CV, de 100 à 1 000 €.

- Une hausse des taxes sur les carburants : + 3,9 centimes sur le litre de sans-plomb, + 7,6 centimes sur le litre de gazole.

- Un contrôle technique 15 à 20 % plus cher.

- Des assurances jusqu'à 4 % plus chères.

- Des pneus jusqu'à 10 % plus chers.

- Des péages en hausse de 1 à 2 %. 

Il y a quand même une bonne nouvelle ?

Oui, tout de même. L'année prochaine, l'État va mettre en place une nouvelle prime à la casse. 1 000 € seront accordés à ceux qui mettront au rebut une voiture avec une date de première mise en circulation avant le 1er janvier 1997 pour l'essence ou avant le 1er janvier 2001 pour le diesel. Pour les ménages non imposables, ce sera même 2 000 €, pour un diesel d'avant 2006.